dimanche 10 janvier 2021

Billet sur Jeanne d'Arc, garanti sans bondieuserie !

Inutile de vous dire que le personnage Jeanne d'Arc en France, c'est mort. Confisquée par l'extrême-droite pour servir leurs propos nationalistes et souverainistes, du coup, boudée par les féministes françaises pour ces raisons, et parce qu'elle sent un peu trop le vieux bénitier, c'est le repoussoir intégral. Heureusement, on a les étatsuniennes pour rétablir un peu les fléaux de la balance. Jeanne a toujours été maltraitée : de son vivant, où à part quelques victoires militaires, elle est brûlée vive à 19 ans pour transgression de son ordre social (on ne disait pas classe à l'époque) condamnée par un évêque de l'Eglise catholique, que les anglais qu'elle combattait, et à qui elle fut vendue et livrée, ont trouvé commode de faire exécuter à leur place. Ca arrangeait tout le monde que cette femme conduisant une armée disparaisse. Maltraitée post-mortem : elle a d'ailleurs embêté l'Eglise durant 500 ans. Un procès en réhabilitation aura lieu 25 ans après sa mort, puis l'église finira par la canoniser en 1920. Cinq siècles se seront écoulés. Comparez avec Jean-Paul 2 ! 

Présentée comme mystique, entendant et obéissant à une ou des voix, Jeanne reste mystérieuse malgré les nombreux écrits qu'on a sur elle, dont toutes les minutes de ses procès. Le mysticisme est tellement une notion ésotérique à notre époque matérialiste. Mystique mais aussi mythique. Elle inspire les arts, le cinéma, et la littérature. Elle pourrait être un modèle. Elle inspire en tous cas un magnifique chapitre sur la virginité à Andrea Dworkin dans son ouvrage Coïts, traduit par Martin Dufresne et paru chez Syllepse éditeur en 2019. Les voix de Jeanne nous semblent aujourd'hui bien ridicules et symptômes de crédulité : notre époque hygiéniste serait tentée de la classer dans les malades schizophrènes ; mais si ç'avait été pour elle la seule façon d'exprimer un désir d'autodétermination et qu'elle n'ait pu le dire autrement, elle qui était analphabète et qui ne disposait de toutes façons pas de ce concept ni de ce mot qui seront forgés des siècles après ? 

L'ouvrage de Dworkin est une exploration de la domination masculine par le coït et ceci, par les voies de la littérature. Un peu comme l'avait fait avant elle Kate Millett dans La politique du mâle. Dworkin convoque des auteurs de littérature comme Flaubert, James Baldwin, Marguerite Duras, Tolstoï, Freud, le talmudiste Maïmonide..., les textes religieux chrétiens, musulmans et hébreux, qui codifient l'acte sexuel, tandis qu'on nous balade avec une pseudo "nature" de l'acte, et elle nous fait traverser les cercles de l'enfer patriarcal. Les hommes n'aiment pas le sexe, ils n'aiment pas les femmes qu'ils ligotent au sexe. 

Je ne me souviens plus avec précision de l'origine de mon tweet : sans doute une réponse à un insulteur qui tournait en dérision la virginité ou les sorcières. Mais c'est l'occasion de vous proposer un court texte extrait de ce chapitre de la deuxième partie de l'ouvrage : La condition féminine, sous-titre, Virginité. Il explicite le concept dworkinien de la virginité. 

" L'histoire de Jeanne n'a rien de féminin avant sa fin, lorsqu'elle mourut, comme neuf millions d'autres femmes, dans les flammes, condamnée par l'Inquisition pour sorcellerie, hérésie et magie. C'est précisément pour avoir été une héroïne dont la biographie transgresse impudemment et sans précédent les contraintes du féminin jusqu'à la terrible souffrance de sa mort que son histoire, valeureuse et tragique, est politique et non magique ; mythique parce qu'elle a existé, a été réelle, et non parce que son personnage a été amplifié avec les siècles. Sa virginité ne fut pas l'expression de quelque aspect de sa féminité ou de son statut précieux de femme, malgré l'existence d'une vénération cultuelle de la virginité comme idéal féminin. 
[...]
Jeanne voulait être vertueuse au sens traditionnel, avant l'appropriation de ce concept par les chrétiens ; le mort vertu avait alors le sens de bravoure, de vaillance. Elle incarnait la vertu dans son sens originel : la force ou la vigueur masculine. Sa virginité était un élément essentiel de sa virilité, de son autonomie, de son autodéfinition rebelle et intransigeante. La virginité était une libération au sens réel de la féminité, ce n'était pas simplement un autre modèle de féminité. Etre femme impliquait des frontières étriquées et des possibilités réduites : l'infériorité sociale et la subordination sexuelle ; l'obéissance aux hommes ; la reddition devant la force ou la violence masculine ; l'accessibilité sexuelle aux hommes ou le retrait du monde ; et l'insignifiance civile. Contrairement aux vierges féminines qui acceptaient la subordination sociale tout en s'exemptant du rapport sexuel qu'elle avait pour prémisse, Jeanne rejeta le statut et le rapport sexuel comme une seule et même chose -des synonymes empiriques : la condition civile inférieure et le fait d'être baisée comme impossibles à distinguer l'un de l'autre. Elle refusa d'être baisée et elle refusa l'insignifiance civile, et c'était un seul et même refus : un rejet entier du sens social du statut de femme, sans exemption ni sauvetage de quelque partie du féminin. Sa virginité fut un renoncement radical à une insignifiance civile ancrée dans une pratique sexuelle réelle. Elle refusa d'être femme. Comme elle le dit à son procès, sans aménité  : " Et quand aux autres travaux de femmes, il y a assez d'autres femmes pour les faire" "

Voilà comment Andrea Dworkin voit Jeanne d'Arc, après avoir lu les minutes de son procès. Rien a voir donc avec la figure confite en dévotion qu'on nous propose généralement, ni non plus avec la pruderie des filles qui promettent à leur père de se refuser sexuellement avant le sacro-saint mariage, où conduites à l'autel du sacrifice par celui-ci, priées de s'abandonner à un seul, et de lui garantir une lignée en étant sûre de ne pas la  corrompre avec des bâtards. Ainsi fonctionne la trique masculine. Lisez Andrea Dworkin, c'est salutaire. Et ne touchez pas à nos sorcières, bas les mains, les patriarcaux. 


Actualisation 16/1/2021 
Sur le blog la Maçonne, cet article sur La femme virile ou la crise de la virilité qui parle aussi entre autres femmes armées de Jeanne d'Arc.

jeudi 17 décembre 2020

Hayat Boumeddiene, icône ménagère

 "Bijou" du Califat, "Princesse de l'Etat Islamique",  Hayat Boumeddiene vient d'être condamnée en absence à 30 ans de prison par la Cour de Justice de Paris pour "association de malfaiteurs terroriste" et "financement du terrorisme". Epouse selon la loi coranique (mariée religieusement) d'Amedy Coulibaly, elle a apporté comme il se doit à toute femme mariée, en toutes circonstances, mariage religieux ou civil, son soutien domestique, psychologique, sexuel, reproductif -éternelle veuve, elle aurait été remariée à un chahid (martyr) tunisien décédé lui aussi ; bref, une bonne petite ménagère aux service des projets de Califat. 

Notez qu'elle n'a tué personne : il y a bien une photo d'elle qui circule où on la voit empaquetée dans des kilomètres de tissu en train de manier une arbalète, engin de chasse plutôt dangereux, mais peu productif. Les hommes, eux, se gardent les vrais outils qui permettent de vrais gains de productivité : les kalachnikovs et les lance-roquettes phalliques, qui font plus de blessés et de morts. Les femmes sont de tous temps interdites d'outils et d'armes, selon les anthropologues, les hommes se les gardant pour eux : les outils leur permettent des gains de productivité qui dégagent du temps libre pour faire autre chose, et la possession des armes (c'est la même chose, le premier outil ayant sans doute été une arme) qui leur permettent de contrôler les femmes par la violence. On n'est jamais trop prudent, nous castrer psychiquement et psychologiquement, nous contraindre au service de leur reproduction n'a pas été une sinécure et ça ne suffit pas, la contrainte reste de mise, ils ne sont pas à l'abri d'une dissidence, qu'on attend toujours, mais possible. Eux la craignent en tous cas. Si seulement ! 

" Ce ne sont pas la chasse ou la guerre qui sont interdites aux femmes, mais bien la possession des armes ", écrit Paola Tabet dans des Outils et des corps, La Construction sociale de l'inégalité des sexes.

Mais pour le moment, elles arrivent surtout à épouser et s'engager pour les causes patriarcales toxiques (enrôlement pour la pub des chasseurs qui les tolèrent surtout à la cuisine, mais quand on manque d'effectifs, on ne fait pas la fine bouche), ou elles font kibboutz avec les "autonomes" en portant les pioches, les masques de plongée et les sacs à dos dans les manifestations, et bien sûr, en assurant la confection des sandwichs ! Ca, c'est chez nous. L'état Islamique, pas fou, ne se risque pas à leur confier d'armes, invoquant leur droit canonique : ses femmes sont cantonnées au gynécée, dédiées à la ponte de soldats pour le Califat. Vu la dureté de l'EI, il vaut mieux, une pourrait être tentée de retourner la kalach contre son berger éleveur. Et puis on n'est pas chez les Kurdes ! Toutes ces guerrières, motivées par l'égalité, qui mènent des opérations où tombent sous les balles de femmes les valeureux soldats du Califat, les privant ainsi du Paradis d'Allah, ce serait la fin du monde tel qu'ils l'ont connu. 

Tuer, c'est ce qu'ont fait les quelques femmes que nous avons en prison : elles ont en général occis Valentin, le Prince Cogneur, pour se soustraire elles, leurs enfants, leurs animaux, à la violence d'un "compagnon". Ou aussi elles tuent les enfants qu'on leur a mis dans le ventre à leur corps défendant, en profitant soit de leur crédulité, soit de leur manque de conscience sociale et politique. On les enferme ensuite dans un lieu adapté aux hommes, premiers et principaux occupants, pour lesquels les prisons sont conçues, et quand elles sortent, elles ne récidivent pas. La prison "fabrique de la récidive" : cet aphorisme n'est valable que pour les hommes. 

un petit bout de femme, relativement discrète, mais qui était efficace et présente. Ce qui est une certitude, c'est qu'ils étaient fou amoureux " !

