mercredi 23 juin 2010

Valerie Solanas



Valerie SOLANAS

Male, unable to empathize.
(Homme, incapable d'empathie).
Valerie Solanas (1936-1988) in SCUM Manifesto.

Empathie : capacité à écouter et entendre les autres.

SCUM Manifesto est un cri, un dazibao, un coup de gueule, une œuvre de la littérature underground des années 60 aux États-Unis. Aujourd'hui, sa publication ne serait plus possible, certainement pas en France, backlash et consensus mou obligent. C'est absolument radical, mais Valerie Solanas est une victime ; elle s'enfuit de chez elle à 15 ans ; elle dira avoir été violée par son père, et elle détestait le nouveau compagnon de sa mère : celle-ci la confiera à un grand-père qui la battait.
Comme toutes les femmes en itinérance, elle sera contrainte à se prostituer et faire la manche pour survivre.
Elle éditera et imprimera elle-même son brûlot ; puis une rencontre avec un éditeur, Maurice Girodias, lui donnera sa chance. -C'était possible dans ces années-là, comme était possible l'édition d'une thèse de doctorat, celle de Kate Millet, Sexual Politics, -Politique du Mâle en français- découverte par un éditeur à l'affût d'ouvrages féministes. Kate Millet sera traduite dans une trentaine de langues et son ouvrage fera le tour de la planète.

Certains prétendent que SCUM est un acronyme qui s'épèlerait Society for Cutting Up Men (association pour mettre les hommes en pièces) : ils y ont sans doute intérêt, mais Valerie Solanas n'a jamais laissé aucune indication à ce sujet ! En revanche, scum ou scumbag en anglais veut dire à peu près ordure ; il réfère pour moi à la façon dont elle considérait que sa manière (contrainte) de vivre en marge était perçue par la société majoritaire, et elle a écrit pour les laissées pour compte, les femmes en itinérance, les sans feux ni lieux comme elle, elle a laissé parler sa colère. Cette explication me paraît plausible. Dans Scum, oeuvre radicale, elle a l'intuition dès les années 60 (ce sera confirmé scientifiquement au début des années 90) que le sexe féminin est premier, c'est à dire que tout être est d'abord femelle. Peut être que d'autres découvertes scientifiques confirmeront d'autres intuitions, puisqu'elle a l'audace
d' imaginer l'abolition de la mort !
Valerie Solanas est malheureusement surtout connue pour avoir tiré avec une arme à feu sur Andy Warhol : il s'agissait d'une vengeance. Il lui avait perdu un de ses manuscrit et était incapable de le lui rendre. Le texte de SCUM est disponible gratuitement sur Internet en Français et en Anglais. Il est édité aussi chez Mille et Une nuits (Collection Pamplet) et disponible dans les bonnes librairies.
Héloïse a écrit également un billet sur Valerie Solanas. Le mien attendait depuis avril son occasion dans mes brouillons ; nous ne sommes pas trop de deux à parler de cette auteure malheureusement et injustement peu connue en France.
Liens
SCUM Manifesto en anglais
SCUM Manifesto en français
Dédicace de ce post à la dame d'un SAV qui, un jour, m'a téléphoné pour régler un problème d'imprimante avec un de mes fournisseurs ; nous nous sommes trouvé des idées en commun, nous avons sympathisé et nous avons bavardé pendant une heure et demie ! Elle m'a parlé la première de ce texte que je ne connaissais pas. Immédiatement après avoir raccroché avec elle, je me suis précipitée sur Internet pour rechercher cette courte oeuvre que j'ai trouvé uniquement en anglais et dévorée ! Aussi, ne jamais sous-estimer les dames du téléphone sur les plates-formes téléphoniques !

9 commentaires:

  1. Passionnant ! J'ai retenu "la "civilisation" repose exclusivement sur le besoin de l'homme de se défendre contre ces caractéristiques masculines", théorie qui me plaît beaucoup et que c'est "(l'homme) un Midas qui transforme tout en merde" : en effet, il n'y a qu'à voir la transformation de la mer et de ce qui vit dedans en merde dans le golfe du Mexique comme image symbolique forte de la réalité de cette merde.
    Par contre elle se trompe quand elle dit que les hommes ont horreur d'être remplacés par des machines et je ne partage pas son souhait d'une société automatisée mais je suis d'accord que le système du travail et de l'argent bâti par les hommes est à mettre à bas le plus vite possible par les femmes sauf que trop de femmes sont "tellement bien versée dans l'art de lécher le cul des hommes que cela devient bientôt une seconde nature et qu'elle continue à jouer leur jeu même lorsqu'elle se trouve seulement avec des femmes" : c'est trop vrai.
    Il y a énormément de passages qui m'ont fait franchement jubiler. Un peu plus de Valerie Solanas dans le monde le sauverait peut-être de la destruction ! Merci pour ce billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour.A mon avis, ce que cette personne n' a pas bien vue venir ,c'est que les hommes qui se font castrer volontairement ,le font pour se débarrasser des liens instinctifs qui les lient aux femmes .Certes, la castration physique est depuis des siècles très fortement culpabilisée par le pouvoir .

