dimanche 14 décembre 2014

Witchburning - Bûchers de sorcières

A l'heure où les religions obscurantistes reviennent à fond la caisse, alors qu'on les croyait affaiblies pour longtemps, et où elles sont présentées comme humanistes (voir tous les journaux de France 2 et TF1 qui font régulièrement la propagande du Pape actuel, Jorge Mario Bergoglio), il est utile de rappeler que rien n'a changé. L'église de Rome, à travers les discours de son pontife, glisse dans ses phrases doucereuses, prêchant la charité et l'amour du prochain, que les femmes sont complémentaires de l'homme et que leur corps appartient à ces derniers, ou au moins à l'humanité entière, mais pas aux femmes elles-mêmes. L'infériorité des femmes et leur contrôle indispensable, ce mantra des religions à dieu mâle, qui au fond, nous craignent. De fait, ils haïssent l'humanisme qui revendique la liberté individuelle et le droit à l'auto-détermination indépendamment de toute croyance, par définition non démontrée et non démontrable. Les hiérarchies masculines des religions sont à l'oeuvre derrière le rejet buté de l'égalité femmes-hommes, du droit des femmes à disposer de leur corps, du mariage pour les gays et lesbiennes, et ces jours derniers, d'une loi sur la fin de vie (avec l'aide active du lobby des médecins). Dans un pays largement déchristianisé, il ne faut pas minimiser leur pouvoir de nuisance. Il est donc utile de rappeler de quoi elles ont été capables, dans toute l'Europe pendant 4 siècles, notamment vis à vis des femmes "diaboliques", insoumises à leurs diktats haineux.


"Ils n'ont plus à lyncher les femmes
très souvent ces derniers temps, alors qu'ils avaient coutume de le faire
-le seigneur et ses hommes écumaient les villages la nuit, battant et
tuant toute femme surprise hors de sa maison.
Les tribunaux européens de sorcellerie enlevaient les gens indépendants ; dans deux villages
-à la fin des procès cette année-là- il restait une femme vivante.
une."
Judy Graham dans A woman is talking to death

"Répétez les syllabes
avant que la leçon se répande dans le cerveau :
Margaret Barclay, lapidée à mort, 1618.
Peronette, assise de force sur une tige de métal brûlant, torturée
et brûlée vive, 1462.
Soeur Maria Renata Sanger, vice-prieure
du couvent des Prémontrés d'Unter-Zell
accusée d'être lesbienne ;
le document certifiant sa torture
porte le sceau des Jésuites,
suivi des mots Ad Majorem Dei Gloriam-
Pour La Plus Grande Gloire de Dieu.

Que nous ont-ils fait ?
Robin Morgan - Lady of the beasts

La place d'une femme est dans un filet tissé serré
Elle est enchaînée comme un chien à sa niche.
Mais si par chance ou destin, elle arrivait à s'en échapper
Elle est une menace pour les gardiens de la tradition.
Aussi, si vous avez le don de guérison mais avez oublié comment faire une génuflexion
Soyez prête pour une Inquisition infligée de main d'homme
Willie Tyson - The Wiching Hour


BURNING WIFE
I was born in a world where men  power's strong
Nothing but a wife, less then animals
They've burned my face, burned my flesh,
Corroded my flesh, acid on my face
Reduced to slavery, I've got nothing else to say
Rebellion is a crime, soon to be burning wife.

Grind band BLOCKHEADS - Album Shapes of misery - 2006


Les deux autres religions révélées et leurs différentes sectes et sous-succursales, ne sont pas en reste dans le rabaissement des femmes, éternelles tentatrices, supposées demeures du serpent et de ses maléfices. Ils ont historiquement brûlé ou noyé des dizaines de milliers de femmes : ce ne sont pas des légendes, et il faut que ce soient des femmes qui aient été victimes pour que cela soit considéré comme un passé définitivement remisé dans la poussière des siècles : mais leur inimitié est restée intacte. Et puis les enlèvements de femmes pour satisfaire les besoins sexuels de soldats perdus, fanatisés, femmes traitées en chèvres échangeables comme dans n'importe quelle foire agricole, dans d'autres parties du monde, témoignent que ces "systèmes de pensée" sont à combattre avec détermination et sans concession.
On peut lire avec profit le petit ouvrage de Françoise d'Eaubonne, très inspirée sur le sujet : "Le sexocide des sorcières - 1999 - L'esprit frappeur.


Liens : Dans la Russie de XXIè siècle, ex pays communiste athée, la religion orthodoxe reprend des couleurs : Cyrille (Patriarche orthodoxe de Russie) le bras religieux du nationalisme de Poutine. Le nationalisme, un autre obscurantisme.
Les noces barbares de Daech : 4000 femmes Yezidies servent d'esclaves sexuelles - Par Annick Cojean.
The persecution of the witches was a manifestation of the rising modern society - Maria Mies - En anglais - 3ème chapitre de Patriarchy and capital accumulation on a world scale. 1986 

lundi 8 décembre 2014

Biocide en cours - Le règne du vivant par Alice Ferney


"La cité des hommes, jadis une enclave à l'intérieur du monde non-humain, se répand sur la totalité de la nature terrestre et usurpe sa place"
Hans Jonas - Philosophe - Le principe de responsabilité.

Anthropocène : La puissance humaine égale celle des temps
géologiques ; nous sommes devenus une force géophysique agissant sur la planète.

