dimanche 24 juillet 2016

Végane contre Cro Magnon #Round1

J'ai trouvé cette amusante quoique didactique vidéo sur Twitter. Jihem Doe (@JihemDoe), un végane a déniché, on ne sait comment, dans les profondeurs du Net, un CroMagnon plombant expliquant pourquoi il n'est pas "vegan" (prononcer végan en nasalisant pour faire couleur locale authentique) et comment les "végans" lui cassent les couilles, en atteignant comme il se doit le caricatural point Godwin qu'on ne présente plus : vegan = nazi. Jihem Doe, sur sa chaîne Youtube, démonte point par point ses arguments pendant le temps de cuisson de son boulgour (?) et en faisant surtout un gros boulot de montage d'images et de sons. C'est argumenté, efficace, enlevé et très drôle. Et c'est parfait pour l'été. Enjoy.



PS : En ces périodes de férias qui se perpétuent malgré l'état d'urgence car, "il est important que nous conservions notre art de vivre" SIC, ai-je entendu sur Itélé à propos de Bayonne, je dédie cette image aux villes taurines qui dérogent aux lois de la République et à la démocratie (73 % des français sont contre), une honte qui se perpétue à cause d'une tolérance à la loi pour cause de tradition machiste.
Stop à l'exception,
Stop à la cruauté,
Stop aux pratiques de la virilité,
Stop au machisme,
Stop à la torture des animaux.

"Les animaux sont des êtres sentients" Traité d'Amsterdam - 1997 - Ratifié par la France en tant qu'extension du Traité de Rome.

samedi 16 juillet 2016

La maison des hommes

"Ô pourquoi Dieu Créateur sage qui peupla les plus hauts cieux d'esprits mâles, créa-t-il cette nouveauté sur la terre, ce beau défaut de la 
nature ? Pourquoi n'a-t-il pas tout d'un coup rempli le monde d'hommes comme il a rempli le ciel d'anges sans femmes ? Pourquoi n'a-t-il pas trouvé une autre voie pour perpétuer l'espèce humaine ? Ce malheur ni tous ceux qui suivront ne seraient pas arrivés..."
John Milton - Le Paradis perdu

Ségrégation sexuelle, exclusion des femmes, entre-soi masculin :
Je vous propose cette semaine un texte de Kate Millet, tiré de La politique du mâle, texte dans lequel elle évoque la ségrégation sexuelle imposée aux femmes par la société patriarcale. Dans nos sociétés "modernes", cela perdure dans les cérémonies de bizutage/initiation (prohibées par la loi) dans certaines écoles et corps militaires, et via des agressions sexuelles (partis politiques, pompiers : une affaire récente à Halifax) envers les femmes qui tentent de faire carrière dans des corporations masculines et qui se font ainsi rappeler qu'elles n'y sont pas légitimes, sauf à en accepter les immuables "traditions" humiliantes de la maison des hommes. Laquelle est, comme les armes et les outils, taboue pour les femmes.

" Typiquement le mythe patriarcal postule un âge d'or qui aurait existé avant l'arrivée des femmes ; en même temps, ses pratiques sociales permettent à l'homme de se libérer de leur compagnie. La ségrégation sexuelle est si répandue qu'on la rencontre partout. Dans les patriarcats contemporains, presque tous les groupes puissants sont composés d'hommes. Mais ceux-ci forment aussi d'autres groupes qui leur sont réservés à tous les niveaux. En règle générale les groupes de femmes ont un caractère auxiliaire, imitent les objectifs et les méthodes des hommes, s'occupent de choses peu importantes et éphémères. Il est rare qu'ils fonctionnent sans recourir à l'autorité masculine : les groupes religieux font appel à l'autorité supérieure d'un membre du clergé, les groupes politiques à celle de législateurs mâles, etc.

Là où il y a ségrégation sexuelle, les différences de comportement imposées par la culture deviennent très flagrantes. Cela est particulièrement vrai de ces organisations exclusivement masculines que l'anthropologie désigne généralement sous le nom de "maisons des hommes". Dans les sociétés primitives, la maison des hommes renforce l'expérience communautaire masculine au moyen de danses, de conversations, de divertissements et de cérémonies religieuses. C'est aussi un arsenal où sont entreposées les armes des mâles.

David Riesman a remarqué que les sports et quelques autres activités offrent aux hommes une solidarité et un soutien que la société ne prend pas la peine de fournir aux femmes. La chasse, la politique, la religion et le commerce peuvent jouer un rôle ; le sport et la guerre sont toujours le grand ciment de la camaraderie masculine. Les spécialistes de la culture dite de la maison des hommes, de Hutton Webster et Heinrich Schurtz à Lionel Tiger, sont souvent des patriotes du sexe, dont le but est de justifier l'apartheid que cette institution représente. Shurtz croit qu'un esprit grégaire et un désir de plaisirs fraternels pris au milieu de leurs pairs chassent les hommes loin de la compagnie inférieure et restrictive des femmes. Persuadé qu'un "lien instinctif" d'espèce mystique existe chez les mâles, Tiger exhorte néanmoins le public à préserver du déclin, grâce à un effort organisé, la tradition des hommes. Celle-ci a une autre fonction moins sympathique qui passe souvent inaperçue : elle est le centre du pouvoir dans un état d'antagonisme sexuel.

En Mélanésie, la maison des hommes joue plusieurs rôles : c'est à la fois un arsenal et l'endroit où ont lieu les cérémonies d'initiation rituelles réservées aux hommes. Son atmosphère n'est pas très éloignée de celle qui règne dans les institutions militaires du monde moderne : odeurs d'efforts physiques, de violence, de tueries, de pulsions homosexuelles. C'est là qu'on procède aux scarifications, qu'on fête les chasseurs de têtes, qu'on fait assaut de vantardises. Là qu'on "endurcit" les jeunes gens sur le point de devenir adultes. Dans la maison des hommes, ces garçons occupent une situation si inférieure qu'on les appelle souvent "les femmes" de leurs initiateurs, ce terme de "femme" impliquant à la fois leur infériorité et leur état d'objet sexuel. Ceux qui n'ont pas encore subi les épreuves suscitent l'intérêt érotique de leurs supérieurs, relation que l'on rencontrait aussi dans l'ordre des samouraï, dans le clergé oriental et dans le gymnase grec. La sagesse primitive décrète que pour inculquer au jeune l'éthique masculine, il faut d'abord l'intimider en lui imposant un statut de tutelle, celui de la femme. Ce commentaire d'un anthropologue s'applique aussi bien à la pègre de Genet, ou à l'armée américaine de Mailer : "Il semblerait que les brutalités sexuelles exercées sur le jeune garçon et l'effort fait pour le transformer en femme rehaussent le désir de puissance du guerrier plus âgé, satisfont son hostilité à l'égard du concurrent mâle qui s'achemine vers la maturité, et enfin, quand il l'introduit dans le groupe des hommes, renforce la solidarité masculine par le biais de cette tentative symbolique dont le but est de se passer des femmes". Il est courant dans le patriarcat que les mâles les plus faibles soient assimilés aux femmes. Comme tout processus secret, l'initiation, une fois subie, crée des disciples qui en seront toujours les ardents défenseurs et qui infligeront avec joie leurs souffrances passées au nouveau venu.