      Supprimer
    2. Les hommes n'ont pas de liens "instinctifs" vis à vis des femmes, il n'y a pas d'instinct dans l'espèce humaine, tout est construction sociale, y compris et surtout la haine des hommes due au fait qu'ils doivent en passer par nous biologiquement pour faire des garçons ! D'où l'intérêt de ne surtout pas se reproduire, ça tombe bien, l'espèce est surabondante bien qu'ils (se)tuent à tour de bras !

      Supprimer
    3. Je pense que les testicules servent a produire des pulsions sexuelles en relation avec les préférences de chacun .Enlever les testicules ne supprimera que les pulsions sexuelles sans toutefois faire disparaître les attirances et les phantasmes particulières .La méchanceté ne disparaîtra pas ,mais l'agressivité sera réduite ,je pense .Il y a de par le monde nombre d'hommes a se faire enlever volontairement leurs testicules sans que les autres trouvent cela tabou, alors qu'en occident la castration est chargée de préjugés négatifs .Une loi l'interdit même formellement .J'étais exhibitionniste depuis mon adolescence .Ce comportement impudique m' a amené très tôt a désirer la castration pour en finir avec mes pulsions tyranniques,mais je craignais d'être ridicule .cela fait plusieurs décennies que je n'ai plus de testicules .Au début j'ai vécu une période de déprime assez intense ,mais aujourd'hui,je suis très heureux de ne plus subir mes pulsions exhibitionnistes .Je pense qu'il ne faut pas avoir honte d'encourager les pervers sexuels a songer a la castration physique dont 'ils ont besoin pour pouvoir vivre sereinement en société.Cela ne m'empêche pas de continuer a aimer les femmes et la nudité .Je n'ai plus besoin de me masturber et encore moins de m'exhiber .Le "pouvoir, ne doit pas trouver rentable que les hommes pervers deviennent sages .Je pense qu'il y a beaucoup d'homme a vouloir être castré pour pouvoir vivre pleinement leur exclusions sexuelle .

      Supprimer
  2. Ce texte haineux ne peux plaire qu'à celles qui ont le cerveau aussi dérangé que cette cinglé criminelle, un pré requis pour adhérer à cette idéologie déviante et sexiste, le fémicentrisme

    RépondreSupprimer
  3. @ la cent et unième Bisbille : Je remplacerais "haineux" par "en colère" mais je ne suis pas spécialiste de la haine, n'en éprouvant pour personne : je vous laisse donc juge, puisque vous semblez vous y connaître.

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour ce billet qui contribue à la réhabilitation de ce vibrant personnage qui dérange comme dérangent toutes les vérités lorsqu'elles sont révélées au grand jour.

    RépondreSupprimer
  5. La petite poule rousse19 octobre 2013 à 18:21

    Je trouve décevant que, chez nous autres féministes, nous mettions toujours Solanas dans la case "déjantée de génie". Génie peut-être, mais plus encore (!) : Scum est, si on le lit et le relit, une analyse des formes sociales du patriarcat, de la sexualité obligatoire et de l'économie, au delà d'ailleurs des "identités" (elle note avec lucidité qu'en patriarcat, tout le monde cherche à incarner les formes-mec). Et une analyse qu'y en a pas eu beaucoup d'aussi radicale, d'aussi audacieuse, d'aussi antimisérabiliste et révolutionnaire. Nous devrions réhabiliter Solanas comme penseuse critique, pas comme originale ; de même que T G Atkinson, qui fut une des seules à la défendre autour de 70

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de relire mon texte qui a été écrit il y a plus de trois ans, et qui date du début de la vie de mon blog. Je ne trouve pas que je désigne Valerie Solanas comme une "illuminée de génie", j'écris juste qu'elle est visionnaire, ce qui n'est pas la même chose. Je voulais la faire lire, car son texte est libérateur, humaniste et révolutionnaire, vous avez raison. Aujourd'hui, je n'écrirais peut-être pas ce billet de la même façon, mais je ne renie rien. Il faut savoir que ces féministes anglo-saxonnes sont toujours considérées comme trop frontales pour les réformistes françaises. C'est la raison pour laquelle j'en suis fan. Il y a aussi les mecsplicateur qui la traitent de nazillonne ainsi que celles qui la défendent ! C'est vrai aussi qu'elle vivait à la marge, à la frange de la société qui ne voulait pas d'elle puisqu'elle ne se pliait pas aux diktats, que son texte est écrit dans l'urgence, et qu'il reste un éclat révolutionnaire brillant. Solanas au Panthéon, ce n'est pas pensable.
      Merci en tous cas de votre commentaire.

      Supprimer