"Les coffres forts de nos banques sont mieux protégés que l'Océan Austral qui est pourtant notre poumon principal".
"Il existe parmi les hommes des barbares qui aiment verser le sang, des brutes qui assouvissent sur les bêtes un besoin de tuer. On ne peut plus l'autoriser. De tels actes relèvent du crime".
[les baleines] "sont d'énormes mammifères qui mettent très longtemps à mourir".
"L'homme est une sale bête, et une bête sale".
"Nos descendants nous maudiront".
"Réveillerons-nous les défenseurs ? Il le faut. Sans quoi la Terre sera bientôt vide. Humains et non humains auront disparu. Car leurs sorts sont liés. Voilà ce que nous répétons à un système qui s'est emballé et fonce vers les dangers qu'il a programmés.

Toutes ces citations sont dans Le règne du vivant, roman d'Alice Ferney, Actes Sud Editeur. Des activistes environnementaux sillonnent les mers australes et les glaces de l'Arctique où ils traquent, dans ces lieux de non droit, les voyous des mers et des océans équipés d'engins de guerre (harpons à têtes explosives, localisation par sonar et satellite géo-stationnaire), qui massacrent au nom de leur profit le plus immédiat, les requins, les poissons et les mammifères marins, même dans les sanctuaires et les réserves marines qui leur ont été concédés. Les gouvernements et leurs polices corrompues averties, arrêtent.... les militants écologistes. Bien que les noms ne soient pas les mêmes, il est difficile de ne pas reconnaître dans les héros de ce roman les militants de Sea Shepherd et dans le héros principal, le capitaine Paul Watson, qui  se mettent entre les prédateurs humains et les requins, les dauphins et les baleines, et après les sommations d'usage alertent les polices nationales qui n'interviennent pas. Équipages de bénévoles, cuisine exclusivement végane à bord, rôdés aux campagnes de guérillas marines et aux techniques de communication de masse, ils prennent tous les risques sans jamais se mettre hors la loi pour sauver les animaux marins et les océans du globe, alors que les gouvernements et les forces de l'ordre sont aux abonnés absents. C'est un beau roman magnifiquement écrit : lisez-le de toute urgence. La planète est en péril et  nous n'en avons pas de rechange.


Voici le très beau texte du préambule, écrit par le journaliste norvégien Gérald Asmussen, principal témoin :

