jeudi 27 décembre 2012

Pourquoi ne parlerions nous pas de violence et de masculinité ?


"Considérez votre carte d'identité masculine comme renouvelée"
Affiche publicitaire pour le fusil automatique utilisé par Adam Lanza dans la tuerie de Sandy Hook, Newtown, Connecticut, décembre 2012.

« La culture des armes aux États-Unis est on ne peut plus étroitement liée à la masculinité, mais cela demeure non dit »
« Qu’est-ce qu’un sociopathe ? C’est une personne qui manque d’empathie »
« La sociopathie est la manifestation extrême de la façon dont notre société socialise les garçons".
Jackson Katz Sociologue
Citations extraites de "Et les hommes, eux ? Propos sur la masculinité et les tueries de masse" de Megan Murphy

Vous avez vu et entendu, rapportés jusqu'à la nausée, dans vos medias habituels les reportages sur la tuerie de l'école maternelle Sandy Hook de Newtown, Connecticut, ce mois de décembre. Vous avez peut être été frappée comme moi devant l'abondance des commentaires, alors que pas un seul n'évoque le sexe du tueur, comme d'habitude, comme toujours. Et pourtant ! Selon cet article documenté, sur 62 mass shootings aux USA pendant les 30 dernières années, un seul est commis par une femme. Je crois donc qu'il faut aborder le sujet, comme l'a fait Soraya Chemaly, dans cet article paru le 17 décembre sur MS Magazine : Why won't we talk about violence and masculinity in America ? La traduction est de Martin Dufresne.

"Alors que j’écoutais avec le reste du monde se déployer l’horreur de ce qui est arrivé à l’école primaire Sandy Hook, j’ai été frappée par l’absence persistante de commentaires et d’analyses sur le fait que les tueurs de masse sont presque tous des hommes et des blancs en colère. Que faudra-t-il pour que nous amorcions enfin un dialogue généralisé, ouvert et public à propos du genre et de la violence dans notre pays? À propos de la masculinité et de l’identité? Ces sujets font partie des «questions difficiles» que nous avons tendance à ignorer. Au lieu de cela, à la radio et à la télévision, j’ai entendu des commentateurs expliquer encore et encore à quel point un tel scénario était rare, comment Newtown n’avait pas de «problème de criminalité», quel était le profil psychologique des tueurs de masse, et comment les policiers étaient encore à la recherche d’un motif. En somme, les gens se demandaient encore : 
«Pourquoi cette tragédie-là ?»

Ce n’est pas la bonne question. Les meurtriers de masse sont un symptôme extrême d’un problème courant, quotidien. Oui, le risque d’être terrorisé-e par un meurtrier de masse isolé est mince, c’est vrai. Mais des personnes ordinaires vivent dans la peur et la terreur à domicile. Il n’y a malheureusement rien d’exceptionnel à ce que des hommes armés tuent des gens tous les jours dans notre pays. Dans le cas des meurtres de masse, le symptôme extrême de cette catastrophe, la question devient : «Pourquoi est-ce qu’un nouveau jeune homme blanc en colère a agi de cette façon et tué ces personnes ?»

Cette tragédie est arrivée et continuera à se produire parce que trop d’armes sont facilement disponibles dans une culture optimisée pour leur utilisation tragique, le plus souvent par des garçons instables, élevés à se définir comme des hommes par le biais de la violence, et à qui on enseigne dès leur naissance à être en contrôle. Des hommes à qui la culture confère des droits acquis et des attentes de pouvoir et de privilèges. Des attentes qui, faute d’être satisfaites, et lorsqu'elles sont vécues en même temps qu’une maladie, une perte, une dépression ou plus, explosent quotidiennement en des tragédies innombrables. Déstigmatiser la maladie mentale et réglementer la possession d’armes à feu sera d’une certaine aide, bien sûr, mais cela restera insuffisant sans l’inclusion de cette dimension du problème. Dans le cas d’Adam Lanza, oui, il avait un problème de santé mentale et il y a eu accès à des armes. Mais, à l'inverse d'autres ayant cette maladie et cet accès, il a vécu le contexte culturel d'une manière qui l'a fait passer à l’acte violent.