Il existe un terme psychanalytique pour désigner le ton adolescent qui imprègne la culture dite de la maison des hommes : c'est "l'état phallique". Citadelles de la virilité, ces institutions renforcent les caractéristiques du patriarcat les plus fortement orientées vers le pouvoir. L'anthropologue et psychanalyste hongrois Géza Roheim souligne le caractère patriarcal de cette organisation dans les tribus pré-alphabétisées qu'il a étudiées : il parle, en définissant leurs pratiques communautaires et religieuses, d'un "groupe d'hommes unis dans le culte d'un objet qui est un pénis matérialisé et excluant les femmes de leur société". Le ton et la culture dite de la maison des hommes sont sadiques, orientés vers le pouvoir, homosexuels de façon latente, fréquemment narcissiques dans leur énergie et leurs mobiles. Il est clair que le pénis y est considéré comme une arme, souvent mise en parallèle avec les autres. La pratique qui consiste à châtrer les prisonniers est en elle-même un commentaire sur la confusion culturelle qui s'établit entre l'anatomie et le statut d'une part, l'armement de l'autre. L'aura qui entoure la camaraderie masculine en temps de guerre provient en grande partie de ce que l'on pourrait appeler "une sensibilité dans le style de la maison des hommes". Ses aspects sadiques et brutaux  se déguisent en gloire militaire et adoptent une forme particulièrement écœurante de sentimentalité masculine. Cette tradition est très présente dans notre culture, et l'on peut considérer l'intimité héroïque d'Achille et de Patrocle comme sa première formulation dans la littérature occidentale. Il est possible d'en suivre le développement à travers l'épopée et la saga jusqu'à la chanson de geste. Elle fleurit encore dans le roman et le film de guerre, sans parler de la bande dessinée. "  Kate Millet

Édition de poche Points Actuels- Pages 63 64 65 - Les caractères gras sont de mon fait.

jeudi 7 juillet 2016

Introduction au carnisme - Melanie Joy

Il y a quelques temps, le mari d'une amie enceinte annonçait la prochaine naissance à ses collègues de travail ; après l'avoir félicité,ceux-ci sachant qu'il est végétarien* lui posent la question qui leur brûle les lèvres : "Et bien sûr, ta femme et toi allez imposer à votre bébé votre mode d'alimentation végétarien ? Réponse du futur père : "Exactement, on va faire comme vous qui imposez sans questionnement à vos enfants la violence de la viande, nous on va le nourrir sans violence. Quand il/elle sera adulte, elle choisira, nous lui aurons donné tous les éléments de réflexion."


" Le carnisme est le système de croyances qui nous conditionne à manger certains animaux ".
Le carnisme est une idéologie invisible dominante et inquestionnable, une norme qui maintient la société sous son emprise par tous moyens à sa disposition : politiques, lobbying, mensonges à répétition qui font à force,comme on le sait, une vérité, un processus naturaliste, une construction sociale qui se fait passer pour naturelle. A tel point que toute personne qui la conteste est désignée comme "extrémiste irrationnelle", impliquant qu'en face on n'a que des "modérés rationnels". La logique serait de leur côté. Tout comme Aristote, grand logisticien, se référant à la biologie, "soutenait que les hommes étaient naturellement supérieurs aux femmes, et que les esclaves étaient biologiquement conçus pour servir les hommes libres", selon la norme de son temps.

" Tout ce qui est sans nom, qui n'est pas dépeint en images [...] tout ce qui est mal nommé en tant que quelque chose d'autre, est rendu difficile a appréhender, tout ce qui est enfoui dans la mémoire par l'effondrement du sens dans une langue inadéquate ou mensongère -cela deviendra non pas seulement tacite, mais indicible ".
Adrienne Rich - Poétesse et essayiste féministe

De la même façon que le féminisme s'est dressé contre l'idéologie patriarcale "idéologie dans laquelle la masculinité est plus valorisée que la féminité" et "qui existait depuis des milliers d'années avant que les féministes ne la nomment", en rendant visibles ses mécanismes oppresseurs et sa rhétorique, le mouvement social des végétariens* se dresse contre l'exploitation des animaux et son aboutissement : le carnisme.  En faisant cela, les deux mouvements rendent visibles des constructions sociales qui toutes deux se présentent benoîtement comme "naturelles" : les hommes mangent de la viande, c'est "normal, naturel et nécessaire", ils en ont besoin pour se res-taurer, les femmes sont "complémentaires" des hommes puisqu'elles font les petits, tout cela est donc "naturel", le tour est joué, circulez, il n'y a rien d'autre à voir ! Évidemment, en rendant visible l'oppression, les deux mouvements déclenchent de l'hostilité et la résistance de la forteresse assiégée !

Le carnisme, idéologie violente, invisible et antidémocratique, norme et matrice sociale, fonctionne sur des mythes

Le mythe des protéines animales, seules aptes selon la croyance carniste à reconstituer la masse musculaire est de ce fait soutenu par les hommes (mâles) qui l'associent à leur puissance musculaire alors même que l'on sait qu'il existe des champions olympiques végéta*iens. Et mythe à l'intérieur du mythe, "paradoxe à l'intérieur de toute idéologie violente : on doit continuer à tuer afin de justifier tous les meurtres déjà commis".
Mythe de la prolifération animale : si on arrête de les manger, les animaux vont "envahir" la planète ! Si, je vous jure, je le lis et l'entends ! Si on arrête de manger de la viande on arrête de faire se reproduire les MILLIARDS d'animaux d'élevage : l'envahissement vient de la production des animaux d'élevage pour la viande.
Mythe économique : si tout le monde devient végéta*ien, que vont devenir les milliers d'emplois générés par l'agro-industrie ? Figurez-vous que les végéta*iens mangent trois fois par jour eux aussi, et qu'il s'agit de réorienter l'agro-alimentaire vers d'autres productions végétales et de transformation des végétaux en substituts et plats cuisinés. Nous ouvrons un large champ de recherche à la R&D -Recherche et Développement-.
Mythe du libre-arbitre : nous naissons, vivons, mourons dans un monde carniste qui n'offre aucune alternative. "Les normes nous maintiennent dans le rang en nous montrant le chemin à suivre et en nous enseignant comment être adapté. Le chemin de la norme est celui de la moindre résistance". "En pratique et d'un point de vue social, il est bien plus facile de manger de la viande que le contraire. La viande est disponible partout, alors que les alternatives sans viande doivent être activement recherchées" et peuvent être difficiles à trouver. Le libre-arbitre est un trompe l’œil avec choix quasi inexistant.
Sauf à voir son steak comme un animal mort.