Exactement ce que les patriarcaux adorent : l'aaamourrr, toujours l'aaaamourrr ; une femme amoureuse, au point de perdre tout discernement, d'adhérer aux pires idéologies et comportements de leurs hommes, une femme sous influence, visiteuse de prison pour soutenir psychologiquement son mec en détention, une épouse modèle, assurant l'intendance y compris, chez Hayat Boumeddiene, en préparant un attentat, puisque le tribunal considère qu'elle ne pouvait ignorer le but terroriste de l'entreprise. Abnégation, renoncement à soi, bénévolat. Et être traitée comme une merde après, en remerciement. 

D'ailleurs, d'après l'article cité en note, et avec de telles dispositions, on peut se demander si elle est vraiment recherchée : deux coups de fil à ses amis et sa famille pour donner de ses nouvelles passent sous les radars de la DGSI et de la DGSE. Elle est dans le rôle social dévolu aux femmes qu'elle ne conteste pas, au contraire, pas grand chose à redire semblent penser les services extérieurs. Tant qu'elle joue la veuve, la servante du Saigneur, totalement dévolue au gynécée et au service de la reproduction humaine, de préférence des garçons bien sûr, les mecs font la guerre, cette primordiale occupation masculine, Madame Hayat Boumeddiene ne fait montre d'AUCUNE contestation de l'ordre social. 

Une bonne petite ménagère du Califat, forme de patriarcat violent, un peu outrancière pour nos sociétés, mais ne contestant pas son ordre social immuable. 

Si au contraire, elle refusait ces rôles, qu'elle jouait les rebelles, si à la tête d'un groupe d'Amazones, elle investissait les murs sans s'excuser comme font certaines réformistes, pour exprimer sa détestation du système patriarcal, proposant de le combattre, proposant aux femmes la grève de la reproduction, refusant de leur fournir leurs miliciens, de produire de l'oppresseur, de l'ennemi de classe par 70 kg, on mettrait, j'en suis absolument sûre, plus de résolution et de vigueur en face, pour traquer ces "viragos", les empêcher de nuire à l'Espèce (sachant que l'Espèce c'est EUX) en voulant faire dissidence. C'est à ce double standard qu'on reconnaît le bon vieux système patriarcal. Heureusement, nous sommes quelques-unes à voir la Matrice, quelques-unes à qui elle crève littéralement les yeux, quelques-unes à avoir une conscience politique. Et quelques-unes qui ne supportons plus. 

Citation tirée de cet article de France Info du 17 décembre 2020.

Pour retrouver les références anthropologiques citées dans ce billet

L'anatomie politique de Nicole-Claude Mathieu, tomes I et II 

Paola Tabet : La construction sociale de l'inégalité des sexes - La grande arnaque : sexualité des femmes et échange économico-sexuel. 

mercredi 25 novembre 2020

Féminisme et cause animale - Solidarité animale par Yves Bonnardel et Axelle Playoust-Braure

Le mouvement de défense des animaux, mouvement planétaire et désormais vieux de 150 ans, serait en nombre le premier mouvement de femmes, avant les mouvements féministes eux-mêmes ; en effet, 68 à 80 % des militants pour les animaux sont des femmes. Pourquoi les femmes ont-elles été les premières à prendre conscience de l'exploitation des animaux par les humains, que ce soit dans l'élevage, les cirques, la vivisection, à la chasse comme à la corrida ? 

" Le spécisme se fonde sur une appropriation directe, physique des autres animaux et tente de se légitimer par l'idée d'un ordre du monde naturellement hiérarchisé. Ce schéma présente de nombreux points communs avec d'autres systèmes d'oppression, notamment ceux du racisme, du capacitisme et du sexisme. En raison de cette matrice commune, l'antispécisme apporte des points de vue nouveaux aux autres luttes progressistes et à la pensée éthique et politique en général. "

Je vous propose cette semaine une vidéo sur un article de Christiane Bailey et Axelle Playoust-Braure paru dans la Revue Ballast qui reprend et synthétise les thématiques, toutes abordées par mon blog depuis dix ans. Oppression des femmes et oppression des autres animaux, tous-tes ont un commun dominant, le Patriarcat.  


 


Axelle Playoust-Braure vient de faire paraître aux Editions La Découverte, en coécriture avec Yves Bonnardel, le livre Solidarité animale - Défaire la société spéciste. La thèse du livre est originale : les auteur-es s'inspirent des analyses des féministes matérialistes pour dénoncer le rejet de l'animal (forcément construction sociale puisqu'il est nommé et décrit par les humains) dans l'ordre de la nature, objettisé quand il s'agit de le vendre, viandisé quand il s'agit de l'élever pour le tuer et le manger, objet a-historique, et ça nous rappelle forcément des choses à nous les femmes.
Voici la critique que j'en ai fait sur mon Goodreads : 


Cet ouvrage de philosophie accessible critique le dogme humaniste pour ce qu'il est : une idéologie servant à légitimer l'ordre du monde, fondée sur une mystique de l'espèce (l'espèce humaine), établissant une norme, une référence implicite, et finalement établissant une hiérarchie et un ordre social spéciste, validiste, masculin, rejetant les animaux dans l'ordre de la nature, du destin, d'objets a-historiques, sans possibilité d'agir sur le monde. Il s'inspire des analyses et épistémologies féministes matérialistes de Guillaumin, Delphy, Mathieu, et des écrits philosophiques d'auteurs tels, Bentham, Singer, Derrida, Pelluchon..., et de nombreuses articles des Cahiers Antispécistes

Cet ouvrage propose en deuxième partie un vademecum pour en finir avec l'exploitation des bêtes, pour construire une solidarité avec les autres animaux, un monde plus inclusif, ainsi qu'une méthode pour y parvenir : agir sur la société par le militantisme politique pour aboutir au vote de lois. On retrouve tout cela dans la vidéo ci-dessus (tendez l'oreille, les femmes ne parlent hélas jamais très fort ;( en plus d'un historique -toujours à écrire- des mouvements féministes et pro-animaux qui sont nés simultanément il y a maintenant plus d'un siècle. La majorité des suffragistes britanniques étaient antivivisectionnistes, il est bon de le rappeler.  

" De la même façon que Guillaumin définit le racisme non seulement comme une idéologie, mais comme une relation sociale, nous pensons également utile d'aborder le spécisme de cette manière. C'est ici qu'interviennent les analyses du spécisme (préjugé arbitraire pour l'espèce humaine s'exerçant au détriment des autres animaux) entendu comme mode particulier d'organisation politique, économique et historique, fondé sur un rapport social de pouvoir entre les humains et les autres animaux. " 

On y trouve une critique de l'humanisme : qu'on se souvienne des derniers génocides du XXème siècle, les humains à supprimer étaient rejetés dans l'ordre animal, donc tuables. Rats, poux, pour les juifs pendant la seconde guerre mondiale, cancrelats pour le génocide au Rwanda, serpents lubriques pour le génocide khmer, quand on veut tuer, il suffit d'animaliser le groupe humain à éradiquer. Et c'est désormais démontré, l'humanisme n'arrête pas le bras ni la haine des tueurs. Puisqu'il a instauré une hiérarchie entre humains et animaux, l'humanisme sert aussi à hiérarchiser différents groupes humains déclarés "sauvages", commodément renvoyés à la nature, ou "pas assez entré(s) dans l'histoire": Discours de Dakar 2007

Claude Lévi-Strauss - Anthropologie structurale 2 Plon 1973 cité par les auteur-es :
" Jamais mieux qu'au terme des quatre derniers siècles de son histoire, l'homme occidental ne pût-il comprendre qu'en s'arrogeant le droit de séparer radicalement l'humanité de l'animalité, en accordant à l'une tout ce qu'il retirait à l'autre, il ouvrait un cycle maudit, et que la même frontière, constamment reculée, servirait à écarter des hommes d'autres hommes "

A lire donc. 
oOo

Vous avez aimé les épidémies du SRAS en 2003, de la grippe porcine H1N1 partie d'un élevage industriel de La Jolla au Mexique en 2009 ? Vous avez eu peur, vous vous êtes morfondus pendant les confinements des deux époques de la COVID19 ? Vous l'avez peut-être même attrapée ? Ces épisodes n'étaient au mieux que des répétitions, le prochain superbug mijote sans doute quelque part. La dernière trouvaille du Complexe Agro-Industriel (comme on écrit Complexe Militaro-Industriel) contre les virus mutants franchissant la barrière des espèces, c'est la "biosécurité" ! Toujours plus d'animaux, toujours plus enfermés, confinés, entassés dans des atmosphères contrôlées, toujours plus de process pesants de désinfections avant de passer d'un bâtiment, d'un étage, d'un ascenseur, ou d'un "lot" à l'autre, MAIS toujours la même pauvreté génétique : trois espèces de porcs (Large White, Landrace, Duroc), une seule espèce de vaches laitières (Holstein), et une seule espèce de poulets, (Gallus Gallus souche INRA), plumes blanches pour les poulets dits de chair, et plumes marron pour les poules pondeuses. Le moral en berne, périssant d'ennui, en butte à l'agressivité de leurs congénères, dans l'impossibilité d'exercer leurs comportement dans leur biotope, déprimés et éteints, dans l'attente du prochain repas calculé et distribué par des machines, il est évident que ce sont des animaux malades qu'on abat au bout de quelques jours ou semaines, soignés aux antibiotiques curativement ou préventivement, voire administrés comme facteurs de croissance pour les viandes importées. 60 % des antibiotiques consommés dans le monde le sont par l'élevage. 
Alors qu'on sait que la meilleure prévention contre les épidémies c'est la variété génétique, de multiples espèces faisant barrage aux virus, un biotope normal et sain dans lequel ils ont développé leurs comportements sociaux depuis des milliers d'années, et un bon moral pour ces animaux vivant en petites communautés ou troupeaux, jouant, explorant, et éduquant leur enfants. 