Les pistolets de la mère de Lanza, tous dûment autorisés, faisaient partie des 270 millions d’armes à feu qu'on trouve aux États-Unis aujourd’hui. Lanza s’était vu refuser une arme à feu dans un magasin local d’armes plus tôt dans la semaine parce qu’il refusait d’attendre les deux semaines réglementaires. Notre pays si exceptionnel se classe au premier rang mondial en termes de nombre d’armes à feu par habitant, avec un ratio de 88 armes/100 personnes, loin avant le deuxième sur la liste, la Serbie, dont le ratio est 58,2/100. Il existe des pays armés de façon similaire, mais pas aussi violents. Comme Ezra Klein l’a fait remarquer dans le Washington Post vendredi, «La Suisse et Israël ont des taux d’homicides relativement faibles, en dépit de taux de possession d’arme à feu à domicile comparables à ceux des États-Unis". Sur les 25 pires meurtres de masse des 50 dernières années, 15 ont eu lieu aux Etats-Unis. C’est mentir que d’affirmer que ces événements sont rares.

Vendredi dernier, après avoir tué sa mère (ce qui est, après tout, de la violence familiale), le tireur est entré dans ce lieu sûr qu’est une école, et il a abattu 20 garçons et filles et six femmes. Pas besoin d’un doctorat en psychologie pour s’interroger sur la signification des gestes d’un homme qui tue sa mère, puis entre dans une école, où les femmes dominent les fonctions de contrôle et de care, et tue des petits enfants avant qu’ils et elles ne grandissent. C’est un acte incommensurable. Je ne veux pas manquer de respect ou de sympathie en rappelant qu’au cours des prochaines 24 heures, au moins trois femmes aux États-Unis vont mourir aux mains d’hommes violents. Selon le Children’s Defense Fund, au cours des mêmes 24 heures, huit enfants mourront chez nous des suites de blessures par balle. Le journaliste Bill Weird du réseau ABC News commente : «Dans les 23 pays les plus riches au monde, 80 pour cent de tous les décès par armes à feu se produisent aux États-Unis et 87 pour cent de tous les enfants tués par armes à feu sont des enfants américains.» Ce taux est 42,7 fois plus élevé que celui de tous les autres pays réunis.

Lanza était un homme parmi d’autres. Même si davantage d’hommes meurent par balle que les femmes, les décès par armes à feu sont en très grande majorité des crimes perpétrés par des hommes, que les victimes soient de sexe masculin ou féminin. Et je sais que, même si cette année marque le 23e anniversaire du massacre de l’École polytechnique de Montréal et le sixième anniversaire de celui perpétré contre les fillettes d’une école de la communauté Amish, la plupart des tueurs de masse n'ont pas le projet de tuer en fonction du sexe. Mais, comme pour les homicides simples, la possession d’armes à feu et les meurtres qu’ils commettent ont un caractère sexué. Un sondage Gallup mené en 2011 a révélé que 46 pour cent des hommes américains possédaient une ou des armes à feu (en regard de 23 pour cent des femmes). Et, comme nous l’avons appris le mois dernier quand Kassandra Perkins a été abattue par Jovan Belcher, 91 pour cent des meurtres familiaux sont commis par des hommes et 88 pour cent de ces meurtres impliquent des armes à feu. En moins de 10 jours, le nombre de femmes et d’enfants ainsi tués dépassera le nombre de personnes – les enfants, les femmes et Lanza lui-même – sacrifiés vendredi dernier. La culture qui crée un si grand nombre de meurtres non planifiés, familiaux, facilités par la possession d'armes à feu – partie des 15 000 homicides par an qui ne font qu’une victime – est celle qui produit des tueurs de masse comme Lanza.

La revue Mother Jones a dû mettre à jour son article «Guide to Mass Shootings in America », qui avait documenté, plus tôt cette année, les 62 cas de fusillades impliquant des armes à feu aux États-Unis depuis 1982. Onze de ces attentats se sont produits dans des écoles. Des jeunes hommes blancs sont très majoritairement les auteurs de ces fusillades. Parmi les principaux meurtriers de masse du siècle dernier, pas un des tireurs n’était une femme. Les garçons et les hommes blancs n’ont aucune prédisposition biologique ou génétique à devenir meurtriers de masse ou conjoints agresseurs, mais la violence fait partie de la façon dont est définie la masculinité aux États-Unis. Et les armes font partie de cette violence.