"Avant de m'asseoir pour consigner cette histoire, je l'ai vécue. J'ai vu se lever l'activiste et croître sa détermination. Que pourrais-je faire ? se demande un homme qui contemple un désastre, et c'est le commencement des miracles. J'ai suivi pareil homme, refoulé pareille colère, rêvé pareil renouveau : j'apercevais le même désastre.
Avant de revenir dans la chambre de mon enfance, dans la maison de ma mère, à K, j'ai vu le monde. J'ai couru les océans sans loi, ces pâturages liquides pour lesquels je n'étais pas fabriqué. Je ne m'y trompais pas, l'homme appartient à la terre, les eaux vivantes n'ont pas besoin de lui. J'avais pourtant besoin d'elles, comme on désire l'éternité au lieu de la mort, le ciel au lieu de l'enfermement, et sentir au lieu de penser.
J'ai réclamé les eaux profondes, j'ai respiré leur haleine salée, scruté les ténèbres de leurs nuits immenses. J'ai fréquenté l'esprit des flots. J'ai appris leur géographie et leur langage. Les courants et les vents ont livré pour moi leurs secrets : toute la circulation du froid et du chaud entre les pôles et ce grand foyer électrique qu'est l'équateur. J'ai imaginé ces fondations du monde à travers les millions d'années : leurs épilepsies, leurs accalmies, le long mariage de l'océan primordial et de ses rivages. Tout avait commencé là. Les mini-météorites, tombées de l'espace dans ce bain originel, avaient apporté les acides aminés, robots minuscules capables de se répliquer. Parfois une erreur survenait : une nouvelle forme apparaissait. La diversité était en route. Notre monde se composait, fabuleux, inconcevable, à couper le souffle. J'ai bu sa splendeur comme un cordial. J'ai reçu les frissons, les inquiétudes, les ivresses, les joies. La haute mer surpasse la terre dans les impressions qu'elle suscite. Peur, liberté, émerveillement ont dans cet inhabité aussi peu de limites que l'air, l'eau ou le temps. Je me suis abandonné aux heures et aux lieux. J'ai atteint les confins de notre espace. J'ai contemplé la beauté des mers circumpolaires où vivent ceux des animaux qui aiment se tenir éloignés des hommes. Je me suis éloigné avec eux, et aux questions de ma raison j'ai ajouté les questions de ma rêverie.
J'ai vu des murailles, des arcades, des fosses, des blocs de brume, des jambages de nuées, des trombes, des cataractes. J'ai contemplé des eaux turquoise et des couronnes de verdure, des archipels volcaniques, des épaisseurs de neige, des effondrements de parois, des réverbérations miraculeuses, des labyrinthes et des châteaux de glace. J'ai vu les veinures bleues dans les faces des grands icebergs, là où l'eau s'apâlit autour de ce qu'elle couvre. J'ai deviné l'étreinte mortelle de la banquise en hiver, j'ai senti sa présence d'obstacle. J'ai connu la surprise des harmonies australes, la lune jaune et l'océan comme de l'argent fondu, le ciel rose comme une fleur de fuchsia.
J'ai écouté des souffles, des murmures, des plaintes, des passages d'oiseaux, des sauts, des plongées, des chants nuptiaux. Je me suis inscrit dans le mouvement fluide des créatures de ces lieux. J'ai filmé des chevauchées, des cabrioles, des caresses et des dévorations. J'ai envié les iguanes marins réchauffant leur peau hérissée à la chaleur des roches. J'ai applaudi la course des manchots, noir et blanc comme des pies, semblables à des torpilles vivantes dont les bonds surfilaient l'eau. J'ai fait silence, j'ai retenu mon souffle à l'apparition des baleines. J'ai senti la puissance du dauphin dans la valse éternelle de l'eau et la densité de sa chair musculeuse sous le lustre gris de sa peau. La vitesse faisait partie de lui comme la pensée faisait partie de l'homme. J'étais un être cérébral. Je me découvrais dans ce contrepoint. J'ai admiré ces aptitudes que je ne possédais pas. J'ai rêvé des cachalots qui remontent des profondeurs, verticaux comme des plongeurs. J'écoutais le grincement de leurs dents. J'ai suivi jusqu'à l'horizon le vol des pétrels et leur hennissement m'a saisi. J'ai vu la vie habiter toutes les formes, s'accomplir et se transmettre à travers elles, tenace, résistante, sauvage, et mourir les individus qui l'enfermaient.
J'ai cherché les grands poissons, les mérous géants, les espadons, les requins monstrueux. Ils avaient disparu. J'ai regardé la mer intouchée et la mer épuisée. Au cœur du Pacifique, dans le nœud de ses courants vers le nord, j'ai filmé la grande décharge du monde : sur trente mètres de profondeur un continent de plastique, sacs, bidons, bouteilles, de toutes les marques, dans toutes les langues et de toutes les couleurs. Jusque dans ses espaces inatteignables, le globe terrestre devenait l'égout des hommes. J'ai recherché le vide et le silence, je fuyais ce monde en croissance. J'ai pisté ses destructeurs. J'ai traversé les sanctuaires et poursuivi les braconniers. J'ai vu la violence de l'homme industriel se jeter sur la richesse des mers, ses mains de fer mettre à mort les plus gros, les plus rapides, les plus formidables prédateurs. J'ai vu les grands chaluts ramasser en aveugle une faune inconnue. J'ai su de quoi les humains sont capables. J'ai redouté ce qu'ils font quand ils se savent invisibles, en haute mer, sur la banquise, dans le face-à-face sans mot avec les bêtes à leur merci. J'ai combattu l'horreur : les tueries, les mutilations, les dépeçages, l'entassement des cadavres. J'ai vu mourir noyées dans leur sang des baleines qui criaient comme des femmes. On nous disait qu'elles n'avaient ni âme ni langage. Leur conscience d'elles-mêmes traversait l'onde et vrillait mes oreilles. Ces proies inoffensives et tendres, je ne doutais pas qu'elles eussent une intériorité. Je connus leur valeur et leur fragilité. Nous leur devions une protection. Loin sur l'eau, dans les immensités sans côtes ni havres, à écouter la voix du vent, à regarder le lent gonflement des vagues, ou bien la mer couchée que la tempête met debout, je me suis senti à la fois insignifiant et responsable. Quel usage faisions-nous du monde ? La question s'est levée comme une vague qui m'a submergé.
Avant de consigner par écrit cette histoire, je l'ai filmée, close et tragique : les patiences et les attentes, les longs appareillages, la peine et l'ennui, la quête et le découragement, la bataille et la victoire, le danger, la peur et la chute. Je suis peut-être le témoin d'un meurtre. Je détiens des images. Les polices du monde austral me recherchent-elles ? La grande mafia d'Asie me traque-t-elle ? Je suis dans la maison de ma mère à K. Côtes de Norvège. Qui viendrait me chercher là ? Je suis le petit-fils d'un fameux harponneur. Je porte son nom et le même prénom. Quel meilleur camouflage ? J'attends celui qui me trouverait. L'énergie du combat ne doit pas s'éteindre. J'ai conservé tant de tristesse. Ma mémoire obstinée est émue. Je voudrais ne rien oublier. Je pense à ce qui s'est passé. Qu'y a-t-il de différent à l'écrire ? Je serai dans mes phrases, je choisirai chaque mot, tandis que les films ne capturent que le fait visible et le présent. Je remonterai le cours des choses, je révélerai les corruptions, les infamies. J'éclairerai la prédation du monde, l'arrogance et la cruauté des hommes, leur insatiable cupidité. La mer est trop magnanime. Que fait-elle ? Me suis-je souvent demandé. Pourquoi les vagues ne se cabrent-elles pas ? Pourquoi n'envoient-elles pas par le fond tous les navires hors la loi qui la violent ? Nous avons poursuivi les chasseurs pirates, les tueurs, ces bandits qui rejetaient vivants les requins mutilés, les tortues asphyxiées par les filets, les oiseaux aux ailes brisées. Ils nous ont envoyé leurs sbires. Au moment de commencer ce récit, épopée d'un homme convaincu, je n'aurai pas la pudeur de l'océan qui engloutit les crimes, je ne serai pas l'eau dans laquelle se disperse le sang versé. Je ferai appel à tout mon mauvais caractère".
Gérald Asmussen, caméraman à bord de l'Arrowhead, septième campagne antarctique."

Opération ICEFISH, la campagne 2014-2015 expliquée par le Capitaine Peter Hammarstedt pour Sea Shepherd. Sous-titres en français.



Liens : Comment les lobbies ont gagné sur le dossier de la pêche en eaux profondes
La BD de Pénélope Bagieu pour BLOOM Association
Le plaidoyer écologique d'Alice Ferney dans Sud-Ouest
Le dossier du Dauphiné Libéré sur la CBI -Commission Baleinière Internationale.


mercredi 3 décembre 2014

Challenges vous conseille d'épargner, Mesdames !