Les virus utilisent les routes aériennes, maritimes, les voies ferrées et routières tracées par les humains. La progression de la COVID 19 en Europe nous l'a encore démontré. Toutes les semaines partent du port de Brest 70 à  80 conteneurs de volailles congelées INRA, élevées en 39 jours dans les tunnels à poulets du Finistère, abattus à raison de 340 000 PAR JOUR dans l'abattoir France Poultry Châteaulin (ex Doux racheté par son principal client) à destination du Proche-Orient, de l'Arabie Saoudite, du Qatar, du Koweit, de la Chine, du Mozambique, de Haïti et du Gabon. Quelle "bulle sanitaire" peut garantir que sur cette longue chaîne, aucun salarié ne s'abstiendra d'un seul geste contraignant de prévention "pour aller plus vite", ou que des lots ne seront pas mélangés et contaminés, entre autres "accidents" ? Personne. La peste porcine africaine rôde en Europe, l'influenza aviaire aussi. Pour l'instant ce sont les animaux d'élevage qu'on "euthanasie" puisqu'ils sont viandisables et qu'ils passent comptablement par profits et pertes : "aucune victime à déplorer" comme écrit la presse quand des millers d'animaux périssent ; ce sont aussi les petits producteurs qui trinquent mais "ça assainit le marché ", et comme l'espèce humaine a une mémoire d'amibe, après une crise, retour à l'immuable statu quo ante. Surtout pas touche aux pilons, aux nuggets de poulets, au jambon coquillette, ni à la côte de porc des ayant-droit des classes moyennes. " La viande est affirmation féroce de pouvoir ", écrit Martin Caparros dans La Faim. Nous userons donc ce pourvoir jusqu'au prochain superbug. Plus virulent ? Plus contagieux ?

PANDEMIES, une production industrielle par Lucille Leclair au Seuil et Reporterre






lundi 9 novembre 2020

Des corps en capitalisme

J'ai lu ce petit ouvrage de 140 pages cette semaine. 

" Le corps, cet objet éminemment historique, domestiqué, violenté, pathologisé ".

Après Caliban, (voir ma chronique de 2017) Silvia Federici continue, en 9 courts chapitres alertes, son exploration de la captation-transformation des corps pour les besoins du capitalisme : celui de l'ouvrier d'abord, temps minuté, gestes calibrés au rasoir pour servir une machine convoyeur, puis corps augmenté pour servir les défis à venir : aller dans l'espace, la Terre étant désormais vidée de ses ressources. Puis le corps des femmes, historiquement domestiqué pour le travail de (re)production d'autres corps pour l'usine et aussi pour la guerre, avec interdiction et criminalisation de l'avortement et de la contraception comme crimes contre l'humanité. 

Pour les femmes donc, après la création de la figure de la "sorcière" qui a contribué à la tentative de "perfectionnement de l'humain", la dernière trouvaille du capitalisme c'est de vendre leurs corps à la découpe, histoire d'améliorer les fins de mois. La GPA, Gestation pour Autrui, (Federici s'y oppose) parée du substantif valorisant d' 'altruisme', (qui refuserait d'être altruiste, franchement ?) est donc le dernier moyen, permis par les techniques de reproduction largement expérimentées et utilisées sur les animaux d'élevage, pour asservir le corps des femmes au profit des hommes gays et de tous les couples stériles, du moment qu'ils paient pour utiliser 9 mois de votre vie, pour une stricte surveillance de la femme durant la grossesse, son "produit" ne lui appartenant pas, pour sa soumission à des techniques biologiques invasives, pour finalement aliéner ce "produit" à d'autres personnes par contrat. Rappelons à toutes fins utiles, qu'il n'y a pas de droit à l'enfant, pas plus que de droit au sexe dans la Déclaration des droits humains ! 

Je préfère prévenir, c'est étasunien : on retrouve souvent le mot "communautés" puisque les Etat-Unis sont une mosaïque de communautés, qu'ils vivent dans une société qui a longtemps été ségréguée : blancs, noirs, hispaniques, lesbiennes, trans,... Federici utilise aussi l'expression "travailleuses du sexe" : en effet, elle est contre la criminalisation du client de prostitution au motif que le "travail du sexe" permet à des femmes, notamment de minorités ethniques puisqu'elles sont les plus pauvres, de subvenir "aux besoins de leurs communautés et familles". Ca laisse un peu perplexe pour dire le moins :  si la GPA est une exploitation par un client, la vente de sexe, pour une durée plus courte c'est entendu, l'est aussi il me semble. 

Dans son chapitre VIII, "Revisiter les mormons dans l'espace", Federici se livre à une prospective éblouissante sur la conquête de l'espace, pour laquelle le capitalisme aura besoin de nouveaux corps, augmentés ceux-ci, car comment tolérer la promiscuité imposée, le confinement plusieurs mois de suite dans des vaisseaux spatiaux, sachant que nous sommes une espèce belliqueuse, velléitaire et instable, qui peut à tout moment s'affronter pour son espace vital. Il faudra des individus stabilisés émotionnellement, augmentés physiquement, qui devront avoir des facultés pour faire face à des problématiques pionnières sur lesquelles nous n'avons pas de retours d'expérience, le tout sans espoir de retour. Un peu le genre sans affect des astronautes de 2001 Odyssée de l'espace (Kubrick 1959) qui sont les seuls robots du vaisseau, l'ordinateur de bord ne tardant pas à devenir fou, il est même le seul humain de l'équipage, la preuve, il trompe son monde et ment comme un arracheur de dents ! On retrouve le pantin humain, thème qui traverse toute l'oeuvre du visionnaire Kubrick. 

Critique personnelle toutefois : jamais l'arrêt de la production n'est envisagé, alors que c'est l'arme utilisée par les ouvriers qui eux, ont droit à la grève, donc l'arrêt de la production, comme sanction à la non acceptation de leurs revendications. Les féministes les plus articulées ne dénoncent jamais la maternité et les effets économiques et sociaux délétères qu'elle induit pour les femmes et leurs enfants ; il me semble que la première des préoccupations quand on défend les femmes, ce devrait être la défense de leur sauvegarde, de leur santé physique et économique, de leur auto-détermination, d'abord. Mais tout se passe comme si, même pour les féministes, la maternité, cette pourtant construction sociale issue d'une domestication du corps des femmes, ne peut pas être écartée du "destin" féminin, comme si, puisqu'il y a femmes il y a forcément maternité, enfants, familles, consécration au soin des autres, sacrifice pour l'espèce, alors que l'autre moitié les maltraite. L'injonction pèse de tout son poids, pas moyen de "réussir sa vie" autrement, selon l'expression consacrée. Pourtant à 8 milliards avant 10 ans sur une planète aux ressources limitées, plus la négation de nos besoins par les diktats patriarcaux (on l'a encore vu en Pologne cette semaine, où les droits des femmes leur servent de variable d'ajustement politique) les femmes donc, à mon sens, devraient être incitées à avoir comme agenda de s'occuper d'abord d'elles-mêmes. Ni l'environnement patriarcal hostile où nous vivons en permanence ni la négation de nos besoins individuels ne sont propices à s'alourdir de charges ; c'est déjà un gros programme en soi, et même difficile à tenir : survivre, même seule, dans une société faite par et pour les besoins des hommes ! 

Evidemment, je sais que Silvia Federici est marxiste, et que son sujet c'est l'analyse et la critique des rapports sociaux de production, qu'elle a commencé sa carrière en revendiquant un salaire maternel pour les mères, considérant que le "travail" des femmes, c'était de produire des corps pour l'usine, MAIS sans salaire, l'usine étant, dans ce cas, leur fonction "naturelle". Elle colle donc à son sujet. Les femmes sont toujours arrimées au fatum de la maternité. Aux hommes l'HIStoire, aux femmes (et aux animaux) le destin ! L'épistémologie du récit biblique n'est pas au programme féministe*. Et pourtant le verset 1- 28 de la Bible me paraît être le premier commandement du capitalisme qui a fait de la destruction des ressources la condition de son expansion et de sa survie sous l'oxymore 'destruction créative'. Jugez-en : " Dieu leur dit, soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l'assujettissez, dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur terre. ". Ils sont désormais en partance pour d'autres planètes : leurs besoins en minéraux, terres rares, en extractivisme de toute sorte est inassouvible, ils ont épuisé la terre (et les femmes), ils iront désormais épuiser ailleurs. 

* En fait, une seule a consacré son oeuvre à cette épistémologie : il s'agit de la féministe philosophe et théologienne US Mary Daly. Malheureusement, son oeuvre n'est pas traduite en français.

dimanche 1 novembre 2020

L'éléphant dans la pièce (Buveurs de sang)

The elephant in the room : ou comment ne pas voir ce qui est pourtant énorme, les désastres provoqués par la violence et la frustration masculines. Dans un silence assourdissant.

Après un attentat terroriste de plus, incessant défilé de frustrés enragés "faisant effraction dans le réel" pour nous terroriser, sidérer la société, et tenter de provoquer une guerre civile, on a une fois de plus le même déluge de commentaires, analyses, contre-analyses de spécialistes, généralement tous des hommes, suroccupant les plateaux télé, les colonnes de journaux et les médias sociaux, proposant leurs solutions devant des animateurs et animatrices s'arrachant les cheveux pour ceux qui en ont encore : que faire pour lutter contre la violence de ces "individus" "loups solitaires" (vraiment on l'entend encore !) et "personnes radicalisées" (une personne, c'est personne disait un de mes clients se trouvant spirituel), après des micro-trottoirs déplorant que la religion qui est tout amour, conduise certains à de telles actions déviantes. Mais jamais personne ne fera remarquer ce qui crève pourtant les yeux : les terroristes sont des hommes à 99 % ! 

Il y a bien eu les trois femmes aux bouteilles de gaz aux abords de Notre-Dame en plein cœur de Paris en 2016, pourtant téléguidées par les combattants de l'EIL au Cham, mais elles avaient été sans doute mal briefées, elles avaient arrosé les 6 bonbonnes de fuel au lieu d'essence "parce que c'est moins cher" SIC, du coup le fuel étant moins inflammable, elles ont raté leur coup. Elles ont été jugées, et elles ont pris cher, 30 ans, pour la principale accusée Ines Madani. 