La publicité du fusil dont s’est servi le tireur de l’école Sandy Hook utilise comme slogan la phrase « Considérez votre carte d’identité masculine comme renouvelée. » Les jeunes hommes blancs possèdent des droits acquis et des privilèges qui, combinés à la déception, la maladie, la perte, et une glorification de la violence aussi courante que décapante pour l’âme, peuvent conduire à une telle tragédie. Le seul endroit où j’ai entendu cette connexion abordée dans les médias le week-end dernier était à l’émission du réseau MSNBC «Up with Chris Hayes», quand David Sirota, du site Web Salon, a fait remarquer que les hommes blancs sont vraiment le seul groupe en Amérique du Nord pour qui «il n’est pas permis de faire de profilage ethnique». Comme les mâles de race blanche sont représentés de façon disproportionnée dans les médias et parmi nos responsables politiques, il faut que plus d’hommes blancs comme Sirota et Hayes prennent la parole et parlent de cela : de la façon dont une peau blanche et la masculinité sont non seulement nos normes incontestées, mais sont aussi imbues d’innocence et d’autorité implicites qui les rendent presque impossible à critiquer face à un pattern (modèle) d’événements aussi horribles que celui de Sandy Hook.

En 2010, dans un article intitulé «Suicide by Mass Murder», Rachel Kalish et Michael Kimmel ont donné un nom à ce phénomène: l’«aggrieved entitlement» (droit acquis lésé). Dans leur article, ils décrivent une «culture de masculinité hégémonique aux États-Unis», qui crée un «sentiment de droit acquis lésé, propice à la violence ». Pour les jeunes hommes, et surtout les hommes blancs, la colère et la violence sont des privilèges auxquels les autres personnes ne peuvent prétendre, et dont l’exercice hors de cette caste, est clairement puni. Quant à notre système carcéral industrialisé, il déborde d’un nombre disproportionné de jeunes hommes noirs. Alors que les hommes qui tuent une partenaire intime écopent en moyenne de peines de deux à six ans, les femmes qui tuent leur conjoint sont condamnées, en moyenne, à 15 ans de prison. Le privilège de se mettre en colère et d’user de violence n’est pas également distribué. Pas plus que le fait d’admettre que les hommes souffrent de maladie mentale, un domaine que nous dépeignons comme presque exclusivement réservé aux filles et aux femmes.

Ce n’est pas raciste ou sexiste de suggérer que les hommes blancs sont aux prises avec une perte de pouvoir dans notre pays. Je ne diabolise aucunement les hommes blancs ; beaucoup, sinon la plupart d’entre eux n’ont probablement pas le sentiment d’être puissant et en contrôle. Mais le fait est que, dans notre pays, les hommes blancs ont longtemps dominé la sphère publique et la sphère privée. Ils continuent de dominer le gouvernement et les médias alors même que la nature de la famille et de la vie privée a évolué. Personne n’aime perdre du pouvoir; c’est un processus incommodant, pénible, effrayant et déroutant.

Mais il est important de distribuer le pouvoir de façon équitable. C’est un changement que nous pouvons chercher à comprendre, à discuter ouvertement et à faciliter. Ou, nous pouvons fermer les yeux et exacerber les préjudices liés à l’inégalité.

Cette violence constitue une crise de santé publique. D’autres pays saisissent l’importance vitale pour la société de comprendre les constructions de genre, mais le nôtre y résiste d’une façon mortifère pour l’esprit. Pourtant nous avons vraiment, vraiment besoin de le faire si nous voulons comprendre comment enrayer cette hémorragie de vies humaines. Prétendre que les pressions culturelles et les droits acquis hyper-genrés qui contribuent à faire des garçons de «vrais hommes» ne jouent pas un rôle crucial dans ces tueries de masse, et dans les meurtres commis quotidiennement chez nous, constitue notre véritable crime national." Soraya Chemaly "Why won't we talk about violence and masculinity in America ?"

Les armes ne sont pas aussi répandues en France qu'aux USA, et pour l'instant, il ne peut pas y avoir de tueries de masse d'une telle ampleur. Mais en France aussi, ce sont des hommes qui détiennent les armes à feu et ce sont surtout les femmes qui succombent sous la violence de leur conjoint, souvent abattues par ces armes ; il y a aussi de fréquents accidents dans ce club très masculin qu'est la chasse ! La virilité, chez nous aussi, fait des victimes. 

vendredi 21 décembre 2012

Homme de guerre : pléonasme ?