The Matrix : "Blue pill, red pill, you choose, Neo !". Comme la Matrice patriarcale, la Matrice carniste, système de pensée, construction sociale basée sur des mensonges ou une vérité dissimulée -essayez de rentrer dans un élevage hors-sol ou un abattoir pour voir-, nous maintient au sein d'un système aliénant invisible, donc inquestionnable.

Pour la mieux voir, on peut évoquer les victimes collatérales du carnisme, les premières victimes étant les animaux (pour celleux qui auraient vécu jusqu'ici dans un caisson hyperbare, allez voir le site de L214 pour savoir ce qui leur arrive vraiment dans l'industrie de la viande), l'holocauste auquel nous les soumettons : des milliards (10 milliards chaque année rien qu'aux USA sans compter les poissons jamais comptés individuellement, mais en tonnage) d'animaux élevés, maltraités puis envoyés à l'abattoir JEUNES, puisque nous ne consommons que des animaux jeunes. Puisque pour certain.es les animaux sont fait pour "être mangés, autrement, ils perdent tout intérêt" voici les autres victimes du carnisme :
- Les ouvrières et ouvriers des abattoirs : conditions de travail dangereuses et insalubres, rendements maximum exigés, sous-traitance au moins-disant social, travailleurs déplacés, violations des droits humains. Dommages psychologiques : engourdissement de l'empathie pour pouvoir continuer à tuer, avec les PTSD (syndromes post-traumatiques) non soignés qui s'ensuivent, car ils sont exposés sans arrêt à des situations de violence infligée aux animaux qui les obligent à dissocier leur personnalité.
- La planète et l'environnement : fortes émissions de GES contribuant au changement climatique, destructions de forêts primaires et dégradation des terres, destructions de paysages et déplacements de communautés autochtones, intrants polluant les cours d'eau et nappes phréatiques, la Bretagne paie ainsi un lourd tribut au carnisme en produisant des algues vertes enlevées l'été aux frais de tous les contribuables.
- La santé humaine : menace de virus provenant d'élevages concentrationnaires ayant franchi la barrière des espèces, résistance aux antibiotiques, épidémie mondiale d'obésité, cancers et autres maladies dites "de civilisation".
- La démocratie : syndicats d'éleveurs lobbies alors même que leurs effectifs baissent de 25 % tous les 10 ans, conflits d'intérêts, le lobby laitier et de la viande qui vont dans les écoles "évangéliser" les élèves et les maintenir dans la croyance carniste, syndicaliste-ministre, tel Luc Guyau, président de la FNSEA devenu ministre de l'agriculture pour ne citer que ce seul exemple. Aucun végéta*ien n'est représenté à l'Assemblée Nationale ni au Sénat.

S'ouvrir à la compassion envers tous les êtres vivants, sortir de l'engourdissement (numbing), refuser la dissociation de la personnalité, voir enfin les angles morts, devenir un témoin, PRENDRE PARTI, sortir des sentiers imposés du carnisme, sortir de la neutralité morale qui n'existe pas : "La neutralité aide l'oppresseur, jamais la victime" selon Elie Wiesel, prix Nobel de la Paix, "toutes les révolutions ont été rendues possible par un groupe de personnes qui ont choisi de se porter témoin et d'exiger que les autres se portent également témoins".

" Un jour, nos petits-enfants nous demanderont: "Où étais-tu pendant l'holocauste des animaux ? Qu'as-tu fait pendant ces crimes terrifiants ? Nous ne pourrons pas leur offrir la même excuse une seconde fois -dire que nous ne savions pas ".
 -Helmut Kaplan.

Ce billet n'est qu'un court résumé : lisez le livre de Melanie Joy !
Chapitre 1 : Aimer ou manger ?
Chapitre 2 : Le carnisme : "Ainsi va le monde"
Chapitre 3 : Les choses telles qu'elles sont vraiment
Chapitre 4 : Dommages collatéraux : les autres victimes du carnisme
Chapitre 5 : La mythologie de la viande : justifier le carnisme
Chapitre 6 : De l'autre côté du miroir : le carnisme intériorisé
Chapitre 7 : Se porter témoin : du carnisme à la compassion.

oOo

La forteresse assiégée se défend

Jeudi 30 juin, à l'appel du Collectif 269 Life, une nuit debout devant 30 abattoirs (sur 260 environ en France) a été organisée via les réseaux sociaux, et annoncée par un communiqué de presse dans la presse quotidienne régionale (PQR). En réaction immédiate le lobby de la viande, curieusement représenté par un syndicat agricole minoritaire la Coordination rurale, décide de s'inviter à cette nuit debout, pour faire bon poids face aux défenseurs des animaux avec le slogan "Touche pas à mon entrecôte". Décidément, ce slogan publicitaire né dans les années 80 aura été détourné par quelques combats d'arrière garde dont le désormais célèbre "Touche pas à ma pute" des anti-abolitionnistes de la prostitution.  Personnellement, j'ai participé à cette nuit debout devant l'abattoir SVA - Intermarché de Vitré. Aussi, arrivée dans les premières sur les lieux, je constate avec surprise que la Coordination Rurale occupe déjà en force le rond-point face à l'entrée de l'abattoir, et que les gendarmes sont également là, craignant la castagne ! C'est du moins ce qu'illes m'ont dit quand je les ai interrogé.es, après m'être garée à côté de la voiture bleue d'Europe 1 : j'apprendrai le lendemain que c'était François Coulon, correspondant pour l'Ouest, dont je n'ai pas reconnu la voix, qui était en face de nous une bonne partie de la soirée. Étaient là également Ouest-France, un représentant d'Interbev et un officier des Renseignements Généraux ! Les autres militant.es de 269 Life sont arrivé.es les dernières vers 21 H avec leurs paniers de fleurs, leurs bougies et leurs affiches représentant des animaux écorchés, des pièces d'abattoirs : de dangereuses terroristes, comme tout le monde a pu constater ! Les végéta*iens, difficiles à compter, mais dont on pense qu'illes sont entre 3 et 5 millions en France, représentés nulle part et surtout pas aux Parlement ni au Sénat, font PEUR ! C'est la conclusion qu'il faut tirer de cette expérience.