" L'homme a une préférence marquée pour les objectifs "virils", la guerre et la mort

Mettez-vous en tête mesdames que dans les religions du Livre, issues de la proto-histoire, narrations épiques transmises oralement par des éleveurs de moutons du Néolithique, les femmes ont pour destin de reproduire l'espèce ; nous avons même été domestiquées pour ça. Les hommes font la guerre, les femmes fournissent les soldats pour leurs guerres, c'est ainsi que ça fonctionne. Dans les territoires conquis par Daech, pour ne citer que cet exemple récent, les femmes converties ou radicalisées arrivant au Cham étaient mariées immédiatement à un combattant, ou le lendemain de leur veuvage quand le premier, voire deuxième, troisième mari tombait au front, et elles étaient parquées dans le quartier des femmes à Raqqa, (une "ferme" aurait dit Dworkin) la capitale de l'EIL. Source Le jihadisme français de Hugo Micheron. Celles, occidentales, élevées dans l'égalité avec les garçons, qui étaient venues pour combattre aux côtés des "frères" en ont été pour leurs frais : on ne va quand même pas donner une arme à une femme, elle pourrait être tentée de la retourner contre son oppresseur ! Pour domestiquer les femmes, les rendre à merci, il a fallu leur imposer le tabou des armes

" Le système de compensation le plus courant du mâle, à savoir dégainer son gros calibre, se révélant notoirement inefficace, puisqu'il ne peut le sortir qu'un nombre limité de fois, il dégaine sur une échelle franchement massive, donc sublime, prouvant ainsi au monde entier qu'il est un "Homme". "

Tenter d'expliquer ces passages à l'acte violents, comme le font certain-es par la frustration sociale et la désocialisation de "laissés pour compte", lumpen prolétaires relégués dans des banlieues tristes, ne résiste pas à l'examen. D'abord parce que pas mal s'en sortent et fournissent même des député-es à la République, et puis surtout parce que les plus mal loties dans ces quartiers, ce sont les femmes ! Mal traitées par la société patriarcale, elles peuvent l'être en plus par leurs familles, leurs frères, pères et maris, les voisins, tous les membres de la famille ou du clan. Exemple entre cent, une jeune femme tondue par sa famille parce qu'elle ne fréquentait par un garçon "acceptable" par le clan. Elles ne se saisissent pourtant pas de kalashnikovs ni même des couteaux qui ne manquent pas dans leurs cuisines pour foncer dans le tas. Alors ?  

" Notre société n'est pas une communauté, c'est un entassement de cellules familiales. Miné par son sentiment d'insécurité, l'homme est persuadé que sa femme va le quitter si elle s'expose aux autres hommes et à tout ce qui peut présenter une lointaine ressemblance avec la vie. Aussi cherche-t-il à l'isoler de ses rivaux et de cette faible agitation qu'on nomme civilisation, en l'emmenant en banlieue pour la caser dans une rangée de pavillons où s'enferment dans une contemplation mutuelle des couples et leurs enfants "

Notre classe sociale femmes est maudite : au mieux, nous sommes diffamées par la société misogyne, au pire, nous sommes passées sous silence, nos actes de bravoure (ailleurs que sur des champs de bataille, il faut du courage pour affronter le quotidien, pas mal d'hommes n'y arrivent pas) et notre grand calme inclus. Taxez-moi d'essentialisme, je m'en moque. Les femmes ne sont pas élevées, construites socialement comme les hommes, et malgré un siècle de féminisme, côté actions malveillantes (mâleveillantes ?) nous sommes toujours sous le plafond de verre : meurtres, braquages de banques, viols, délinquance sexuelle, terrorisme, tueries de masse. Ils tiennent toujours massivement les statistiques de la délinquance : 97 % de la population carcérale française ce sont des mecs. C'est qu'il y a des raisons à notre stagnation : on ne vient pas en un siècle à bout de 6 000 ans de domestication, de conditionnement par la peur, de castration psychique et métaphysique et même physique (sexes coupés, mutilations génitales diverses, pieds déformés...) à coups de pieds et de poings, de viols laissant des traces dans la psyché, de traumas se transmettant de générations en générations ! A l'inverse des autres opprimé-es, ouvrièr-es, femelles animales, nous sommes impliquées émotivement, affectivement, physiquement avec nos oppresseurs, pire, nous leurs fournissons leurs troupes et leurs soldats. Nous sommes mithridatisées, isolées les unes des autres à dessein depuis 6000 ans.

" Même chez les femmes à la coule, les amitiés profondes sont rares à l'âge adulte car elles sont presque toutes ligotées à un homme afin de survivre économiquement, ou bien elles essaient de se tailler un chemin dans la jungle et de se maintenir à la surface des masses amorphes. "

" Aucune véritable révolution sociale ne peut être réalisée par les hommes, car ceux qui sont en haut de l'échelle veulent y rester et ceux qui sont en bas n'ont qu'une idée, c'est d'être en haut. La "révolte" chez les hommes n'est qu'une farce. Nous sommes dans une société masculine, faite par l'homme pour satisfaire ses besoins. S'il n'est jamais satisfait, c'est qu'il lui est impossible de l'être.

Si l'on fait l'inventaire de 6 millénaires de pouvoir masculin prédateur et sans partage, que constatons-nous ? Une population planétaire provoquant des effractions incessantes dans les espaces des autres terriens avec les risques inhérents, la guerre avec les autres espèces pour l'espace vital, le vidage, l'épuisement et la dégradation du biotope terrestre et marin par extractivisme à coups de gros engins phalliques ; débordements d'ordures non dégradables, surpêche, braconnage -dans pas mal de cas pour soutenir leur virilité défaillante, que paient aussi bien les espèces animales que les espèces végétales ; guerres de haute et basse intensité à cause de leurs systèmes de croyances délétères, obscurantistes, aliénantes, concurrence entre eux pour des "terres vierges" restant à saccager, la compétition sans cesse promue au détriment de la coopération qu'il laissent aux "femmelettes", la course en avant au "progrès" privilégiant toujours le curatif au préventif ; la détérioration du climat qu'ils promettent, ces forcenés, de régler par la géo-ingénierie voire la colonisation hypothétique d'autres planètes, "Big Bang, Big Phallus" (Federici), et même si quelques-uns arrivent à se carapater vers les étoiles, l'humanité, celle qui n'a pas été "augmentée", restera dans les décombres de ce qui fut notre havre. Car ces nouvelles colonies ne seront pas peuplées comme les précédentes, de voleurs, outcasts, bagnards-lie de la société, mais d'hommes et de femmes technologiquement et biologiquement transformés. On le voit, le tableau des bénéfices n'est pas brillant, même si les services de recherche et développement sont littéralement capables de miracles d'inventivité et de créativité. On peut même se demander s'ils ne favorisent pas leur hybris chronique, leur sentiment de toute puissance. Mais ils pourraient bien trouver leur Némésis ! 

Et nous, les femmes, voulons-nous du rôle de " co-gérantes de la merde ambiante ", laissant faire et regardant passivement le ravage se commettre ? N'est-ce pas notre tour, à nous qui gérons leur quotidien pendant qu'ils vont prétendument à la chasse ou à la guerre, ce qui revient désormais au même ? Peut-être ne ferons-nous pas mieux, mais au moins essayons ce qui n'a jamais été fait, le pouvoir aux femmes ! Qu'est-ce qu'on a à perdre, nous les femmes, quand on voit le résultats de leurs contre-exploits et de leurs méfaits ? Préférons-nous rester des " Filles à son Papa, gentilles, passives, consentantes, 'cultivées', subjuguées, apeurées, ternes, angoissées, avides d'approbation, déconcertées par l'inconnu, " ou au contraire des "grisantes", des SCUM, des " femmes dominatrices, à l'aise, sûres d'elles, méchantes, violentes, égoïstes, indépendantes, fières, aventureuses, sans gêne, arrogantes, qui se considèrent aptes à gouverner l'univers, qui ont bourlingué jusqu'aux limites de cette société... " ? Les adjectifs de la précédente phrase, n'oubliez pas, ont été forgés, stigmatisés, par le patriarcat et ses allié-es pour nous tenir dans l'aliénation, la peur et la dépendance. Ils ne sont pas péjoratifs mais valorisants, ils sont destinés à briser nos chaînes. 

Les citations en caractère gras et rouge retranscrites dans ce billet sont extraites de SCUM Manifesto, pamphlet écrit en 1967 par Valerie Solanas. Il garde 50 ans après toute sa verve, tout son pouvoir subversif et révolutionnaire. Malgré quelques errances essentialistes, et références douteuses, ce texte est un dazibao, un coup de gueule, plus hurlé qu'écrit : Valerie Solanas survivait en marge, comme pas mal de femmes, en faisant la manche et en se prostituant, elle avait donc quelques raisons d'être dans une colère noire. Texte fun, accrocheur, avec un sens inégalé de la punchline, texte assertif et empouvoirant, texte salutaire donc.  La colère, ce sentiment si réprimé chez les femmes : avec Valerie Solanas, affirmons notre droit d'être en colère, une colère motrice, pulsion de vie, refusant le statu quo et l'abattement devant leurs perpétuelles pulsions de mort.


" Si les femmes ne se remuent pas le cul en vitesse, nous risquons de crever tous

mardi 20 octobre 2020

Billet sur la culture de l'effacement et des petites compromissions politiques

Tandis que la France en état de sidération pleure la mort d'un de ses professeurs assassiné par le fanatisme religieux obscurantiste, que l'enquête révèle une chaîne d'événements, et dans doute de complicités, de corruption même (donner 300 € à des mômes de 12 à 14 ans pour qu'ils désignent une victime !), se catalysant pour aboutir à cet acte horrible, la mise à mort d'un professeur de collège attaqué puis décapité sur le chemin de retour de son travail, on découvre le pouvoir de nuisance des medias sociaux quand ils sont utilisés par une secte de fanatiques (je parle de l'Islamisme et de son projet politique totalitaire) prétendant par la censure et le meurtre faire régner l'ignorance, tenter d'instaurer le fascisme, d'éteindre les lumières en France, mais aussi partout dans le monde. 