En marchant dans les rues de ma ville, il m'arrive de lever le nez sur les plaques de rues, histoire de voir quelles célébrités on y trouve. Comme je suis dans une ville où ça bétonne à mort (logements sociaux, immeubles de standing, hôtels de luxe, immeubles administratifs...), mais où un début de prise de conscience sur l'étalage urbain commence à se faire jour, on remplit les "dents creuses", ces trous urbains entre les maisons ; les pavillons de l'après-guerre avec jardin, dont les habitants partent en maison de retraite ou décèdent, sont démolis et remplacés par des immeubles de quelques étages, à parking bétonné derrière, ce qui fait que le jardin disparaît et la biodiversité qui va avec : hérissons, herbe, fleurs, insectes, escargots, fourmilières...
Les friches industrielles sont dépolluées et on les re-bétonne, ce qui donne de nouveaux quartiers flambants neufs (pas pour longtemps, ça vieillit mal) ! Il faut donc trouver des noms aux nouvelles rues, allées, places. Pas question de tomber dans la facilité comme dans les bourgades des siècles passés : Place du marché, de la Mairie ou encore de la Poste qui étaient et sont les occurrences les plus nombreuses, ne sont plus de mise. Pas plus que les rues des Mésanges, Peupliers, Platanes..., qui sentent à plein nez leur urbanisation ratée et pathogène des années 60 et 70 du siècle dernier ! Enfin, on en a tous soupé des généraux d'empire, des illustres zomes politiques de la 4ème République et des scientifiques, tous mâles, du XIXème siècle. Il faut donc se creuser la nénette, trouver du héros local, secouer les archives et les archivistes, soulever la poussière des armoires et racler les fonds de tiroirs. Eurêka : on trouve Geoffroy de Pontblanc. HOMME DE GUERRE de son état, statut pour la postérité.
 


De cet obscur du 14ème siècle, on n'a trouvé que la date de sa mort et un exploit : il a tué plusieurs anglais dans une rue étroite. Il faut bien cela pour l'édification des générations futures : un chevalier qui tue des anglais avant d'être mis en pièces à son tour. Le promotion du pacifisme ne passe pas par les mecs. Au fait, une FEMME DE PAIX, c'est introuvable dans l'histoire régionale ? Dans le bruit et la fureur de l'histoire et des exploits guerriers masculins, que valent les Jeanne de Lalaing, Jeanne de Laval et Comtesse de Penthièvre, l'une sauvant un mari de la prison, la seconde, femme de goût promouvant les artistes, ou la troisième sauvant son duché des convoitises françaises ! Ah oui, mais ce sont des femmes, et selon une tradition délétère, elles sont effacées de l'Histoire avec de grosses gommes viriles. Pas question de montrer aux fillettes des modèles valorisants : des femmes de tête, de cœur et de pouvoir ! Le destin des femmes est de rester à la ferme pendant que les gars guerroient, chacun son métier, les vaches seront bien gardées. Et faire la guerre, dans leur mythologie, est plus valorisant que d'entretenir la ferme en bon état de marche en attendant leur retour. Donc, dans les noms de rues, on trouve des Geoffroy de Pontblanc, le couteau entre les dents !

Lors de mes recherches, je suis quand même tombée sur une ville de France dont les noms de rues sont tous des noms de femmes : il s'agit de la Ville aux Dames, près de Tours, département d'Indre et Loire. Ses habitants s'appellent des Gynépolitains et des Gynépolitaines. Vivent les Tourangeaux !  5000 habitants, 75 avenues, rues, allées, qui portent presque toutes des noms de femmes, de même que tous les édifices municipaux, depuis 1974, où ces femmes illustres ont donné leurs noms aux lieux-dit, sur décision majoritaire du Conseil Municipal. Un exemple mal connu et à suivre.