Quand j'ai ouvert mon compte Twitter, j'ai trouvé indispensable de m'abonner aux comptes de la presse économique en plus d'une sélection de comptes de la PQN (Presse Quotidienne Nationale). J'ai donc pris Les Echos et Challenges, et je reçois régulièrement des liens vers leurs articles. Bien m'en a prise : la semaine dernière, j'ai cliqué sur un lien édifiant, genre quadruple peine pour les femmes. Ou comment les patriarcaux se paient notre tête en toute impunité. Je vous résume l'affaire. Sachant, selon Challenges, appuyé sur une enquête HSBC (un bankster de volée internationale qui ne s'intéresse aux femmes que pour récupérer un peu de leur pognon, en l'occurrence), sachant donc que :

Les femmes, c'est à vie MOINS 19,3 % de salaire que les hommes (à niveau de postes et responsabilités égales, diplôme généralement supérieur, faut-il le rappeler ?), que du coup (mais il faut aussi rajouter les mi-temps "choisis" -tu parles !- ou non, et la précarité qui plombent les carrières des femmes et dont bénéficient les boîtes car cela les rend flexibles), leur retraite moyenne est de 833 euros par mois contre 1743 euros pour les hommes, que d'autre part, la part de leurs revenus consacrée aux dépenses quotidiennes du ménage est de 54 % contre 40 % pour les mecs qu'elles ont épousé, et qu'enfin, malgré toutes ces avanies, elles vivent 6 ans de plus en moyenne que les mâles, je vous le donne en mille, quelle est la solution proposée par Challenges ??? (Ils ont oublié l'âge de la Capitaine, mais vu l'exposé de l'étendue de la cata, c'est peanuts finalement) :

ÉPARGNEZ DAVANTAGE, MESDAMES ! 

Si ! Heureusement qu'on a Challenges pour nous dire à quoi nous "avons intérêt" dans la vie : nous "devons donc faire face à des besoins plus importants pour financer nos vieux jours" mais avec moins de moyens, hein Challenges ? Car du coup, pressurées, injustement mal payées et précarisées, nous n'épargnons QUE 63 euros par mois en moyenne, contre 110 euros pour les hommes français pour nos retraites, le cercle vicieux. Bon, donc, quand vous avez rapporté à la maison votre salaire de misère, en tous cas avec une différence injustifiable, sorte d'impôt patriarcal, que vous avez nourri tout le monde avec vos seuls deniers -acheté leurs indispensables côtes de bœuf "car ils font du sport, eux"-, il vous reste à jeûner pour mettre quelques sous de côté pour votre retraite. Serrez-vous la ceinture, bandes d'imprévoyantes, Challenges dixit. Pas un instant, la responsabilité des parasites des femmes que sont la société, le(ur)s employeurs, leurs conjoints, ne sont mis à contribution, priés de revoir leurs comportements inégalitaires et injustes, les femmes sont taxées d'imprévoyance et de légèreté. Double standard, double peine, et foutage de gueule en plus. Si vous ne me croyez pas, pour aller lire l'article de Challenges, il faut suivre ce lien.

Rappel : Mi-temps = demi-salaire = demi-chômage = demi-retraite. Chacune fait comme elle veut, mais moi je vais aller hacker deux ou trois trucs de banquiers ou d'autres, pour me calmer les nerfs : je ne sais pas encore quoi, mais je vais trouver en chemin. Comptez sur moi. Je trouve que j'y ai "intérêt" pour parler comme Challenges. 

vendredi 28 novembre 2014

Le combat d'une femme pour toutes les femmes



Superbe téléfilm de Christian Faure sur France 2, mercredi soir 26 novembre. Les trois jours et trois nuits des débats à l'Assemblée Nationale (9 femmes sur 577 députés !), la loi de décriminalisation de l'avortement portée par Simone Veil, gauliste, Ministre de la Santé du Gouvernement Chirac sous la Présidence de Giscard d'Estaing.

En fine politique, Simone Veil porte sa loi sur l'Interruption Volontaire de Grossesse devant l'Assemblée composée de vieux parlementaires conservateurs mâles ("ce sont les mêmes députés qui rejettent la loi et qui demandent à voix basse comment faire avorter leurs maîtresses", phrase historique), sans (surtout sans !) l'aide de sa collègue Françoise Giroud qu'elle bat froid, Secrétaire d'alors aux Droits des Femmes. Dans une scène du téléfilm, on voit Françoise Giroud la rattraper et Simone Veil, coincée qui voudrait l'éviter, mais ne peut pas. Le contact sera très bref. Simone Veil, Ministre de la Santé, considère en effet que sa loi ne passera pas si on se bat sur le terrain féministe : elle en fait une question de santé publique, les femmes meurent d'avortements clandestins, ou en restent mutilées à vie, il faut donc décriminaliser l'avortement et le légaliser. Le téléfilm montre le combat politique dans les coulisses : les comptage des voix, les rapports de force entre socialistes (qui vont voter la loi, mais dont certains ont des pudeurs en votant avec les gaullistes), les centristes qu'il faut convaincre de voter pour une loi "progressiste", car une partie de ceux-ci sont contre l'IVG. Acrobatie politique donc, menée avec conviction aussi, par son directeur de cabinet joué par Lorànt Deutsch qui court les couloirs pour rallier des voix. Obtenir la neutralité de l’Église, une victoire (nous ne dirons pas que nous sommes pour, nous ne diront pas que nous sommes contre) et apaiser l'Ordre des Médecins, à qui il faudra lâcher la clause de conscience.

Simone Veil devra aussi lâcher le remboursement prévu dans le texte, pour remporter la majorité. La gauche au pouvoir rendra l'IVG gratuite en 1982. Mais la brèche dans le conservatisme masculin était grande ouverte.

Que dire d'autre ? Les saloperies proférées par une Assemblée de vieux barbons hostiles et sans vergogne (un seul présentera des excuses), la solitude de Madame Veil déposée, la nuit généralement, par son chauffeur, à quelques mètres de son domicile tagué de slogans hostiles, les lettres d'insultes et de menaces qu'elle demande à son cabinet de conserver pour l'histoire.

Emmanuelle Devos est sobre mais époustouflante dans le rôle de la Ministre, même si elle dit avoir eu quelques difficultés à capter et rendre l'intonation si particulière de ses "a", et les regards de côté dont elle fusille ses adversaires.