Les Coordination rurale nous ont enfumé.es avec leurs barbecues de saucisses grillées, la lecture du communiqué de 269 Life a été interrompue deux fois par des motards (à gros engins entre les jambes) qui sont venus faire rugir leurs moteurs en sur-régime et polluer le rond-point avec leurs gaz d'échappement, mais hormis ces dénis de prise de parole et de droit à respirer un air pur, il n'y a pas eu de violences. Au fond, on était plutôt flatté.es d'avoir dérangé autant de monde. Evidemment, le lendemain, Europe1 diffusait un "reportage" d'une minute et demie bien orienté carniste, et le philosophe "maison" Raphaël Enthoven nous traitait d'anthropomorphistes -SIC- en convoquant le ban et l'arrière ban du gratin de la philosophie viandarde patriarcale. Souhaitons à Raphaël Enthoven (moi je ne parie pas) une aussi longue notoriété que celle de Pythagore, philosophe - mathématicien antique ET végétarien !


Pour voir les photos incluses dans le tweet, chez moi, il faut cliquer une fois puis une autre fois pour pouvoir dérouler les images en format plus lisible.

* J'emploie le mot végétarien pour désigner l'ensemble des végétaliens et végétariens, ou je mets une * : végéta*iens.
Les citations tirées du livre sont en italique.

samedi 2 juillet 2016

Ainsi soit-elle - RIP Benoîte Groult

Le féminisme n'a jamais tué personne, le machisme, lui, tue tous les jours ".
Benoîte Groult - 1920 -2016


Benoîte Groult vient de disparaître à 96 ans : romancière, journaliste, et féministe française, elle n'a toutefois jamais été adhérente au MLF. A la demande générale d'une de mes lectrices blogueuse :D, La ligne 13, déplorant que les nouvelles générations de femmes ne la connaissent pas, j'ai cherché dans ma bibliothèque personnelle et j'y ai trouvé deux de ses livres : Ainsi soit-elle et Le féminisme au masculin, parus respectivement en 1975 et 1977. Ces livres sont toujours disponibles en édition de poche.

Ainsi soit-elle fait l'inventaire des torts causés aux femmes depuis le début du patriarcat (autant dire depuis la nuit des temps), des injustices infligées par les sociétés humaines à la moitié de leur population, à travers citations littéraires, description de traditions inamovibles, et une solide documentation basée sur des exemples tirés de la vie de tous les jours. Benoîte Groult y dénonce pour la première fois publiquement la pratique de l'excision. Ce livre est évidemment plus facile à lire que Le deuxième sexe, et même s'il comporte quelques anachronismes puisqu'il a 40 ans, il tient toujours la route et permet de se forger une conscience politique féministe, puisque contrairement à la pensée répandue que les femmes auraient tout gagné, le féminisme n'est pas un combat d'arrière-garde.
A lire ou relire, et faire lire, donc.
Dans Le féminisme au masculin, deux ans plus tard, elle rend gentiment hommage -ne nous fâchons pas avec les hommes- à ces quelques mâles précurseurs (notez que ce mot ne prend pas de féminin !) qu'étaient Poulain de la Barre, Condorcet, Stuart Mill, Saint-Simon et Charles Fourier qui, à contre-courant des préjugés de leur époque, promouvaient l'éducation des filles et l'égalité, conditions de tout progrès humain. Le livre ne fait que 183 pages, à ne pas reprocher à l'autrice, c'est juste que ce sont des oiseaux rares, des exceptions confirmant la règle ! Encore aujourd'hui, ces gars-là restent des curiosités anthropologiques ayant fait peu d'émules !

Alors qu'on te pensait éternelle, tu nous manques déjà Benoîte Groult, bretonne de cœur. Espérons que Clohars-Carnoët, ville du "Finistère, [t]on artère coronaire, celle qui mène droit au cœur " va vite donner ton nom à une de ses rues, ils te le doivent bien : Ainsi soit-elle y a été écrit, et dans ta belle préface, tu rends un superbe hommage à la Bretagne, terre de ton enfance et d'un de tes maris Paul Guimard, ton "chez toi" : "Je pars chez moi écrire un livre dont le sujet ennuie d'avance bien des gens..." ainsi commence Ainsi soit-elle.
" Comment peut-on être breton ?*
Comment peut-on être une femme ?
Car la féminitude est aussi une patrie ". Benoîte Groult

*Morvan Lebesque 

mardi 28 juin 2016

Contrôle des femmes, impensé de la violence masculine

Malgré les tueries de masse à répétition dont sont affligés les USA, le contrôle des armes et des gens qui les possèdent est apparemment impossible. Il me paraît intéressant de partager cet écran récupéré sur les réseaux sociaux lors de la tuerie d'Orlando par un terroriste islamiste. Evidemment, il décrit en pastichant ce par quoi passent les femmes qui veulent une IVG dans certains états US, mais il rappelle aussi la fragilité des lois concernant les femmes partout et nous appelle à la vigilance sur nos droits. Des obscurantistes ragaillardis par le retour du religieux se verraient bien nous le retirer. Ils font du lobbying en ce sens : reprendre le contrôle du ventre des femmes les démange.



"Et si nous traitions chaque homme qui veut acheter une arme comme chaque femme qui veut une IVG : période obligatoire d'attente de 48 H, permission parentale, un certificat d'un médecin prouvant qu'il comprend ce qu'il va faire, visionnage d'une vidéo montrant les effets de la violence des armes, et un bâton à ultrasons enfoncé dans l'anus (juste comme ça). Fermons tous les magasins vendant des armes dans tous les états sauf un, faisons-le voyager des milliers de miles en prenant sur ses congés payés, et séjourner une nuit dans une ville inconnue pour acheter son fusil. Faisons le traverser une ribambelle de gens montrant des photos de leur proches tués par armes à feu, des gens qui le proclament meurtrier et le supplient de ne pas acheter cette arme. 
Ce serait plus sensé de faire tout cela avec les jeunes gens qui veulent une arme plutôt qu'avec des jeunes femmes qui veulent un avortement..."

" Les utérus des femmes, plus contrôlés que les armes ! "


Contrôler les femmes, c'est leur grande affaire depuis la nuit des temps. En revanche, contrôler la violence masculine, c'est mission impossible : risque d'émasculation. Cette violence, mélange de rage, de frustration et de sentiment de perte, n'est même pas désignée comme telle, ni comme nuisible à la société. Et comme on ne peut pas lutter contre un impensé, contre un innommé, nous allons subir la violence machiste encore et encore.

Lien pour éviter les faussaires qui mésinforment sur le sujet : Mon corps, mon droit, le site gouvernemental pour tout savoir sur l'IVG.

jeudi 23 juin 2016

Avant comme après le 26 juin : NDDL, c'est toujours NON !

Actualisation 26 juin : les habitants de Loire-Atlantique ont dit oui au transfert ! Back to the sixties.