Article à lire sur Archives du Féminisme.


samedi 15 décembre 2012

Prostitution - Appel de Bruxelles

Texte issu du Colloque "10 ans de politiques sur la prostitution - Résultats des options suédoises et néerlandaises et perspectives", organisé par le Lobby Européen des Femmes avec le soutien d'Euro-députées : il a aussi le mérite de rappeler dans ses considérants que la France ratifie et signe des traités supra-nationaux qui ont force de loi sur son territoire.

Texte de l'Appel de Bruxelles

Considérant que :

La prostitution est une violence
 -   Une grande majorité des personnes prostituées a subi des violences, souvent sexuelles, avant d’entrer dans la prostitution.
 -   Une grande majorité des personnes prostituées subit des violences de toutes sortes dans le cadre de la prostitution (agressions physiques, verbales, sexuelles, psychologiques, etc.).
-    La répétition d’actes sexuels non désirés, car imposés par l’argent, les inégalités et la précarité, constitue en soi une violence sexuelle.

La prostitution est une exploitation des inégalités
-    La prostitution s’inscrit dans la longue tradition patriarcale de mise à disposition du corps des femmes au profit des hommes (droit de cuissage, viol, ‘devoir conjugal’...).
 -   La prostitution exploite toutes les formes d’inégalités : des hommes sur les femmes, des riches sur les pauvres, du Nord sur le Sud, des groupes majoritaires sur les minorités.
 -  En majorité, les personnes prostituées au sein de l’Union européenne sont issues de pays-tiers plus pauvres. Lorsqu’elles sont issues d’Etats membres de l’UE, on constate une surreprésentation des minorités ethniques.

La prostitution est une atteinte à la dignité de la personne
 -  En plaçant le corps humain et la sexualité dans le champ du marché, la prostitution renforce l’objectification de toutes les femmes et de leur corps, et porte directement atteinte à l’intégrité physique et morale des personnes prostituées.
  -  La prostitution renforce la domination des hommes sur les femmes et notamment le sentiment de disponibilité et d’accessibilité du corps des femmes que l’on retrouve dans le viol, le harcèlement sexuel et les violences conjugales.
 -   La prostitution constitue un obstacle à une sexualité libre, respectueuse et égalitaire.
 -  La prostitution alimente et perpétue la traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle.

La prostitution est une violation des droits humains
-   La Convention des Nations Unies du 2 décembre 1949, adoptée par son Assemblée générale et ratifiée par 17 Etats membres de l’Union européenne, affirme dès son préambule que « la prostitution et le mal qui l’accompagne, à savoir la traite des êtres humains, sont incompatibles avec la dignité et la valeur de la personne humaine ».
-    La Convention des Nations Unies de 1979 sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes demande aux Etats parties de prendre « toutes les mesures appropriées, y compris des dispositions législatives, pour réprimer, sous toutes leurs formes, le trafic des femmes et l’exploitation de la prostitution des femmes ».
-    La prostitution est incompatible avec les articles 3 et 5 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui affirment que « tout individu a droit à la vie, à la liberté, à la sûreté de sa personne » et que « nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ».

Nous demandons aux états membres de l’union européenne d’adopter des politiques garantissant :

-    La suppression des mesures répressives à l’encontre des personnes prostituées ;
-    La condamnation de toutes les formes de proxénétisme ;
-    Le développement d’alternatives réelles et de programmes de sortie de la prostitution ;
-    L’interdiction de tout achat d’un acte sexuel ;
-   La mise en en place de politiques de prévention, d’éducation à l’égalité et à la sexualité ;
-    Le développement de politiques de prévention dans les pays d’origine des personnes prostituées.

L’union européenne et ses états membres doivent revoir totalement leur politique de lutte contre la traite des êtres humains qui n’a ni sens ni chance d’aboutir tant que l’impunité des proxénètes et des clients prostitueurs demeurera la règle.