Le téléfilm est aussi pour celles/ceux qui ont l'âge de se souvenir de l'époque, une partie de têtes : Jacques Chirac, Jean Lecanuet, Antoine Veil le mari, Françoise Giroud, les deux éminences grises de Chirac, Pierre Juillet et Marie-France Garaud, Michel Poniatowski, le sémillant Neuwirth qui se place entre Simone Veil et les caméras en disant "J'ai davantage l'habitude", Debré..., tous joués par des comédien-nes impeccables qui viennent chacun tenir leur rôle, c'est parfaitement joué.

Cet excellent film relatant le combat politique d'une femme pour toutes les femmes est encore disponible en replay pendant quelques jours sur le site de France 2 : suivez CE LIEN.

Il ne faut jamais oublier que les acquis des femmes ont été gagnés de haute lutte et qu'ils sont fragiles. Ce téléfilm est là pour nous le rappeler.

Lien : Simone Veil sur France 2 : La Loi et Emmanuelle Devos encensés sur Twitter
Le Twitter de La Loi 


mardi 25 novembre 2014

La violence contre les femmes, une pandémie globale

Une pandémie globale à travers trois formes de violence dans l'espace public et privé :
Physique, sexuelle, psychologique.
Violence par le partenaire : 1 femme sur trois dans le monde a expérimenté la violence physique généralement par le partenaire. En 2012 dans le monde, 1 femme tuée sur 2 l'est par son partenaire ou la famille. 1 homme tué sur 20 l'a été dans ces circonstances
Les 2/3 des pays ont criminalisé la violence domestique.
52 pays seulement ont explicitement criminalisé le viol dans le mariage.
2,6 milliards de femmes et de filles vivent dans des pays où le viol marital n'est pas criminalisé.

Quelles formes prend la violence sexuelle ? 
Le viol dans le mariage, par des relations proches, des étrangers ou lors de conflits armés ;
Les avances sexuelles, le harcèlement sexuel, le marchandage de sexe contre des "faveurs" ;
Les abus sexuels sur enfants ;
Les mariages et cohabitations forcées, incluant le mariage des enfants.

Dans l'Union Européenne, 45 à 55 % des femmes ont expérimenté le harcèlement sexuel avant l'âge de 15 ans.

Violence against Women


Le trafic humain et l'exploitation sexuelle forcée : 4,5 millions de personnes sont victimes de l'exploitation sexuelle forcée. 98 % sont des femmes ou des filles.

Les mutilations génitales féminines - Définition : altération et mutilation des organes génitaux féminins pour des raisons non médicales.
Les MGF/FGM se pratiquent communément en Afrique et au Moyen-Orient où sont concernées 133 millions de femmes et de filles qui ont subi ces mutilations. 

Les mariages précoces ou mariages d'enfants : concerne 700 millions de femmes ou de filles aujourd'hui, mariées avant
18 ans et plus d'un tiers de ce nombre, mariées avant 15 ans. Plus elles sont pauvres, plus elles sont susceptibles d'être mariées enfants.

Les mariages précoces des filles servent un but politique : METTRE FIN à l'éducation, à la vocation professionnelle et au libre choix des femmes et des filles. Les victimes de mariages précoces souffrent davantage des violences maritales et intra-familiales. (Normal : elles sont mises de force à la libre disposition des hommes).  En outre, les mariages précoces maintiennent les femmes et les filles dans la dépendance économique qui les empêche de maîtriser elles-mêmes leur destin.

Infographie UN WOMEN - Infographie ONU FEMMES.

samedi 22 novembre 2014

Niki de Saint Phalle - La mort du Patriarche

Expo Niki de Saint Phalle au Grand Palais - 17 septembre 2014 au 2 février 2015.


Niki de Saint Phalle ( 1930-2002) est une sculptrice, peintresse, plasticienne française. Autodidacte, elle n'a fait aucune formation artistique. Elle a commencé à s'exprimer dans les années 50, dans des œuvres pop art colorées, acryliques, où plusieurs influences se croisent, des totems d'art brut, par exemple. Niki de Saint Phalle, qui a été victime à 11 ans d'un père incestueux, utilise l'expression artistique pour exorciser cette agression. J'ai découvert la vidéo que je vous propose ci-dessous : La mort du Patriarche, cathartique, très audacieuse (radicale) pour l'époque, le patriarche tout puissant, recouvert d'armes, au sexe symbolisé par un avion, sur lequel elle tire au 22 long rifle ! A l'époque, le féminisme, très intellectuel, est réservé à une élite pensante, et n'est représenté que par la philosophe Simone de Beauvoir, il n'a pas pénétré dans l'opinion publique, il faudra pour cela attendre les années 70. Une précurseuse, tripale, frontale. Cette belle vidéo s'apprécie mieux en plein écran.



Niki de Saint Phalle, La mort du patriarche (1972) from rue89 on Vimeo.

Liens vers trois autres vidéos : Dolorès - Nana power !
Skull meditation 1990 : les années SIDA
Le rêve de Diane -  Totem, couleurs vives et thématique de l'araignée comme dans Louise Bourgeois.

Pour les amateurs d'art et de Niki de Saint-Phalle, illes peuvent aller admirer son "arbre aux serpents" sculpture acrylique solaire, installée sur une terrasse, dans la cour intérieure du Musée des Beaux-Arts d'Angers qui l'a achetée en 1992, elle y offre un contraste saisissant avec son architecture des XVème et XVIIème siècles. Le serpent est de tous temps un symbole de fécondité, attribut féminin par excellence. Le musée abrite en outre de belles collections de peintures. Vraiment à voir, à défaut du Grand Palais, un jour de soleil, si vous habitez en Bretagne-Pays de Loire. Bonnes vibrations assurées, une cure d'optimisme !