Le 26 juin, les habitants de Loire-Atlantique sont appelés à voter pour ou contre le transfert de l'aéroport de Nantes-Atlantique existant Sud Loire à Nantes, vers le site de Notre-Dame des Landes (NDDL). De projet inter-régional, d'intérêt national, le vieux projet d'aéroport à NDDL datant du siècle dernier (des années 60, pour accueillir le Concorde) se voit donc rétrogradé en projet départemental, ce nouveau contour convenant mieux au pouvoir qui le soutient. Les sondages leur indiquent en effet que les habitants de Loire-Atlantique seraient favorables au transfert. Piteux.



Comme ce blog a suivi et soutenu le combat des zadistes lors des différentes tentatives d'évacuation dès octobre 2012, combat, je le rappelle, soutenu au début par les seul.es blogosphère et réseaux sociaux, les médias nationaux n'en soufflant mot, je soutiens le NON, alors que je pense que ce référendum est une parodie de démocratie. Au nom des pourtant timides décisions signées lors de la COP 21 à Paris en 2015, au nom de la biodiversité et des espèces endémiques (végétales et animales) qui habitent là, au nom du climat, contre la terraformation que l'espèce humaine inflige à la planète, au nom de la nature que l'hybris patriarcale épuise irresponsablement et sans frein, et plus immédiatement, en tirant les leçons de l'expérience des inondations provoquées par la vitrification des terres, puisque nous transformons depuis des siècles des zones humides et des marais éponges en toiles cirées propices au ruissellement :

Le 26 juin, il faut voter contre ce projet mortifère. 
NON au transfert de l'aéroport de Nantes à Notre-Dame des Landes.



Photo aimablement transmise par @cloudin_bluesky

Si vous ne résidez pas en Loire-Atlantique mais estimez votre avis légitime pour cette consultation, vous pouvez participer jusqu'au 25 juin à la votation citoyenne organisée par Agir pour l'Environnement.

vendredi 17 juin 2016

Harambe : spécisme, racisme et sexisme

Fin mai, au zoo de Cincinnati, un enfant de 4 ans échappe à la surveillance de sa mère et se glisse dans l'enclos du gorille Harambe : les témoins et le public autour se mettent à hurler et gesticuler de frayeur, alors que, dans un premier temps, le singe entoure de son bras les épaules de l'enfant ; de frayeur on imagine, voyant tous ces humains s'agiter, il prend peur et entraîne le petit garçon avec lui à l'écart après lui avoir rajusté son t-shirt et son pantalon. Puis, une balle lui a éclaté la tête. Harambe était un gorille des plaines d'Afrique Centrale et son peuple ne compte plus que 765 individus/personnes animales, dont quelques-unes dans des zoos comme celui de Cincinnati où Harambe, sexe mâle, est né en 1999. Son espérance de vie dans la nature était de 35 ans.


Le réflexe des dirigeant du zoos a été de tirer sur le gorille pour le tuer et délivrer l'enfant. Pas d'essayer de le distraire, de l'éloigner avec une lance à eau, ou des fruits qui pour lui sont des friandises, Harambe, gorille captif depuis 17 ans (âge de sa mort) a été traité comme King Kong, au délit de faciès, alors même qu'il est habitué aux humains depuis tout bébé, et qu'il a sûrement compris à quoi sert sa présence dans cette cage où du public vient le voir et lui lancer des cacahuètes en lui faisant des grimaces. Et notre espèce serait supérieure à la sienne ? D'ailleurs Jane Goodall, primatologue-éthologue planétairement reconnue, rappelant un incident de 1996 où une gorille avait mis en sécurité un enfant humain tombé dans son enclos, a écrit au directeur du zoo pour donner son sentiment : pour elle, Harambe protégeait l'enfant, sans doute possible. Ces primates sont des observateurs subtils, ils ne crient pas, et ne sont pas agressifs, même envers leurs congénères, selon ce passionnant article en anglais. Je précise aussi, que le gorille malgré ses canines et sa carrure  impressionnantes est un pacifique végétarien : tout cela lui sert à impressionner (favorablement) les femelles, les concurrents, pas à mordre ni à déchirer, ni à cogner. Et le personnel du zoo qui développe forcément avec le temps des relations affectives et sociales avec ces singes devrait être préparé à faire face, dans la non violence, à ce genre de situations !

Mais le rôle (problématique) des zoos est de "conserver" une espèce, au besoin sous forme de paillettes de sperme : en effet, Harambe est mort, mais son précieux sperme a été prélevé. La vie selon les zoos !
Le sort des individus au sein d'une espèce ne les intéresse pas. Ils font de la reproduction, en biologistes, en prélevant du sperme, en inséminant à la main des femelles non consentantes, (c'est que des bêtes, n'est-ce pas ?) pas ou peu réceptives, voire réticentes, comme on l'a vu avec les zoos à pandas chinois où ces animaux se reproduisent peu ou pas du tout. Car les animaux veulent choisir : l'insémination est une violence faite à chaque individu. L'élevage, même d'animaux sauvages, les patriarcaux au fond, ne rêvent que de ça : produire de la vie en éprouvettes, éliminer les aléas de la rencontre, du choix. Faire confiance à un animal libre, et à la nature, ils n'en veulent pas, ils préfèrent des banques de sperme et d'ovocytes. D'ailleurs la colonisatrice et invasive espèce humaine n'a pas l'intention de leur laisser de place : les espèces animales disparaissent d'abord de la destruction de leur habitat par l'espèce humaine, et ensuite du braconnage, puis pour le plaisir (chasse), pour la viande et enfin, pour... les zoos.

Après le spécisme, le racisme et le sexisme

Cette tragique histoire ne s'arrête pas là : les réseaux sociaux s'enflamment à propos de la mort d'Harambe, et, comme pour le meurtre de Cecil le lion dont j'ai parlé dans ce billet, mettent en accusation la mère du garçon qui a indirectement provoqué la mort du gorille. Les nom, photo et facebook de cette femme sont dévoilés et le bashing commence. Je crois qu'on peut même parler de lynchage social ! Sauf qu'il y a des différences entre le dentiste chasseur de lions (dont je n'approuve pas non plus le lynchage social) et la mère du petit garçon : l'un est un chasseur blanc capable de débourser 50 000 dollars pour une chasse au trophée dans le monde Tiers, et la mère de famille, femme noire, est elle, juste capable de débourser le prix d'entrée du zoo de sa ville pour elle et son enfant. Et elle ne tenait pas le fusil qui a tué Harambe ! Quand elle a déposé plainte contre le zoo, elle a été traînée dans la boue : en gros, elle fait des enfants, mais est incapable de les surveiller. Nulle évocation du père (?) et de son éventuelle responsabilité, il faut être deux pour faire un enfant, mais comme toujours en patriarcat, il y a aux femmes injonctions paradoxales : prière de donner la vie, mais ensuite on s'empresse de leur tomber dessus quand les choses ne vont pas comme ils veulent ! On ne reproche jamais rien aux pères. Racisme et sexisme. Après le spécisme dont a été victime Harambe.