"On dit que l'esclavage a disparu de la civilisation européenne. C'est une erreur. Il existe toujours, mais il ne pèse plus que sur la femme, et il s'appelle PROSTITUTION".
Victor Hugo - 1862

Liens :  
Pour signer :  Abolition 2012
Liste des intervenant-e-s, contacts, informations pratiques :
Mouvement du Nid.
Il y a un an, le 6 décembre 2011 : texte adopté par les députés français réaffirmant la position abolitionniste de la France en matière de prostitution
Frédéric Taddéi, lors de son émission de mardi 11/12/12 Ce soir ou jamais a donné une tribune libre au proxénète (activité criminelle !) "Dodo la saumure" poursuivi par la justice française - Thalia Breton, porte parole d'Osez Le Féminisme lui répond.

samedi 8 décembre 2012

Escroquerie : la place des femmes dans la science

Ce petit film trouvé sur un lien électronique du journal le Monde démontre, s'il fallait encore le démontrer, que les fameuses études "in vivo", faites sur des animaux de laboratoire, comme si des animaux vivaient naturellement en laboratoire -déjà ça sonne comme une escroquerie-, études incluses obligatoirement dans les protocoles de recherche pour obtenir la fameuse AMM (autorisation de mise sur le marché), viatique de toute spécialité pharmaceutique, ces études donc, sont biaisées de tous côtés, surtout du côté des femmes ! On se demande où est la rigueur scientifique dans tout cela. Cela ressemble surtout à de la maltraitance caractérisée, aux animaux et... aux femmes ! Jugez-en :



Dans le film, on nous parle de "biais masculins inconscients" !
Tu parles ! Comme pour tout le reste, femmes effacées de l'économie (travaux domestiques des femmes non compté dans les PIB), de l'Histoire, des arts et des sciences, il s'agit d'un programme politique androcentré, de la défense des intérêts catégoriels étroits des mâles pour garder le contrôle, le pouvoir..., et la santé. Si les femmes ne prennent pas en main leurs propres intérêts en investissant tous les champs, scientifique, politique, économique, artistique aussi, nos intérêts ne seront jamais défendus. C'est aussi clair que cela. La dévolution ne marche pas. Aussi, refusons-la et défendons nous mêmes nos intérêts, qui valent largement les leurs ! Il est temps de dénoncer un faux universalisme achetant illusoirement la paix, alors que la guerre continue.

NB - Les études sur rats, souris, beagles, singes rhésus, etc... sont parfaitement remplaçables par des essais sur cultures de cellules in vitro, et par des modèles mathématiques, solutions logicielles pour ces recherches. Les gens (hommes ET femmes) ne sont pas 70 KG de rats ! N'en déplaise aux mecs qui en sont quand même à s'identifier à des rats mâles ! 

jeudi 6 décembre 2012

Tout est calme sur la ZAD de Notre Dame des Landes


Malgré une grosse frayeur lors du jugement du référé du Préfet de Loire-Atlantique cette semaine demandant la destruction des nouvelles cabanes construites par les opposants, le Tribunal de Saint-Nazaire rendra son jugement le 11 décembre. Un petit répit bon à prendre !

En attendant, les constructions continuent, des collectifs de soutien aux opposants s'organisent un peu partout. Il y en a sûrement un près de chez vous, ou alors, vous pouvez en créer un !

La créativité bat son plein ! Un détournement très très malpoli :


Une sélection de liens : 
Infos pratiques de la ZAD (Zone à Défendre)
Appel des Chats Teigneux (lieu dit La Chataigne, le "kyste" selon Manuel Valls)
Un carnet de croquis sur Flickr
L'ambiguïté insaisissable de notre futur se joue à NDDL ? 
Essais d'armes "non léthales" sur les manifestants

Discussions sur le sexisme, l'homophobie et autres rapports de domination sur la ZAD 
 
Des légumes, pas du bitume. Des moutons, pas des avions !

Les illustrations viennent toutes du blog Zone à Défendre - Tritons crété-e-s contre béton armé.

samedi 1 décembre 2012

C'est la guerre ! Contre les femmes, contre la Terre, contre les autres espèces

Après d'âpres négociations entre avocats, Nafissatou Diallo aurait obtenu 6 millions de dollars de compensations financières pour se taire, pour ne plus jamais parler de viol ni d'agression sexuelle, avec un contrat dûment signé par les parties, contrat qui scelle ses lèvres à jamais. On la fait taire contre une grosse somme d'argent. Quel innocent, même riche, accepterait de payer un tel montant de dollars, sans doute en l'empruntant à une banque ? En France on nie la parole des victimes, aux USA, on l'ensevelit sous des compensations financières : négation du crime dans les deux cas. War on women, guerre aux femmes, objet de mon billet précédent.