Depuis quelques mois ou années, certains medias sociaux arrivés à maturité (ayant fait le plein d'adhérents) se transforment sous nos yeux en déversoirs de torrents de haine, où les mêmes perpétuelles victimes de différentes "offenses" jettent l'anathème sur leurs prétendus oppresseurs, chacun défendant sa petite ou grande cause, obligeant les plus modérés d'entre nous soit à prendre parti sous peine d'être "annulé-es" -cancel culture ou culture de l'annulation en français- si on n'est pas d'accord avec eux/elles. Leur poids est tel que ces medias tendent à censurer tout propos non conforme à la grande plainte des perpétuels offensés. Ils sont de tous ordres, s'estimant offensés en tant que groupe sociaux. Rajoutez le puritanisme étasunien d'où viennent ces plates-forme, cela donne les errances et bourdes que l'on sait désormais : sur Facebook, on ne peut pas publier l'Origine du Monde, le tableau de Gustave Courbet, ni sans doute non plus la réponse de l'artiste performeuse Orlan au même Courbet un siècle plus tard, L'Origine de la Guerre, les deux oeuvres représentant respectivement un sexe féminin et un sexe masculin en premier plan dans les deux tableaux. J'ai moi-même fait les frais de la publication de ces oeuvres "blasphématrices" durant les 4 mois où j'ai été sur ce réseau. De même, rapporte Alice Coffin dans Le génie lesbien, le mot "lesbienne" qui a toujours été stigmatisant et mal porté de tous temps, est très mal vu sur Twitter. Que Twitter ait mis pas loin de 24 heures à suspendre définitivement le compte de l'assaillant de Samuel Paty le professeur assassiné, où était publiée l'image de sa tête coupée, en dit long sur leur définition de l'obscénité : deux sexes humains sont obscènes MAIS PAS les images d'un homme supplicié. Pas plus que ne l'étaient les simulacres ou réelles décapitations propagandistes de L'Etat Islamique. Habituelle inversion patriarcale. Pendant que chez les mêmes on nous restreint ou suspend définitivement des comptes peut-être un peu énervés, mais certainement pas appelant au meurtre. Je pense à deux abonnées dont une blogueuse qui en ont fait les frais, mais c'est tous les jours. 

Sur mon compte Twitter, le seul emploi du mot voile, pour ne citer que celui-là, me vaut d'être mise à l'index par les féministes libérales adeptes du choix de l'aliénation par consentement individuel : mon corps, mon choix, mon voile. Emettez-vous la moindre objection ou contestation au choix individuel de certaines à s'envelopper de kilomètres de tissu ? Elles se désabonnent, voire vous bloquent. Ce qui ne les empêche pas de venir lire ce que vous écrivez après, ou même à vous faire des emprunts non crédités : je retrouve régulièrement mes phrases, mots valises et jeux de mots que j'ai inventés, repris dans des tweets, des textes, voire des livres, sans être citée ou créditée, par des internautes qui n'ont même jamais été abonnées ou qui m'ont bloquée ! 

Les "féministes véganes" et antispécistes sont les plus rapides à dégainer leur aversion pour quelques-uns de mes tweets. Jamais un mot de solidarité avec eux ou leurs avocates, au nom d'une solidarité avec des opprimé-es fantasmé-es, pour les animaux abattus dérogatoirement dans les abattoirs de la République selon les deux rites juif mais surtout halal, puisque désormais les "musulmans" ou fantasmés tels sont les "persécutés" qui concentrent toute l'attention. Les plus hardies, à leur maximum, se contentent d'un favori de temps en temps. On se dit antispéciste, mais le racisme mou du différentialisme culturel l'emporte : le sujet étant accaparé par la seule extrême-droite, les autres sont donc assimilé-es à cette idéologie délétère. Les animaux ? Mais what the fuck, c'est que des bêtes. Un comble.

Revenons au voile : c'est un linceul, un stigmate, puisqu'il est imposé aux seules femmes. Il permet le contrôle des femmes dans l'espace public, parce que c'est dans l'espace public qu'il est obligatoire. Ainsi habillées, les hommes peuvent exercer leur contrôle sur les déplacements des femmes, plus facilement repérables puisque l'uniforme est de rigueur. Eux, par tous les temps, et surtout les temps chauds d'été, sont en polos, shorts, chemisettes et nu-pieds, personne n'objecte. L'espace public est le lieu des hommes, eux seuls y ont accès ; les femmes peuvent toutefois l'emprunter mais à des heures décentes, dans la journée, les heures ouvrables de préférence, ce qui rétrécit encore les plages horaires, et pour de bonnes raisons utilitaires : aller conduire et chercher les mômes à l'école, les conduire chez le médecin, faire les courses ; bien entendu, pas question d'aller se détendre dans un bar ou un café, mule étant quand même la principale utilisation des femmes par les hommes, leur reproduction perpétuation venant immédiatement après. Bonniche et mule : le destin promis par les patriarcaux. 

Que des femmes dans des régimes religieux totalitaires se battent collectivement pour sortir de l'ensevelissement imposé par des barbus haineux de tout ce qui est féminin et surtout de notre autodétermination, luttent en prenant tous les risques, de l'embastillement pendant des années jusqu'à la peine de mort, n'émeut pas nos censeures adeptes du choix individuel aliénant ; elles mettent même en parallèle les deux situations : dans ces pays, des femmes prennent collectivement tous les risques pour se dévoiler, ici dans nos pays démocratiques très tolérants à toutes les inepties présentées sous le label "mon choix", elles ne prennent aucun risque ou tellement minimal que leur seule option est de se poser en victimes offensées quand on émet une (faible) protestation. 

Oui mesdames, vous avez le droit de vous empaqueter dans des kilomètres de tissus, vous avez le droit de vous laisser mettre des menottes et des boulets au pieds dans le mariage et la maternité, vous avez même le droit de vous faire tatouer, puisque vous aimez les choix indélébiles et définitifs, "Dieu est mon droit" sur le décolleté, et il y a même des chances que cette bonne fille qu'est la Sécurité Sociale vous remboursera le détatouage quand vous voudrez balancer par dessus les moulins vos choix faits à une époque, choix que vous renierez à une autre, une fois redevenues lucides. Mais, par pitié, ne venez pas nous expliquer que vos choix sont incontestables et doivent être incontestés. Assumez, comme nous les férales assumons les nôtres, en les payant cher et sans nous plaindre, puisque responsables nous estimons être de nos choix. 

J'ai eu à une époque un collègue de travail catholique pratiquant qui allait à la messe tous les dimanches, qui avait 4 enfants dont des filles, et qui, très lucide et prouvant que les Lumières sont accessibles aux croyants, me disait "nos filles, on les enseigne de façon à ce qu'elles s'autodéterminent quand elles seront adultes, mais si elles choisissent après tout d'être esclaves, elles feront comme elles voudront, nous n'aurons rien à nous reprocher. Voilà, faites vos choix et ne venez rien reprocher aux autres. 

"Le féminisme est une épistémologie", ( disait Catharine MacKinnon qui rajoutait : "à chaque fois que je dis cette phrase, on me taxe de pédanterie, mais pourtant c'est vrai !"), pas une adhésion, ni un compromis aux dogmes patriarcaux.

Donc, en conclusion, vous n'êtes pas obligées de suivre aveuglément les suggestions d'abonnements de Twitter ou Facebook, lisez mon profil, je me casse le derrière à en écrire un c'est pour qu'il soit lu. Personnellement, je ne suis pas offensée et je ne me désabonne pas quand je vois passer un tweet excessif du genre "Macron dictateur", ou "racisme d'état" en parlant de l'administration française, excès de langage avec lesquels je ne suis pas d'accord. Essayez l'Iran ou le Corée du Nord en point de comparaison. Je sais que nous serons d'accord sur d'autres sujets à d'autres moments. Et surtout je ne suis pas susceptible ni adepte de cette culture de l'effacement de l'autre dès qu'on n'est pas d'accord avec elle ou lui. C'est pathétique ces caprices de sauteuses annulatrices de ce qui ne leur convient pas. 

Je suis blogueuse depuis dix ans, je me souviens parfaitement sur quelle idée initiale j'ai décidé de le devenir, alors que je lisais les blogs des autres depuis 2003 : "j'ai moi aussi des choses à dire, je vais les dire à ma façon, je ne me censurerai pas. Pas question d'édulcorer ni de tenter de plaire". J'espère avoir tenu ma promesse. En qualité de blogueuse, je soutiens la liberté d'expression, je suis professeure, je suis Samuel Paty, je suis toujours Charlie ! La liberté d'expression ne s'use que si l'on ne s'en sert pas. Vive les blasphématrices, vive toutes celles qui ne se soumettent pas. 



dimanche 4 octobre 2020

La misandrie n'existe pas

Cette semaine la sortie d'un livre a bien excité les medias main stream et sociaux : une blogueuse autrice a fait le buzz (bzzzz, les abeilles crèvent, l'humanité prend la relève) : je ne cite pas de nom, je ne fais pas la publicité des libérales, elles n'ont pas besoin de moi pour ça. Si vous avez loupé le truc c'est que vous vivez dans une chambre anéchoïque, heureuse que vous êtes. Je résume le début de l'action : la petite maison d'édition de Martin Page, tire l'ouvrage à 500 exemplaires, un obscur fonctionnaire du Secrétariat aux droits des femmes fait une ruade en voyant le titre, menace de porter plainte pour incitation à la haine (les mecs ne doutent de rien), scandale sur les medias sociaux, gros bzzzz donc. Le Seuil se dit qu'il y a un coup éditorial à faire, rachète les droits à Monstrograph et tire à 30 000 ! En réalité, l'autrice dite misandre, qui écrit moi les hommes, je les déteste, vit en couple avec un homme. Elle le disait en tous cas dans l'article que j'ai lu dans Libération cette semaine, journal jamais en retard quand il s'agit de promouvoir le libéralisme. Et puis, comment dire, le stigmate infamant de la "vieille fille" plane toujours. Normalement dans ma rationalité, quand on se prétend misandre, qu'on pond un livre pour expliquer que "men are trash", on applique. Sinon, c'est de la schizophrénie. On nous a fait le même coup avec l'autrice de No Kids qui a fait en son temps un tabac en librairie sur la non maternité tout en ayant mis au monde ses quatre enfants ! La protestation contre une injonction à laquelle on s'est empressée d'obéir, sujet gagnant en librairies.