Lien : Niki de Saint Phalle, une géante.


lundi 17 novembre 2014

Souffleurs de feuilles

Chic, c'est l'automne : la chute des feuilles. En ville, elles s'accumulent dans les coins, ou en tas, et elles pourrissent sur le sol qui, du coup, devient glissant. Mais, coup de chance, on peut compter sur l'ingéniosité du mâle humain sans qui nous serions restées comme de courges idiotes avec nos balais de riz, de crin ou, pire, de fagots ou de genêts, signalant la pauvre sous-développée méritant son sort, le Tiers-monde, en somme. Une tâche, aussi connotée "occupation de bonne femme" soit-elle, peut les intéresser si elle est motorisable et industrialisable. Ça lui donne tout de suite une autre allure ! Ils y mettent un moteur : ça crache de la suie, de la puanteur, ça brûle des hydrocarbures non renouvelables et ça fait un boucan d'enfer ? Tout bénef : on voit et entend mieux ainsi qu'ils travaillent. En effet, il y a un doute depuis qu'on sait que 80 % des corvées vraiment utiles de la planète sont assurées par nos soins avec nos balais de riz, nos dos de mule et petits bras sans muscles (disent-ils) de faibles femmes. Et pour la peau, en plus, mais bon, quand on ne pétarade pas, on n'a aucune chance d'être entendue, faut ce qu'il faut.

Je vous ai trouvé une vidéo où un homme fait joujou avec son engin. Regardez bien l'endroit où ça se positionne pour être vraiment efficace..., surtout quand l'utilisateur est de profil, l'illusion est parfaite. J'ai les idées mal placées ? Sans rire, Docteur Freud ! Spéciale dédicace à ma mairie qui m'assiège en permanence avec ses engins nettoyeurs fumants et puant le gazole, directement proportionnels au volume des impôts locaux. Vive l'automne. Et merci à Elihah pour le clin d’œil et l'idée, puisque c'est elle qui me l'a soufflée au départ ;)

Lien Courrier International : Insurrection contre les souffleurs de feuilles



PS : On n'arrête pas le progrès : Colas Suisse expérimente l'exosquelette, armature robotisée qui développe les capacités physiques de son porteur, lui donne une force surhumaine, un peu comme celui enfilé par le Lieutenant Ripley dans Alien, pour déplacer des charges lourdes dans son vaisseau spatial. D'ailleurs l'exosquelette est directement inspiré des jeux vidéo et du cinéma. Comme je ne veux pas passer pour la rabat-joie du coin, je ne vais pas dire que de toutes façons, les râtisseurs se prennent quand même toute la pollution du bitume dans les naseaux, et puis que le but de l'opération, c'est sans doute le recul de l'âge de la retraite : en effet, si c'est un exosquelette qui fait le boulot, vous n'aurez plus d'excuse pour refuser de rester sur les chantiers jusqu'à au moins 70 ans !
Les aides-soignantes (femmes, à proportion écrasante) continueront, elles, à soulever des grabataires de 60 à 80 kilos à la force du dos et des poignets. Ça n'intéresse pas les hommes, ils ne vont pas dans ces métiers-là, ça ne fait pas de belles images au cinéma, et elles n'inspirent pas les créatEURS de jeux vidéo. Et puis, ce n'est pas un vrai travail, comme le leur, puisque ce sont des femmes qui le font !

On finira par en crever de ces  gros engins partout :


jeudi 13 novembre 2014

Des terroristes, les environnementalistes ?

Un militant écologiste Rémi Fraisse, est mort sur la Zad du Testet dans le Tarn avons-nous appris dans la matinée de dimanche 26 octobre. Intérimaire, botaniste, stagiaire d'une des associations affiliée à France Nature Environnement, il y participait au groupe de protection de la Renoncule à feuille d'ophioglosse selon le site de Reporterre. Rémi Fraisse n'était donc pas au Testet dans la forêt de Sivens "au mauvais endroit, au mauvais moment" comme on l'a entendu ou lu dans certaines déclarations, mais il y était bien à sa place. Et il n'est pas le premier à mourir en défendant ses idées : le photographe de Greenpeace, Fernando Pereira décède en juillet 1985 sur le Rainbow Warrior, navire amiral de Greenpeace, saboté dans le port d'Auckland par les services secrets français. Avant lui, Vital Michalon, professeur de physique, militant anti-nucléaire, est tué par la déflagration d'une grenade offensive en 1977, sur le futur site de Creys-Malville. Rappelons enfin que des militants des droits humains, sociaux et écologistes sont assassinés en Amérique Latine par les hommes de main des grands propriétaires et des banques pour ne citer que le cas de l'Equateur.


Il est habituel de faire porter le chapeau des affrontements entre militants environnementalistes et forces de l'ordre aux seuls militants : ce fut le cas il y a deux ans sur le site de Notre Dame des Landes, où il y eut de nombreux blessés, parfois très graves. Certain-es, dont Eva Joly, se sont demandé ce que faisaient les gendarmes mobiles au Testet un week-end de fête, alors même qu'il n'y avait plus rien à y garder, les engins de travaux publics ne travaillant pas le week-end. D'autres ont parlé de ce dossier et des circonstances : le dossier de Reporterre ICI et A la bergerie ICI. Le dossier de FNE sur les incohérences et les incompétences du barrage ICI. Xavier Beulin Président de la FNSEA dénonçant les "djihadistes verts" du Testet, après "Khmers rouges" et divers autres qualificatifs infâmants.