A Notre-Dame Des Landes, c'est la guerre contre des militants paysans et des alternatifs qui veulent vivre sur un  bout de terre préservée depuis 40 ans, qui luttent contre l'artificialisation de bocages et de zones humides remarquables avec leur faune et leur flore, leurs paysages, en voie de disparition partout. Leur lutte est celle de refusants d'un monde dont nous ne voulons plus, basé sur la compétition entre métropoles, entre régions, sur des infrastructures dont on peut douter de la pertinence et qui serviront à quelques privilégiés ultra-mobiles (peut-être les perdants de demain ?), sur des valeurs de croissance sans limite dans un monde fini et tout petit ; leur lutte est suivie par une partie de l'opinion qui devine intuitivement que ce sont toujours les  mêmes les perdants de cette course infernale au progrès sans foi ni loi, voulue par l'hybris masculine de sempiternels politiciens professionnels. Ils se battent aussi pour  la terre avec deux slogans : La terre aux paysans, Des légumes, pas du bitume !  Mais au fait qu'est ce que la terre, d'où vient le sol ? De l'érosion des roches depuis des millions d'années sous l'action des éléments, comme expliqué dans ce court film : nous en vivons et nous la faisons disparaître sous de tonnes de béton et de bitume :


Let's Talk About Soil - French from IASS Vimeo Channel on Vimeo.
(Vimeo ne permettant pas toujours l'affichage de ses videos très longtemps, si celle-ci n'apparaissait plus, merci de cliquer sur le lien ci-dessus. Avec mes excuses).

Liens : Let's talk about soil !
Global soil week - Berlin Novembre 2012


Ce dessin provient de Biz Yod Blog : Formes à Notre-Dame des Landes, un superbe article abondamment illustré par les créations des opposants.

A Fukushima, c'est la guerre. Ces extraits sont tirés du récit de Michaël Ferrier "Fukushima, récit d'un désastre", superbe objet littéraire, paru chez Galllimard. Lisez-le !

Après la catastrophe : "Avec le nucléaire, sachez-le, c'est la seule règle : il faut aller aussi loin et aussi vite que l'on peut". P 166

"Ils nous ont dit qu'il n'y aurait jamais d'accident, absolument. Ils nous l'ont dit tout le temps, ils nous l'ont dit dans toutes les langues" Un autre fermier vient nous rejoindre. Celui-ci a quarante vaches et les appelle sa "famille". On lui demande de les tuer et de détruire lui aussi toute sa production de légumes. Il est très en colère, il nous donne les chiffres : 700 animaux de compagnie, 130 000 cochons, 680 000 poulets... Toutes ces centaines de milliers de bêtes dans la zone interdite meurent de faim et de soif. L'agonie dure des heures, la nuit on les entend mugir à des kilomètres".
P 170

"C'est la guerre. Les familles des troupes d'autodéfense japonaises qui meurent à Fukushima peuvent recevoir 90 millions de yens : ce sont les montants qui sont attribués aux soldats envoyés en Irak ou à ceux qui patrouillent au large de la Somalie dans les zones infestées de pirates. On parle des "opérations" -terme à la fois chirurgical et militaire- et de la nécessaire "reconquête" de ces réacteurs, qui se fera au terme d'une "guerre de tranchées"... On utilise des drones et des robots, dont la plupart ont été testés dans les zones de conflits internationaux, en Irak et en Afghanistan notamment. D'autres ont été conçus pour détecter et désamorcer des bombes, ou pour rechercher des corps dans les débris du World Trade center après les attentats du 11 septembre. Caméras vision de nuit, systèmes d'imagerie thermale et détecteurs de radiations : c'est du sérieux". P 214