Du coup, on se déchire de plus belle sur Twitter : "La misandrie n'existerait pas s'il n'y avait pas le patriarcat" ai-je lu dans un tweet de supportrice. Mais la misandrie n'existe pas ! Le patriarcat brille de mille feux, il reçoit même le secours, inattendu il y a encore quelques années, des religions. Les femmes continuent d'être blessées ou meurent sous les coups dans le conjugo ou dans les faits divers. La misandrie, elle, n'a jamais tué personne. Les femmes subissent tout sans moufter ou presque, pavé sur la langue, la chappe de silence est en béton renforcé, possiblement résistant à une charge nucléaire. Même quand il se produit un "crime imprévu" -Le Parisien-, mais comment peut-on écrire des biteries pareilles, c'est à se cogner la tête contre les murs, 'tiens je n'avais pas prévu de crime ce soir, mais comme l'occasion se présente, euh allons-y' ? Quelqu'un les relit ou bien ? On organise des marches blanches qui n'ont jamais rien arrêté, protestations consensuelles sans jamais dénoncer l'agresseur, déni sociétal, consensus mou, zéro affichage de conscience politique ! 

Juste la même semaine, la préfecture des Vosges faisait tirer sur un loup "particulièrement agressif" (Sud-Ouest) qui s'attaquait aux sacrées vaches à traire des éleveurs, il serait même rentré dans les étables (toujours Sud-Ouest). Même remarque : qui relit leurs articles ? Non parce qu'un loup qui ouvre la porte d'une étable quand même, c'est un surdoué. Ou alors il est porteur d'une mutation génétique ! Je ne peux pas m'empêcher de faire la comparaison tant c'est frappant : le loup leur sert de défausse, toujours décrit comme méchant, toujours calomnié, toujours persécuté, exécuté sans états d'âme par des préfets alors qu'il est une espèce protégée ; du "loup solitaire" djihadiste, au loup dévoreur de brebis qui "entre dans les étables", non mais ils se sont bien regardés les mecs ? Les vaches patriarcales symboliques sont bien gardées, les autres restent dans les champs, non gardées la nuit sauf par des clôtures, écornées, sans défense, ainsi fonctionne l'élevage, métaphorique de ce qu'ils font à toutes les exploitables qui passent.  

Pour l'instant le loup "solitaire" fantasmatique, c'est ZERO enfant et ZERO femme tuées. Pour les hommes, suivez le décompte de Féminicidespar compagnons ou ex

La misogynie elle, infeste partout la vie des femmes. Elle est universelle. Même les femmes s'y mettent : "mon dieu qu'elle horreur" lit-on chez une twitteuse généralement mieux inspirée, commentant le livre scandaleux, ou "nous on les aime, nos bonhommes" SIC. Notez que j'espère pour elle, car, tant qu'à en avoir un en résidence permanente à la maison, autant que ce ne soit pas le pensum intégral. C'est peut-être aussi le syndrome "moi, j'ai tiré le bon numéro à la loterie"? Quoique, quand même. C'est dingue de se précipiter cornes en avant pour défendre la classe sociale opprimante. D'autant que, sur mes medias sociaux, les mecs restent de marbre, aucune protestation. A moins qu'ils sont assurés que la sous-traitance va fonctionner, et de fait, elle fonctionne. Même pas besoin d'appuyer sur un bouton. 

Tout ça, c'est noyage de poisson. Tant qu'on parle de fantasmes, on n'aborde par les vrais sujets. Oui sujets, vous avez remarqué, il y a fort longtemps, on disait problème, puis on a glissé insensiblement vers souci (pas de souci à toutes les fins de phrases), puis enfin on est arrivées à "sujet", complètement neutre, zéro malveillance ou réputée telle. Le sujet donc, c'est la misogynie rarement dénoncée, bien portée dans tous les milieux ; destinée à nous couper les jarrets, à freiner nos élans, à nous tenir dans leurs rets et sous leurs plafonds de verre. Message reçu, le terrorisme masculine fonctionne bien, chaque femme massacrée est un message pour toutes les autres. Tenez-vous à carreau ; après la découverte du cadavre de Victorine, les femmes de la région évitent de sortir la nuit. C'est le but, nous forcer à rester au gynécée, la place qui nous serait assignée de toute éternité. 

Et pourquoi on laisserait ses "semelles de vent" à ce "vagabond" mauvais garçon fugueur de Rimbaud ? Tout de même, quand il lui arrivait des crosses, pas fou, il rentrait à la ferme, chez sa mère et sa sœur, à Charleville-Mézières. J'ai certainement moins de talent que Rimbaud, je ne vais par me comparer, mais je ne rentre pas chez ma mère et mes sœurs quand il m'arrive un fort coup de vent, je fais face. Ainsi se perpétuent les légendes urbaines masculines. Nous aussi, les femmes, nous pouvons refuser la lourdeur matrimoniale pour adopter des semelles de vent, on peut choisir l'autodétermination, choisir de vivre une vie non pas "par procuration" comme le dit faussement Jean-Jacques Goldman (la pop culture distille aussi très bien les diktats patriarcaux), mais une vie de décisions et de choix en autonomie ; moi je prends mes décisions et fais mes choix seule sans en référer à Valentin, debout, devant, pas trois pas derrière. La société peut aussi bien me traiter de misandre si ça lui chante. Le conformisme hétérocentré, reproductif, grégaire, m'a toujours gonflée. J'ai toujours préféré les minorités aux majorités. Au fond, dé-domestiquons-nous, devenons des férales* ! 


* Un animal dit féral a été domestiqué puis est retourné à l'état sauvage. 

lundi 28 septembre 2020

Carnage : Pour en finir avec l'anthropocentrisme

Egorgés, abattus au fusil après une course épuisante, piégés, étranglés dans des collets, braconnés, trafiqués, enlevés à leurs parents et transportés enfants hors de leur biotope (la folie des guépards en Arabie saoudite), butés par des gendarmes ou des officiers de louveterie parce qu'ils ont tenté d'échapper à l'abattoir, ou parce qu'ils "prolifèrent", peu importe qu'ils soient "protégés" par deux conventions internationales (loups) ; esclavagisés dans des zoos et des cirques, battus avec des pioches et des pinces, éviscérés vivants, étouffés, remontés des fonds abyssaux, organes éclatés par la différence de pression, nassés, empoisonnés au cyanure, retournés sur le dos et égorgés dans des pièges à l'abattoir, noyés dans leur sang giclant jusqu'au plafond et sur les murs, mal étourdis électrodes dans l'œil quand ils sont des porcs, ébouillantés et dépecés vivants à la scie pour les vaches, porcs, volailles, chassés pour leur ailerons puis rejetés vivants à la baille pour les requins, expérimentés dans les laboratoires pharmaceutiques (chiens, rats, souris, macaques), encagés dans des cirques, incarcérés donc rendus fous dans des zoos, accablés de charges aussi lourdes qu'eux qu'ils portent jusqu'à épuisement, assassinés dans des chasses-loisirs par des gros tas américains s'exhibant ensuite sur leurs cadavres ; envoyés à la mort dans nos incessantes guerres stupides, envoyés en troupeaux sur des champs de mines pour les faire exploser en explosant eux-mêmes (moutons sur les plages du Débarquement), traversant des champs de bataille avec le courrier accroché au cou (pigeons), porcs vivants utilisés comme matériel de crash test dans l'industrie automobile ou utilisés comme matériel d'expérimentation militaire ; modifiés génétiquement pour produire toujours plus de muscle ou de lait, confinés dans des élevages où règne une telle promiscuité qu'ils en deviennent fous, tripotés par des touristes, ces plaies invasives, dépouillés de leur fourrures et peaux pour en faire des manteaux et des sacs, jamais en paix, et avant tout calomniés par l'espèce humaine, rejetés dans une altérité radicale, pour mieux les exploiter dans toutes sortes d'industries lucratives et puissantes ; butés sur les bords des routes parce que les quadrillages de nos voies routières, ferrées et maritimes de leurs territoires les font prendre tous les risques pour se rencontrer, s'accoupler ou simplement se nourrir ; étouffés avec des sacs plastiques en mer et sur terre, la gueule arrachée par un piège bourré d'engins explosifs comme les éléphants en Inde... 


La première moitié du livre tente un recensement du malheur infligé aux animaux par l'espèce humaine. C'est accablant. Tant et si bien d'ailleurs que le vivant est en train de s'effondrer autour de nous, dans l'apathie repue générale. Le spécisme -action de considérer qu'une espèce est plus importante qu'une autre et que les autres espèces sont des moyens pour les fins humaines- continue ses ravages : pas une journée ne se passe sans que nous en soyons témoins ! Ainsi ce matin, sur France info, chronique de l'histoire édifiante d'un "rat mignon, oubliez le vilain rat en bas de chez vous" SIC qui a été médaillé pour avoir détecté des mines au cambodge. Sous-texte pour les mal-comprenant : quand ils nous rendent des services, les animaux sont utiles et l'espèce humaine les tolère et peut même les trouver "mignons" ! Evidemment, ça ne tient pas une minute, allez voir la photo, c'est un rat, de l'espèce rat, et si vous trouvez les rats moches, surtout comparés à la magnifaïque, bellissime, hors-concours espèce humaine, en face de la bête, vous allez monter sur une chaise ou vous évanouir. A l'instar de sa cruauté, la mauvais foi humaine n'a pas de fond. 

La deuxième partie du livre se demande s'il y a des justifications à un tel massacre d'être vivants : "l'espèce humaine tue consciemment volontairement chaque minute dans le monde, plus de 2 millions d'animaux". Ils sont généralement décomptés en tonnages, les abattoirs affichant rarement le nombre d'individus (sentients, éprouvants des émotions, détenant un savoir qu'ils transmettent à leur jeunes, mères maternelles) ; c'est notamment le cas des pêcheurs qui ne savent, ne comptent pas individuellement leurs prises, ils raisonnent systématiquement en "stocks", "ressources" et "tonnages", cela aboutit à  vider les océans et les mers sans états d'âmes en utilisant des technologies de guerre (sonars, radars détecteurs de bans, grenades, harpons..). Car c'est bien d'une guerre dont on parle. Une guerre d'extermination. 