J'ai eu honte pour les défenseurs des animaux, quand j'ai vu déferler la haine contre cette femme. Soyons claires, la cause des animaux, sujet éminemment juste, noble et politique, ne sera pas crédible tant que ses défenseurs (pro-animaux et véganes) se laisseront aller à de telles exactions, teintées de racisme et de sexisme. On ne peut pas défendre l'antispécisme (et Harambe a été victime des préjugés de notre espèce envers la sienne, donc de racisme spéciste, à ce titre le zoo ne lui a laissé aucune chance, c'est évident, son droit à la vie a été bafoué, comme avant son droit de vivre libre) en s'autorisant le sexisme et le racisme. Ou alors, c'est montrer qu'on n'a pas compris que l'un précède et  procède des deux autres. Et dans ce cas, notre combat devient illisible. Et la cause des animaux que nous défendons en pâtit.

Je préfère me battre pour un monde débarrassé du racisme, du sexisme et du spécisme, où les animaux seraient considérés comme d'autres nations autonomes, à qui nous laisserions la place qui leur revient (ils étaient là avant nous, pour la plupart) en arrêtant d'empiéter sur leurs territoires, un monde où les femmes seraient libres de leur destin, notamment reproductif, libres d'avoir ou pas des enfants, libres de se réaliser autrement, et d'un monde où l'espèce humaine serait en paix avec elle-même et avec ses voisins de planète. Où, du coup, les zoos animaux seraient une horrible relique du passé, tout comme les zoos humains le sont devenus, il y a moins d'un siècle.

jeudi 9 juin 2016

Euro 2016 : rien a foot !

Autant vous prévenir, ce billet va pourrir l'ambiance de grande camaraderie euphorique du moment ! Après Roland Garros (Finale hommes, le must), pendant le Tour de France 100 % hommes et ses inénarrables scandales de dopage, on va se manger du foot pendant un mois. Hurlements masculins dans les pubs Carrefour et tous autres épiciers (cible : les ménagères de moins de 50 ans, mais elles sont supposées sans concertation être des soccer moms), et dans les jingles des radios et télés, jeux de ballons dans les espaces publics déjà suroccupés par les garçons, discussions masculines autour de la machine à café dans votre boîte, inévitablement phagocytées par le foot, et même pire, coups et violence masculine dans certains foyers, si l'équipe de Monsieur a perdu Madame servant d'exutoire aux frustrations de certains. A ce propos, il y a en ce moment une campagne de prévention largement passée inaperçue et qui a été peu relayée par les médias.


Dans le même temps, commentaires ad nauseam sur les déclarations débiles de footeux milliardaires aigris (ou carrément dingue à enfermer sous largactyl dans le pavillon des agités d'un HP, mais interviewé par Le Monde) qui se prennent pour des intellectuels moralisants alors qu'ils jettent de l'huile sur le feu, et puisque nous sommes en état d'urgence et que le risque d'attentats est élevé, forces de police accaparées par le tournoi, c'est autant qui ne seront pas libres pour les agressions de rues et les femmes battues. Mais place à "la fête et à l'émotion" à base de drapeaux et d'hymnes nationaux. Valeur véhiculée : la compétition, valeur virile de "modèles exclusifs de joueurs masculins surpayés" ! Alors qu'il est plus urgent de promouvoir la coopération.

Les femmes feront semblant de s'intéresser pour ne pas casser l'ambiance, et parce qu'au fond, elles sont otages des hommes de la famille. Celles qui n'y comprennent rien ou ne veulent pas en entendre parler se contenteront du vieux poste de télé pour d'autres programmes, pendant que les mecs, eux, regarderont les matches sur le home cinéma neuf acheté pour l'occasion ! Je ne plaisante pas, j'en connais. Les sports féminins (et les sportives auxquelles les femmes pourraient s'identifier) ne sont pas ou peu relayés : pas intéressants selon les hommes, discours patriarcal méprisant pour garder le pouvoir et l'argent, les ressources n'étant pas illimitées, les femmes se contentent de pauvres restes. Vous l'avez compris, le foot masculin, proue avancée du patriarcat et de ses agents, parasite de précieuses ressources.

Si choisissez de délaisser la télé et le foot, il y a plein d'autres choses à faire : tiens, au hasard, du sport par exemple ! Les femmes font du sport, pour la forme et le plaisir avant tout. Elles sont même majoritaires dans pas mal de disciplines : gymnastique, danse, équitation et marche, pour n'en citer que quelques unes. Et lire pour se muscler le cerveau (indispensable aussi) : Michalon Editeur publie le 7 juillet prochain, ce livre de Fabienne Broucaret, journaliste et blogueuse : elle y propose un tour de France du sport au féminin, la 4ème de couverture qui met l'eau à la bouche est à lire sur le site de l'éditeur.


Et puis, si le sport vous gonfle et que vous n'y voyez aucun intérêt, il y a plein de suggestions de lecture dans la sidebar de mon blog.
Bonnes lectures à toustes. Parce qu'il y a évidemment des mecs qui n'aiment pas non plus le foot et qui ne sont intéressés ni par la compétition, ni par les grandes célébrations viriles.

dimanche 5 juin 2016

Comment lancer votre groupe féministe

Pour mes plus jeunes lectrices... et même les moins jeunes !



Comment lancer vos propres groupes et réunions féministes ?
- Réservez un lieu où vous serez en sécurité et tranquilles :  le living-room de vos parents, le sous-sol de vos meilleures amies, la bibliothèque de votre école, votre bar / pâtisserie locale...
- Réunissez un groupe de filles cools (et de garçons pro-féministes*)
- Apportez des petites choses à manger (très important)
- Discutez de ce que le féminisme signifie pour vous, et pourquoi c'est important
- Discutez de choses personnelles, partagez des conseils (sur le travail / le relationnel / la politique)
- Ne bavardez pas et ne discutez pas de questions personnelles en dehors des réunion de votre groupe
- Ne vous interrompez pas les unes les autres
- Tenez-vous informées les unes les autres ; choisissez-vous un sujet : sciences, événements en cours, environnement, tenez-vous informées par toutes les sources possibles et apprenez sur les sujets que vous ne connaissez pas des autres filles (et des garçons pro-féministes*)
- Rencontrez-vous une fois par semaine pour garder votre élan et prendre des nouvelles initiatives
- Partagez et explorez des idées créatives sur les façons dont vous pouvez faire prendre conscience du féminisme, du sexisme, et tous les sujets que vous trouvez importants pour vous et votre groupe.
- Adoptez ces idées, promouvez-les et mettez-les en actes.