Au fait, comment se comporte la FNSEA, lors de ses différentes manifestations ? Notamment la dernière, le 5 novembre relatée par le site du Monde contre les "contraintes, directive nitrates et les charges de plus en plus folles" ? Blocages d'autoroutes, déversement de fumier et de lisier sur les préfectures et les antennes locales d'EELV, arraisonnement de camions étrangers "passés au peigne fin", et maltraitance à animaux (des ragondins) à Nantes. Rapportée par L214 qui vient de déposer une plainte tout comme la Fondation Brigitte Bardot plus quelques autres, elles sont neuf en tout :


Hélas, la vidéo n'est plus visible, car non conforme aux conditions d'utilisation de Youtube ? Ou parce que la FNSEA est très puissante ? Quoiqu'il en soit, voici ce que ces gens se permettent de faire : déverser en les brutalisant ces animaux sur la rue, les peindre en rose ou rouge et les achever à coups de pieds ! Lien vers 20 minutes. Et la vidéo sur Dailymotion. Le ragondin ou myocastor est une espèce de rat qui a été lâché dans la nature au XIXè siècle en Europe, où il avait été introduit pour sa fourrure : "tous les individus proviennent d'évasions ou de lâchers volontaires" dit Wikipedia. Le désastreux classement en "nuisible" (comme Ségolène Royal, déclarent les agriculteurs dans la vidéo) et le fait aussi que le public ne les aime pas, sont sans doute les raisons pour lesquelles ces maltraitants ont pensé pouvoir faire cela en toute impunité : en 1996 ou 1997, sur les routes et 4 voies de Bretagne où je circulais, la FNSEA arraisonnait à l'époque tous les camions étrangers qui importaient du mouton néo-zélandais. Un jour, ils ont arrêté un camion de moutons vivants, les ont arrosés d'essence et y ont mis le feu. Scandale dans l'opinion publique, avec les ONG de protection animale sur le dos, la FNSEA et ses adhérents ont compris ce jour-là que des actions pareilles ne pouvaient que leur attirer une désastreuse image. C'est à ce moment qu'ils sont commencé leurs opérations portes ouvertes, les distributions de légumes aux usagers ralentis ou bloqués sur les autoroutes, voire des péages investis et déclarés gratuits, et explications aux automobilistes de leurs mouvements et actions. Tout en continuant quand même à déverser du fumier et du lisier sur les préfectures. Je vous fais grâce de la grosse douzaine de fois où j'ai été personnellement arraisonnée sur la RN 12 ou la RN 24 en période d'essai et allant signer mon premier contrat commercial dans le Finistère pour ne signaler qu'un seul cas grave. Le 5 novembre à Nantes, leurs penchants à la violence envers les bêtes ont ressurgi. Les mauvais traitements aux animaux sont prohibés par le Code Rural, le Code Civil et le Code Pénal. Il va falloir qu'ils soient très convaincants, quand ils viendront, la prochaine fois, nous expliquer qu'ils adorent leurs animaux et qu'ils les traitent bien.

La délinquance en salopette de travail ne s'arrête pas là : le maire de Nançois Le Grand dans la Meuse met à prix la tête d'un loup qui décimerait les troupeaux dans sa région. 2000 euros pour le capturer et le remettre à un parc animalier. Inutile de préciser que cette initiative du premier magistrat d'une commune, garant de l'ordre et de la pratique démocratique sur sa portion de territoire est une crapulerie : sa préfète l'a d'ailleurs rappelé à l'ordre. Le loup est une espèce protégée, on ne peut pas le chasser, le tuer, ni l'effrayer. La préfète de la Meuse serait aussi bien inspirée de se mettre en rapport avec son homologue des Hautes-Alpes qui fait tirer des loups par arrêté préfectoral pour complaire aux pastoraux. Deux poids, deux mesures, double standard comme toujours : faites comme je dis, pas comme je fais. Vous êtes un-e citoyen-ne défendant une portion de territoire à la biodiversité végétale et animale remarquable contre des bétonneurs dont les projets datent de 40 ans (Notre Dame des Landes) ou de 25 ans (le Testet) autorisés par les mêmes hommes politiques inamovibles et consanguins à projets grevés de conflits d'intérêts, vous êtes un-e terroriste ; vous violez les accords internationaux que la France a signé, mais vous avez du pouvoir administratif ou corporatiste, et vous êtes légitime et intouchable. Notre démocratie va vraiment mal.

Liens : Les actus du Testet sur leur blog
Une corporation de bétonneurs depuis 200 ans


jeudi 6 novembre 2014

La querelle du féminin

Quand je vais à ma pharmacie de quartier acheter mes OTC (médicaments de confort, en français, je suis en bonne santé, merci Grande Déesse Cosmique), je vois en majorité des employéES, des jeunes femmes en blouse blanche. Pour distinguer les "pharmaCIENS", l'académie française dixit, moi je dis pharmacienne, des préparatRICES en pharmacies, chacune porte un badge sur le revers de la blouse, en substance : pharmacien pour les pharmaciennes et préparatrice pour les... préparatrices.