" Une plainte continue monte des fermes, des laboratoires, des arènes, des cuisines, des abattoirs, des niches, des cages ou des bois, de toutes les parcelles de la Terre. Le cri des bêtes nous assourdit. Leur sang nous inonde. Ceux à qui on laisse la vie sauve ne connaissent pas un sort plus enviable. Captifs ou dressés, ils offriront toujours une image de vaincus dans un monde entièrement gouverné par des rapports de force d'autant plus admirables qu'inutiles, arbitraires et gratuits. " *

Pour Jean-Marc Gancille, le réformisme, le welfarisme (agrandissement des cages, libre-parcours, cameras dans les abattoirs pour surveiller les "bonnes pratiques d'abattage" SIC, les abattages à la ferme sensés supprimer les transports sur de longues distances, la défense de petits pêcheurs artisanaux contre les chalutiers industriels, en démontrant, chiffres à l'appui, que la Méditerranée a été vidée par des pêcheurs à bateaux de moins de 12 mètres..., toutes ces bonnes intentions ne font que masquer que, finalement, c'est toujours à la mort de l'animal qu'on aboutit. Pour RIEN. Nous n'avons aucun besoin de viande ni de poisson pour nous nourrir : les végétariens et véganes actuels, ou venant du fond de l'histoire, car ce mouvement de libération animale existe depuis que les humains arpentent la planète, en sont la preuve vivante et en bonne santé sous nos yeux, le contester fait montre d'une obstination dans la mauvaise foi. Le réformisme ne fait que, au final, justifier le système, le cautionner, le faire durer. Ce que font les désespérants écologistes actuels, type EELV, avec leurs oxymores "développement durable, viande éthique, pêche artisanale, gestion de la ressource"... : le malheur et l'arnaque se perpétuent. La façon dont l'humanité traite les animaux, notamment dans l'industrie de l'élevage, par caprice de riches, est un naufrage moral. 

Les animaux sont, comme nous, l'aboutissement d'une longue évolution, comme nous le résultat d'une longue adaptation parsemée d'écueils surmontés, d'apprentissages et de transmission de ces apprentissages. Mieux même, nous sommes tous interdépendants : l'humanité ne survivra pas au dépeuplement et à l'acidification des océans, à des températures moyennes de 45° C à l'ombre, à l'expansion des déserts, à l'effondrement de la diversité des insectes, arthropodes, et vers de terre (la majorité de la biomasse de la planète alors que l'humanité n'en représente que 0,01 % !) qui aèrent, cultivent et rendent nos sols féconds, à l'effondrement des mammifères terrestres par nos élevages et cultures agricoles pour nourrir surtout des animaux, qui concurrencent la place des espèces sauvages : l'auteur préconise l'arrêt total et immédiat de l'élevage, de reconnaître un statut juridique aux animaux, la végétalisation totale de l'alimentation humaine, la fermeture des zoos, l'arrêt définitif de la chasse et de la pêche, le ré-ensauvagement de 50 % des terres et océans de la planète, où les espèces sauvages exerceraient leurs droits à l'autodétermination sans que nous y intervenions et y mettions notre grain de sel ; vu la façon à la gribouille dont nous nous y prenons, dont nous nous y sommes pris jusqu'à maintenant, nos gros sabots de suprémacistes piétinant la porcelaine de l'équilibre fragile de notre biotope, cela me paraît de bon sens. Rien ne peut être pire que la perpétuelle et désastreuse intervention humaine. Nous n'avons de toutes façons plus le choix : nous sommes au pied du mur, acculés. Où nous changerons RADICALEMENT nos comportements de tueurs anthropocentristes ou nous périssons. L'humanité ne survivra pas à la déforestation, à l'avancée des déserts, à des températures de 58° C dues à l'effet de piégeage du carbone dont l'élevage est un puissant pourvoyeur, à la pollution qui suit toutes ses colonisations des territoires des autres, à la surpopulation sur une planète désolée où les autres terriens ne seront que quelques espèces élevées à grand frais environnemental pour nos mythiques protéines animales. Les milliards de poulets que nous torturons et confinons dans des tunnels sont déjà les plus nombreux habitants de la planète. Nous vivons sur la planète du poulet d'élevage. Nous ne survivrons pas dans un désert déforesté, brûlé, à l'air irrespirable, à la montée des eaux, à la cueillette sur des tas d'ordures, comme c'est déjà le cas pour la partie la plus défavorisée de l'humanité. Nous allons devoir tourner le dos au mauvais chemin où l'humanité s'est engagée lors de la "révolution" du Néolithique selon Yuval Harari, en espérant qu'il ne soit pas trop tard. Ca va être dur, notre déni freinant nos prises de conscience, il va nous falloir être la Terre qui se défend contre la prédation humaine. Courage les défenseurs des animaux, soyons radicaux. 

CARNAGE : nom masculin, action de tuer un grand nombre d'animaux ou d'humains.

" Par la faute de l'anthropocentrisme, nous sommes devenus ce primate nu gonflé d'orgueil, qui s'est auto-persuadé d'être une légende épique. " Paul Watson, pour la préface. 

Charles Patterson, universitaire, historien, s'interrogeant sur les torts terribles que nous infligeons aux animaux, écrit en 2002 Un éternel Treblinka. Isaac Bashevis Singer, écrivain juif d'expression Yiddish, Nobel de littérature, ayant vu sa famille engloutie dans la Shoah écrira : "pour ces créatures (animales), tous les humains sont des nazis". 

" On sait que la grande majorité de ceux qui, descendant des trains, se retrouvaient sur les rampes des camps d'extermination ne parlaient pas allemand, ne comprenaient rien à ces mots qui ne leur étaient pas adressés comme une parole humaine, mais qui s'abattaient sur eux dans la rage et les hurlements. Or, subir une langue qui n'est pas faite de mots mais seulement de cris de haine et qui n'exprime rien d'autre que le pouvoir infini de la terreur, le paroxysme de l'intelligibilité meurtrière, n'est-ce pas précisément le sort que connaissent tant et tant d'animaux ? " Elizabeth de Fontenay, philosophe, Le silence des bêtes, la philosophie à l'épreuve de l'animalité, 1998, chez Fayard.

* Citation de Armand Farrachi Les ennemis de la terre

vendredi 18 septembre 2020

Crachons sur Hegel ? Une révolte féministe

Cette semaine je vous propose un court texte de Carla Lonzi, tiré de son manifeste Crachons sur Hegel, publié à l'été 70. C'est un texte radical, que d'aucunes seront tentées d'accuser d'essentialisme. Hegel, dans sa Phénoménologie de l'esprit, théorise la dialectique maître-esclave ; mais bien entendu, il ne parle pas des femmes, car il ne les voit pas. 

Les femmes, comme le "nègre prélogique" ne sont pas dans l'histoire. Illustration : rappelez-vous de la phrase de Sarkozy lors de son discours de Dakar en 2012, qui avait fait scandale, prétendant, tout en reconnaissant que la colonisation fut une faute, que "l'homme africain n'est pas assez entré dans l'histoire". Elle relève de cette même logique. La femme, écrit Carla Lonzi, est essentialisée dans la différence, une différence présentée comme naturelle. Le pouvoir masculin est un pouvoir colonial

Les hommes agissent, exercent leur transcendance sur le monde, les femmes, elles, seraient dans l'immanence, elles seraient sujet anhistorique, toute de nature, dédiées au service domestique et sexuel des hommes, et à la reproduction humaine, alors que les hommes (mâles) FONT l'histoire. Les femmes, elles, font des histoires, pour rien, généralement. Et l'histoire pour les hommes est une téléologie : elle avance dans un sens, en cahotant, avec des convulsions, des guerres, des révolutions, mais elle avance vers le progrès qui est forcément positif. Je vous renvoie au régressif  "retour à la bougie", phrase de Macron illustrant ce propos, qui a eu un grand succès cette semaine ! 

Selon Carla Lonzi, le féminisme est un système qui instaure une hiérarchie, il vise à atteindre un modèle forcément placé au-dessus de la condition actuelle des femmes : un idéal universel, mais malheureusement le modèle universel est masculin. Le féminisme vise la parité avec les hommes, mais où, dans quoi ? La guerre ? La tauromachie ? La chasse ? Les bullshit jobs ? Le braquage de banques ? Les prisons côté détenus ? Le forage pétrolier ? Tous ces systèmes sont antagonistes de quelqu'un ou de quelque chose d'autre, et largement nuisibles. Evidemment, Carla Lonzi se débat dans des contradictions insolubles : je crois que de toutes façons le problème est insoluble, les femmes étant les seuls opprimés à coucher avec leur oppresseur. Ou à être au moins impliquées affectivement avec lui. Ce n'est pas le cas des ouvriers, ni des esclaves. 

" Toute la structure de la civilisation, comme une seule grande battue de chasse, pousse la proie vers les lieux où elle sera capturée : le mariage est le moment où s'accomplit sa captivité. La femme est, toute sa vie, économiquement dépendante : d'abord de la famille du père, ensuite de celle du mari. Pourtant, la libération ne consiste pas à accéder à l'indépendance économique, mais à démolir l'institution qui a rendu la femme plus esclave que les esclaves et pour plus longtemps qu'eux. 

Chaque penseur qui a embrassé du regard la situation humaine a réaffirmé depuis son propre point de vue l'infériorité de la femme. Même Freud a avancé la thèse de la malédiction féminine ayant pour cause le désir d'une complétude qui se confondrait avec l'envie d'avoir un pénis. Nous affirmons notre incrédulité à l'égard du dogme psychanalytique qui prétend que la femme serait prise, dès son plus jeune âge, par un sentiment de partir perdante, par une angoisse métaphysique liée à sa différence. 

Dans toutes les familles, le pénis de l'enfant est une sorte de fils dans le fils, auquel on fait allusion avec complaisance et sans inhibition. Le sexe de la petite fille est ignoré : il n'a pas de nom, pas de diminutif, pas de caractère, pas de littérature. On profite de sa discrétion physiologique pour en taire l'existence : le rapport entre hommes et femmes n'est donc pas un rapport entre deux sexes, mais entre un sexe et son absence. 