Je rajouterai : il vaut mieux être un petit groupe de personnes impliquées et déterminées que de vouloir accueillir tout le monde, au risque de perdre la motivation et l'identité du groupe. Si vous vous organisez en association, réfléchissez bien à vos buts et objectifs : s'ils sont trop larges, vous vous perdrez en route. N'hésitez pas non plus à demander les conseils de féministes seniors : elles ont de l'expérience, leur conseils seront précieux. Si vous êtes en non-mixité, tenez-vous à une stricte parité. Dans tous les cas, les garçons, (forcément minoritaires) n'ont pas à prendre le pouvoir ni à monopoliser la parole. Si vous décidez d'organiser une marche de nuit, elle sera obligatoirement non mixte, sinon, vous en perdrez le sens qui est de se réapproprier la rue et l'espace public, ces territoires masculins. Les garçons, si vous en accueillez, vous fabriqueront vos banderoles et contribueront à vos slogans, leur participation devra s'arrêter là, ils comprendront. Ils n'ont même pas à assurer votre service d'ordre, vous l'assurerez de façon autonome, entre femmes, c'est une question de cohérence.
* Vous pouvez aussi choisir la non-mixité pour votre groupe : ça se discute mais elle se justifie aussi très bien.


Girl-gangs
Nous sommes tout le monde, nous sommes partout.
Nous répondons collectivement au harcèlement et aux attaques, nous somme solidaires les unes des autres.


samedi 28 mai 2016

La politique sexuelle de la viande

"Quelles sont les tyrannies que vous avalez jour après jour et que vous essayez de faire vôtres, jusqu'à vous en rendre malade et à en crever, en silence encore ? " 
Audre Lorde - Citée dans La Politique sexuelle de la viande



Une théorie critique féministe végétarienne, par Carol J Adams vient de paraître en français, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Danielle Petitclerc chez L'âge d'Homme.
Préfaces d'Elise Desaulniers et de Nelly McKay
Je reproduis ici avec sa permission la préface d'Elise Desaulniers, Le sang des autres, puisque j'ai déjà écrit il y a 6 ans un précédent billet sur cet ouvrage, non traduit à l'époque.

" La première fois que j'ai vu La Politique sexuelle de la viande de Carol J Adams, je parcourais les rayons d'une librairie de livres d'occasion. La couverture mauve détonnait parmi les classiques de la question animale. Je l'ai pris pour le reposer aussitôt : n'y avait-il pas plus urgent et plus important à lire que les élucubrations d'une féministe ? Il faut dire que j'avais depuis longtemps rangé le féminisme aux côtés des théories marxistes, dans le tiroir des utopies qui avaient fait leur temps et perdu de leur pertinence en jaunissant. Quelques années plus tard, je regrettais mon geste irréfléchi. J'écrivais sur les vaches laitières inséminées de force, séparées de leurs veaux à la naissance, contraintes de donner leur lait à la trayeuse, elles sont envoyées à l'abattoir après avoir été utilisées comme de pures machines pendant quatre ou cinq ans. Je me souviens même d'avoir écrit la phrase "les vaches sont exploitées parce qu'elles sont des vaches". Le parallèle avec la situation des femmes devenait troublant. Je me suis rappelé ce livre à la couverture mauve et l'ai commandé. Neuf.

Carol J. Adams est née en 1951. Après avoir grandi dans une famille ouvertement féministe, elle a lu les grandes théories des années soixante et soixante-dix qui s’écrivaient sous ses yeux. Elle l’avoue, elle était féministe bien avant de réfléchir à la question animale. Ce n’est que durant sa maîtrise en théologie à Yale qu’elle est devenue végétarienne. Ce soir-là, elle pleurait la disparition de son cheval mort dans un accident de chasse en mangeant un hamburger. Elle eut alors une sorte de révélation: «je mange une vache morte. » Dans les semaines qui suivent, les choses se précipitent. «Je prenais conscience que mon féminisme et mon végétarisme étaient étroitement liés […] : le patriarcat qui rend possible la violence faite aux femmes perpétue aussi l’exception humaine qui rend possible l’exploitation des autres êtres 1

Adams mettra plus de quinze ans à écrire son premier essai La Politique sexuelle de la viande. Mais ce long processus aura porté ses fruits : l'ouvrage constitue un colossal travail de recherche où les références sociales et historiques se mêlent aux analyses littéraires (Mary Shelley, Brigid Brophy, Margaret Atwood, Colette...). Tant par sa rigueur que par l'originalité de son propos, La Politique sexuelle de la viande mérite amplement sa place parmi les classiques du féminisme et de l'animalisme. Depuis vingt-cinq ans, Carol J Adams a publié des dizaines de livres et d'articles, en plus de militer activement pour la justice sociale, contre la violence conjugale, le racisme et la violence faite aux animaux. Cette traduction de La Politique sexuelle de la viande comble donc une lacune éditoriale importante en la rendant accessible aux lectrices et aux lecteurs francophones. A ce jour, c'est aussi la première oeuvre de Carol J Adams à être publiée dans la langue de Simone de Beauvoir.


Lire Carol J Adams m'aura permis de confirmer mes intuitions et d'approfondir ma réflexion sur l'analogie entre la viande et l'identité masculine. Ce livre rapporte minutieusement comment le concept de masculinité s'est d'abord construit sur deux axes : la viande et le contrôle du corps des femmes. Ces deux formes de violence que sont la violence sexuelle et la consommation de viande ce retrouvent dans ce qu'Adams nomme le référent absent : pour que la viande puisse exister, les animaux doivent être absents. De la même manière, les femmes doivent disparaître pour qu'on puisse exploiter leur corps. Elle explique simplement : "La manière dont la pornographie nous renvoie un message sur l'identité des femmes correspond à la manière dont la culture de la consommation de viande parle de ce que sont les animaux -et non de qui ils sont." 2. La vie ou les préférences des animaux sacrifiés pour des merguez ou des hot dogs doivent être occultées pour ne pas se couper l'appétit. La vie et les préférences des filles qu'on regarde se faire humilier sur le web ou à qui on envoie des dick pics aussi.

FÉMINISME ET VÉGÉTARISME : UNE HISTOIRE COMMUNE

En lisant Adams, ce qui me paraissait jusqu'alors banal devenait soudainement saillant. Je voyais les signes de la politique sexuelle de la viande aux quatre coins de ma ville : dans le numéro "spécial hommes" d'un magazine de cuisine rempli de bacon et de barbecues, dans les grils où des serveuses juchées sur des talons hauts et portant micro jupes et
T-shirts moulants nous reçoivent, dans la bouche des humoristes qui aiment bien rappeler que la salade, c'est pour les madames. J'ai aussi été frappée du point auquel le rôle des femmes dans le mouvement animaliste avait été oublié, voire occulté. Tout au long de La Politique sexuelle de la viande, Carol J Adams montre comment le refus de la viande apparaît dans les écrits des femmes avec des personnages féminins qui s'émancipent du patriarcat et gagnent leur autonomie dans une reconquête de leur corps et de leurs rapports aux animaux. Mais on ne rencontre pas seulement ces héroïnes dans les romans : depuis le 19ème siècle au moins, l'histoire du mouvement animaliste se conjugue d'abord au féminin.