Selon les momies calcifiées de l'Académie Française, dont on peut trouver un article croustillant rappelant les règles d'usage par elle préconisées ici, et relayées par le Figaro ici, la pharmacienne est la femelle du pharmacien, comme la bouchère est la femelle du boucher, l'éléphante, celle de l'éléphant et l'ânesse, celle de l'âne. Pharmacienne selon l'Académie : petite main non diplômée qui tient la caisse, fait les comptes en fin de journée, tient la porte et dit au revoir à la dame, de préférence de façon oblate, bénévole et gratuite dans le mariage avec son pharmacien de mari qui, lui, a le diplôme donc la connaissance, et fait ses préparations galéniques sur la paillasse de son labo au fond de l'officine. Tout cela est bel et bon, mais fais remarquer Euterpe qui n'a rien perdu de son mordant en arrivant sur Twitter :
Oui ? Au fait ? Galénique ? Paillasse ? De la même manière qu'il n'y a plus guère de pharmacien-nes qui font de préparations galéniques, onguents, sirops et autres comprimés dans l'arrière-boutique, que les médicaments sont préparés industriellement et livrés tout (sur)emballés par 7, 14 voire 28 (même si vous n'avez besoin que de 6), la profession a connu une autre évolution majeure : 85 % des pharmaciens officinaux sont des femmes depuis très longtemps. Pour la simple et même raison que les instits et profs, les magistrats sont des femmes en majorité : on peut travailler de chez soi. Les proffes corrigent leurs copies à la maison, les magistrates rédigent leurs attendus et jugements en emportant les codes civil et pénal chez elles après leurs audiences au tribunal, et les officines de pharmacie ont toujours un logement de fonction attenant qui permet de vivre sur place, donc d'élever des enfants en gagnant sa vie ! Mais c'est passé loin des oreilles de l'Académie congelée au temps de Richelieu et qui n'a pas vu le monde évoluer. Donc Euterpe a raison, si la femme du pharmacien est pharmacienne par alliance, comme la bouchère, 85 % des pharmaciens de ce pays le sont par alliance, puisque c'est Madame qui est titulaire du diplôme. La preuve par l'absurde.

Quand j'étais petite au point de me pisser encore dessus, il y a donc un bon moment, nous fréquentions avec ma mère l'unique pharmacie de la ville tenue par un couple, commerce quasiment service public qui nous a vendu nos anti-vomitifs, sirops contre la toux et cachets d'aspirine prescrits par le médecin de famille. Monsieur, toujours en costume trois-pièces bleu marine, avec lustrage de bon aloi aux bons endroits, très chic, faisait la conversation derrière le comptoir, pendant qu'elle, la pharmacienne du pharmacien selon l'Académie donc, en blouse blanche et stylos Bic dans sa poche de poitrine, lunettes en sautoir, s'employait en cherchant les médicaments sur les étagères, remplissait les sacs et encaissait les paiements sur sa caisse enregistreuse. Toujours fraîche, aimable et souriante, toujours un mot gentil pour sa pratique.

Longtemps après, au moins 20 ans plus tard, un dimanche de repas de famille, je ne sais plus comment le sujet est arrivé sur le tapis : peut-être une cessation d'activité, une mise à la retraite ou la disparition de l'un des deux, nous avons reparlé d'eux, style nostalgique, madeleine de Proust. Et ma mère a fini par nous dire que le pharmacien diplômé c'était elle, et que lui n'était que son préparateur. Je vous parle d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Sur le moment, j'en suis restée baba, comme deux ronds de flanc. Cette capacité à polariser la lumière, à prétendre être ce qu'on n'est pas, c'est leur génie : le patriarcat est une imposture, une escroquerie historique.

Lien supplémentaire vers une interview de l'Express d'un auteur que je ne connais pas, Alain Borer, ratiocinant sur la disparition du français, cette parano de francophone crispé et sexiste : nous menaceraient des fléaux tels que le globish -à mon avis, c'est plus sûrement l'anglais, langue internationale, qui est menacé par le globish-, "le neutre généralisé", la "perte du "e" muet qui fonde une co-présence ontologique" (si !) et autres perles. Bref, c'est Dien Bien Phu, et la cavalerie, si elle vient, arrivera trop tard.

vendredi 31 octobre 2014

Justice patriarcale

La cour d'Assises du Loiret a condamné cette semaine à 10 ans de prison ferme, au terme d'un procès pour meurtre qui a duré 3 jours, une femme, Jacqueline Sauvage, auteure d'homicide sur son mari violent qui la battait depuis 47 ans, et père incestueux qui violait ses enfants. La veille du meurtre, le fils de la famille, à bout, se suicidait. La présidente du tribunal a considéré que Madame Sauvage n'avait exprimé aucun regret de son geste (3 balles de fusil, toutes mortelles, mais sans préméditation), et bien sûr, comme toujours en ces circonstances, la cour s'est demandé comment on pouvait rester aussi longtemps auprès d'un tel tortionnaire. C'est toujours la victime qui est coupable, responsable de son sort. On aurait envie de demander à la Justice et notamment à la Procureure qui a requis 12 à 14 ans d'incarcération, ce qu'à fait la société pendant 47 ans, abandonnant une femme et ses enfants, qui ont dû certainement à plusieurs moments présenter sur leur corps et, pour les enfants notamment, dans leur comportement, des traces de la violence infligée. Où étaient la médecine scolaire et les médecins de famille nécessairement consultés, les assistantes sociales, la DDASS, la PMI, la police, les voisins,  témoins des crises d'alcoolisation et de violence du mari-tortionnaire ? Tous muets, aux abonnés absents, tous aveugles, indifférents, aux maltraitances infligées à cette femme et à ses enfants.



Sur Itélé, l'excellente Emmanuelle Piette explique, interviewée par Audrey Pulvar, la sidération, le syndrome de Stockholm, la peur, la honte (un comble !), qu'éprouvent les victimes. On trouve cette interview sur ce lien. Elle rappelle également que l'année dernière 200 femmes et 13 enfants sont morts, assassinés par le Pater Familias tout-puissant, assuré de la caution de la société.

Madame Sauvage et son avocat ont fait appel de la sentence et il y aura un deuxième procès. Espérons que l'appel soit suspensif de l'exécution de la peine, mais je n'en suis pas sûre.
Il y a également une pétition sur Internet qui plaide pour la légitime défense, et demande la libération de Madame Sauvage. Pour signer, comme je l'ai fait, suivre ce lien. La victime de la violence conjugale n'a pas à payer pour l'incurie de la société à son égard.