On lit dans la correspondance de Freud à sa fiancée : "Cher trésor, pendant que tu te dédies avec bonheur à tes activités domestiques, je suis tout au plaisir de résoudre l'énigme de la structure du cerveau humain." 

Examinons la vie privée des grands hommes : la proximité d'un être humain tranquillement considéré comme inférieur a fait de leurs gestes les plus communs une aberration qui n'épargne personne. "

" Dans la conception hégélienne, le Travail et la Lutte sont des actions qui initient le monde humain en tant qu'histoire masculine. L'étude des populations primitives offre plutôt le constat que ce sont les femmes qui sont affectées au travail, tandis que la guerre demeure une activité propre au mâle. A tel point que si, vaincu ou n'ayant pas de guerre à mener, l'homme est assigné au travail, il proclame qu'il ne se sent plus être un homme, qu'il se sent devenu une femme. La guerre apparaît donc, dès les origines, strictement liée, pour l'homme, à la possibilité de s'identifier et d'être identifié à un sexe. L'homme dépasse ainsi, par une épreuve tournée vers l'extérieur, son anxiété intérieure due à l'échec de sa propre virilité. Mais nous nous demandons quelle est cette angoisse de l'homme qui parcourt funèbrement toute l'histoire du genre humain et qui renvoie toujours à un point insoluble, lorsqu'il faut choisir ou non de recourir à la violence. L'espèce masculine s'est exprimée en tuant, l'espèce féminine en travaillant et en protégeant la vie : la psychanalyse s'attache à décrire les raisons pour lesquelles la guerre fut considérée par l'homme comme un tâche virile, mais ne nous dit rien de l'oppression parallèle qu'a subie la femme. Et les raisons qui ont amené l'homme à faire de la guerre une soupape de sécurité institutionnelle pour ses conflits intérieurs nous laissent croire que de tels conflits sont inéluctables chez l'homme, et constituent une donnée première de la condition humaine. Mais la condition humaine de la femme ne rend pas compte des mêmes exigences : au contraire, la femme pleure le destin de ses fils envoyés à l'abattoir et, au sein même de sa passivité pieuse, elle distingue son rôle de celui de l'homme. Nous avons aujourd'hui l'intuition d'une solution à la guerre bien plus réaliste que celles offertes par les savants : la rupture d'avec le système patriarcal, à travers la dissolution, opérée par la femme, de l'institution familiale. Ici s'ouvre la possibilité d'un processus de renouvellement de l'humanité depuis la base, renouvellement jusqu'alors invoqué à maintes reprises sans que ne soit mentionné par quel miracle une réconciliation de l'humanité pourrait avoir lieu. 

Le veto contre la femme est la première règle dont les hommes de Dieu tirent la conscience d'appartenir à l'armée du Père. L'attitude de l'homme à l'égard de la femme s'institutionnalise dans le célibat de l'Eglise catholique et dans l'angoisse qui l'accompagne. La femme a été pourchassée dans raison, au cours des siècles, à travers conciles, disputes, censures, lois et violences. 

La femme est l'autre face de la terre. "

" La pensée masculine a ratifié le mécanisme qui a fait apparaître comme nécessaires la guerre, le condottiere, l'héroïsme, le défi entre générations. L'inconscient masculin est un réceptacle de sang et de peur. Puisque nous voyons que le monde est rempli de ces fantasmes de mort, et que la pitié est un rôle imposé à la femme, nous abandonnons l'homme pour qu'il touche le fond de la solitude. "

Carla Lonzi.  

samedi 5 septembre 2020

La peste soit des mangeurs de viande !

Nos économies et nos vies sont plombées depuis 7 mois par un virus très contagieux : arrêt de l'économie de la planète pour confiner les gens à domicile ou à l'intérieur des frontières, pour arrêter la propagation, préserver les services de santé. Chute consécutive des sacro-saints PIB (Produits Intérieurs Bruts) donc chômage et récession en vue, peut-être pire qu'en 2008-2010, et, dans les pays où il n'y a pas de filets sociaux, des gens se retrouvent expulsés de chez eux, toutes leurs possessions sur le trottoir. Vous remarquez comme moi qu'on ne parle plus que masques, relocalisation de la production, recherche frénétique de médicaments et d'un vaccin. Toujours le nez sur l'événement, aucune anticipation, crise puis remèdes à la crise. Ca tombe bien, ça fait du PIB : investissements lourds sur la recherche et l'industrie, commissariat au plan comme dans les années 50 du siècle dernier, et l'inévitable concours de bites qui va avec comme d'habitude : Professeur Raoult contre l'establishment parisien chez nous, et qui va trouver un vaccin le premier : Poutine ou Trump ? On est sur des charbons ardents. 

Depuis des décennies, on avertit que l'élevage est porteur d'une bombe à retardement, que le braconnage est un danger qui nous met face à des contaminants inconnus voire mutants, et qu'une crise sanitaire menace ; il y a bien eu quelques avertissements où il n'y avait que les animaux qui trinquaient (les épizooties qu'on a connues depuis 20 ans), avec l'avertissement sérieux tout de même en 2003 du SRAS qu'on s'est empressés d'oublier, aidés par la grippe porcine H1N1 qui fit long feu en 2011. Les chinois, dont les comportements égoïstes envers les animaux et la vie sauvage ne sont jamais questionnés, les caprices de leur classe moyenne naissante de nouveaux-riches participant à leur croissance à deux chiffres, provoquant le pillage des ressources naturelles de la planète, mais puisque le mythe de la croissance infinie est inamendable, ils procèdent à la destruction de la scène de crime à Wuhan où l'épidémie a démarré. Plus de scène de crime, plus de crime. Non lieu. Je ne suis évidemment pas contre le fait qu'il faille lutter contre les virus et les crises qu'ils provoquent, mais un peu d'anticipation et de prudence, ne parlons pas du déni, nous éviterait ces apnées économiques que tout le monde va payer au prix fort. 

" La viande est puissante ", " manger de la viande est une affirmation féroce de pouvoir " écrivait Martin Caparros dans La faim, son ouvrage de 2015 que j'avais chroniqué ici même

Et la viande est violente. Sa violence contamine tout le reste de la société. La peste soit des mangeurs de viande !

J'ai lu ce polar noir de Frédéric Paulin, paru en 2017 à La manufacture du livre, polar qui tombe à pic en ces moments de pandémie globale. J'ai commencé à lire l'oeuvre de Paulin par sa trilogie sur le terrorisme islamique qui rencontre un grand succès : La guerre est une ruse, Prémices ce la chute et La fabrique de la terreur, ce troisième tome récemment paru. Ca m'a donné envie d'en lire plus. Frédéric Paulin est breton d'adoption, rennais même, et la plupart de ses premiers romans policiers se passent à Rennes. Je ne fait bien entendu aucune crispation identitaire, je lis Paulin parce que je lis des polars, que son style est alerte, qu'il est drôle malgré sa noirceur, qu'il décrit bien notre époque, et qu'au final, dans ce dernier roman noir de 2017, il écrit une charge contre la viande et ses barons industriels. Scène de crime du début du roman : un flic est trouvé au petit matin, saigné, égorgé, dans un abattoir. On va immédiatement soupçonner un petit groupe d'antispécistes qui évoluent dans le coin. Ce polar est prétexte pour le végétarien Paulin à une charge contre la violence de la société, à commencer par celle infligée industriellement aux bêtes dites de boucherie, qui contamine littéralement tout le reste. L'antispéciste créateur de La mort est dans le pré (SIC), un groupe clandestin qui prétend défendre activement les animaux après une infiltration dans un abattoir où il vont découvrir le sort abominable des cochons dès la descente du camion, est de fait un violent, obligé d'aller chercher à s'armer auprès de groupes islamistes d'Europe centrale (ex yougoslavie) ; une protagoniste capitaine de police est une femme battue qui va finir par retourner la violence de son conjoint, bref une épidémie de violence, une véritable contamination. Le seul qui gagne à la fin, c'est le Président du Syndicat des producteurs de viande, un cynique absolu, anticipant la défection occidentale, mais surtout escomptant les gains de parts de marché de l'Asie et de l'Afrique !

La peste soit donc des mangeurs de viande. De la misère sociale qu'elle induit : une partie de l'action se passe lors du conflit social des abattoirs GAD à Lampaul Guimiliau (Finistère) désormais fermés, mais où, souvenez-vous un certain Emmanuel Macron était allé, puis revenu, en disant qu'il y avait des "illettrés" parmi le personnel (ce qui lui fut reproché par les bien-pensants de gauche qui ne veulent rien savoir des conditions de production de leurs steaks) constatant ainsi la sociologie des damnés de la viande dont personne ne veut jamais rien entendre, surtout à gauche ! Je rappelle au passage que partout dans le monde, au moins le monde libre où ces choses se disent et s'écrivent, les ouvrier-es d'abattoirs ont payé un très lourd tribut au coronavirus SarsCov2, y compris dans nos régions. En Mayenne, Sarthe et Finistère notamment. Ces ouvriers, tâcherons pour la plupart, parlent même à peine français : ils sont roumains ou maliens dans les abattoirs bretons. Ils peuvent donc à peine se défendre, ça tombe bien, c'est la garantie de la viande à bas coût. 

On n'en a pas fini avec ce virus, il va sans doute nous empêcher de vivre normalement pendant quelques temps encore. Espérons qu'il ne va pas en ressortir une génération de crétins qui n'auront pas pu aller à l'école et à l'université normalement, et que surtout, l'après coronavirus sera différent du "monde d'avant". Je suis pessimiste, les industriels de la viande ont en effet constaté une progression de leurs ventes de steaks hachés durant le confinement. Personne n'apprend rien décidément. En attendant, comme écrit Paulin, le marché chinois "fait bander" les industriels bretons. 

Je laisse le dernier mot à des artistes : ils sont toujours aux avant-gardes, ils voient ce que nous ne voyons pas avant tout le monde : Patrick Morrissey, The Smiths, qui figurent en exergue du roman de Frédéric Paulin.

it's not natural, normal or kind 

the flesh you so fancifully fry, 

the meat in your mouth 

as you savour the flavour

of murder 

no, no, no, it's murder 

no, no, no, it's murder 

who hears when animals cry ? 

The Smiths - Patrick Morrissey