En effet, pour la plupart d'entre nous, l'histoire des animaux se résume aux réflexions de quelques Grecs, d'une poignée d'Européens au 18ème siècle, puis de perspicaces étudiants d'Oxford dans les années 1970. Combien de fois ai-je lu que Peter Singer était le père de la libération animale ? Pourtant de nombreuses femmes ont écrit et milité pour mettre fin à l'exploitation animale. Des femmes qui étaient aussi souvent des militantes féministes. Comme le remarque Carol J Adams, "les grands mouvements de l'histoire féministe et les figures majeures de la littérature des femmes ont uni le féminisme et le végétarisme de manière à marquer une continuité, non une discontinuité."3


Déjà en 1907, on écrit dans le journal de la Vegetarian Society qu'"il est intéressant de voir comment le végétarisme est lié aux mouvements progressistes. Un certain nombre de leaders du mouvement des suffragettes sont végétariennes".4 Une quinzaine d'années plus tard, la féministe anarchiste d'origine polonaise Sophie Zaïkowska fonde à Paris un premier foyer végétalien. Pendant ce temps, à Londres, c'est la Suédoise Lizzy Lind af Hageby qui s'inscrit dans une école de médecine pour mieux comprendre la vivisection. Après avoir assisté à une expérimentation, elle accuse, appuyée par une collègue, le chercheur d'avoir disséqué un chien sans anesthésie. Le médecin, outré, poursuit les deux femmes pour atteinte à sa réputation et gagne sa cause. Les militantes anti-vivisection répliquent en faisant ériger une statue à l'effigie du terrier sacrifié. L'affaire qui s'ensuit divise le pays -c'est ce qu'on appelle aujourd'hui la Brown Dog Affair. D'un côté, les suffragettes qui lient l'oppression des femmes à celles des animaux. De l'autre, les étudiants en médecine qui défendent leur droit à la vivisection et condamnent les animalistes pour leur sensiblerie et bien sûr... leur hystérie.

Pour Hageby, c'est De l'origine des Espèces de Darwin un demi-siècle plus tôt qui a donné son envol au mouvement pour le droit des animaux. Elle a "provoqué la désintégration de l'ancienne idée anthropocentrique de l'homme" en plus de montrer, par la parenté physique entre tous les êtres vivants, que "nous avons la responsabilité de protéger des abus de pouvoir, des mauvais traitements, de cruauté et d'abus toutes les créatures qui partagent nos nerfs, notre sang et notre chair". Elle ajoute que "le mouvement pour une plus grande liberté des femmes, pour leur affranchissement, leur accès aux études supérieures et aux professions, de même que pour l'élimination des incapacités juridiques sont l'application de cette prise de conscience de la solidarité et de la parenté entre tous les êtres vivants." 5 C'était il y a cent ans : Hageby avait tout compris.



NON, CE N'EST PAS MAL D'AVOIR DES ÉMOTIONS

Il ne fait aucun doute que le mouvement pour les droits des animaux s'est essentiellement construit grâce au militantisme de plusieurs générations de femmes qui reconnaissent leur propre sang dans celui qui coule des bêtes. Pourtant, c'est un mouvement qui trop souvent encore tourne le dos au féminisme pour chercher à valoriser des méthodes et une imagerie masculine. Combien de fois les activistes sont-elles accusées d'être trop émotives et anti-intellectuelles et invitées à utiliser des arguments "sérieux" ? Dans Women in the Animals Rights Movement d'Emily Gaarder, une femme raconte qu'elle s'est tournée vers l'utilitarisme pour donner une structure à ses propos et éviter de parler de ses émotions. Combien de fois m'a-t-on félicitée pour mes livres "argumentés de façon rationnelle et qui ne tombent pas dans le sentimentalisme" ? Dans notre société patriarcale, les émotions ne sont pas prises au sérieux. C'est bien ainsi que le système dominant fonctionne : en ridiculisant tout ce qui conteste son empire. La défense des animaux ne peut être qu'une affaire de raison.

Pourtant, nombreux sont celles et ceux qui sont devenus véganes après avoir été choqués par une vidéo d'abattoir, après avoir fait le rapprochement entre leur amour pour leur chat et la détresse des poules dans les élevages et encore, comme Carol J Adams il y a quarante ans, entre l'amour pour un cheval et la mort des vaches. Le système est maintenu en place en masquant une réalité qui ne peut qu'émouvoir. Le fond du problème, et Carol J Adams le montre bien, c'est la domination patriarcale. Parce que la viande est un symbole masculin, l'enlever de la table transforme les relations de pouvoir. Lorsqu'on refuse de servir de la viande aux hommes et qu'on en appelle à l'abolition de l'élevage, on défie les structures établies en insistant sur notre propre subjectivité et celles des autres animaux. Il ne suffit pas de promouvoir le véganisme : voilà ce que j'aurais appris en lisant Adams et ses consœurs -et je pense en particulier à ces auteures qui comme Lori Gruen, Breeze Harper, Marti Kheel ou Pattrice Jones, réfléchissent à l'intersectionnalité des oppressions. Les militantes et militants pour les droits des animaux ont besoin du féminisme pour mettre à plat les structures qui déterminent l'oppression des animaux.

Depuis toujours, les systèmes d'oppression tentent de nous faire taire. En nous reléguant aux fourneaux, en nous refusant le droit de vote, en nous mutilant, en nous enfermant, en remettant en cause notre parole lorsqu'on dénonce une agression ou en inondant le Web et nos boîtes de courriels de commentaires sexistes. Militer, que ce soit sur la place publique ou dans une cuisine, c'est refuser le silence qui nous est depuis toujours imposé. Le mouvement animaliste a été et doit continuer à être féministe. Plus que jamais, il a besoin du féminisme pour prendre sa place et s'épanouir. On en peut que remercier Carol J Adams de nous le montrer avec tant de rigueur et de compassion. "
Elise Desaulniers,
Montréal et Vancouver, avril 2016

1.Which came first, https://vimeo.com/152899198



Les images illustrant l'article sont toutes issues de compagnies ou de campagnes françaises de publicité : Poulets de Loué, CNIEL, Petit Basque, et deux publicités régionales de 2015 : un restaurant à Rennes et un 4X3 en région parisienne. Elles peuvent être agrandies en cliquant dessus.