"Le plus frappant, pour qui observe l'arsenal de moyens déployés, par l'industrie nucléaire au moment de Fukushima (ce moment désormais appelé à durer très longtemps), c'est l'extraordinaire contraste entre le discours officiel de ses promoteurs et la réalité que l'on peut constater empiriquement sur le terrain. Le nucléaire joue toujours sur l'image d'une industrie de pointe, portée par une technologie de haut niveau. C'est le fleuron du progrès scientifique, la fine fleur de la virtuosité technique. Dans la réalité, c'est tout le contraire : infrastructures vieillissantes, mentalité moyenâgeuse. La centrale s'effiloche : le prétendu sommet de la technologie humaine se révèle une vulgaire affaire de plomberie.Sur place, sur les photos que l'opérateur lâche au compte-gouttes, des tas de câbles et de raccords, de tuyaux éventrés, marabouts, bouts de ficelle. Partout on installe des plaques de plomb et d'acier. Quelle technicité ! 
Quelle maîtrise ! On est obligé de recourir à de la résine, de la sciure de bois et du papier de journal déchiqueté pour colmater les fuites. A la brouette et au râteau pour déblayer les décombres. Pour nous sauver, rien de tel qu'un couvercle, une bâche, une tente... ou comme à Tchernobyl, un sacophage. Qu'on recouvre tout ça et qu'on n'en parle plus... Sous ses grands airs, la camelote navrante du nucléaire". P220

En Afrique du Sud, c'est la guerre contre les rhinocéros, où des braconniers tuent les mères rhinocéros sous les yeux de leurs petits pour leur scier leur corne, juste parce que les chinois, en tous cas le mâle chinois, se lamente urbi et orbi d'avoir une petite bite : même que le broyat de corne de rhinocéros serait royal contre cet inconvénient majeur ! Mais, les chinois, vous n'êtes pas les seuls : chez moi en ce moment j'ai trois nacelles élévatrices qui s'érigent en pétaradant un tonnerre de Dieu toute la journée quand les mecs qui les actionnent en manipulent le bien-nommé joystick ! J'ai entendu également à la radio cette semaine une Patricia, rare grutière du BTP, se plaindre d'avoir été persécutée par un collègue parce qu'il conduisait une plus petite grue que la sienne ! Tous ces engins sont des substituts, des avatars sublimés, des objets de consolation. Aussi du calme les chinois, ce n'est pas une caractéristique chinoise, mais une caractéristique de la moitié de l'espèce humaine. D'ailleurs au rythme où il fait disparaître les rhinocéros, je gage que le mâle chinois va rester immémorialement comme la plus petite bite du vivant animal. Peut-être même végétal qui sait ? La photo, qui ne va pas me réconcilier avec mes lectrices les plus sensibles, provient de cet article en anglais qui rapporte une épidémie de braconnage dans le parc Kruger entre le Zimbabwe et le Mozambique.

La question vaut d'être posée : Être en guerre contre tous comme cela, n'est-ce pas aussi être en guerre contre soi-même ?

dimanche 25 novembre 2012

25 novembre - Contre les violences faites aux femmes


25 novembre, journée contre les violences faites aux femmes. Comme pour la journée internationale des droits des femmes, un petit jour pour dénoncer parmi 365 autres où les femmes sont battues, violées, castrées, mariées de force à des hommes pouvant être leur père ou grand-père, échangées comme des marchandises, obligées via la pauvreté entretenue et la violence fondatrice (par des viols, des incestes) à travailler pour l'industrie du sexe et de la pornographie, bref, niées dans leurs droits humains fondamentaux. Une journée alors que les 364 autres, les victimes de viol doivent subir les maltraitances de la police, de la justice et de leurs experts psychiatres, "et montrer  pattes blanches et culottes propres" ; 364 jours par an, être retirées du domicile conjugal pour laisser la place au conjoint violent, et être placées dans un foyer avec leur enfants pour leur sécurité. Les violences maritales en France c'est 540 000 victimes et seulement 20 000 condamnations selon cet article des Nouvelles News.  Le viriarcat garde ses privilèges et passe-droits, les policiers et gendarmes sont en majorité des hommes, parmi lesquels il y a parfois des violeurs, des proxénètes et des maris violents. Les deux assemblées qui font les lois sont peuplées d'hommes à multiples mandats renouvelables à vie, pour certains d'entre eux violeurs et harceleurs eux-mêmes. Dans ces conditions, comment espérer que les victimes soient entendues, traitées humainement et reconnues par la justice, victimes d'une société machiste, socialement violente aux femmes, sans empathie, donc inhumaine ?

Pourtant certaines s'accrochent, bravent le manque d'empathie et les insinuations des policiers, les interrogatoires de l'instruction et l'arrogance des magistrats, les contre-interrogatoires des auxiliaires de justice et des experts. Elles affrontent les lenteurs judiciaires, les pertes de dossiers (!) : justice de classe, dure aux faibles et douce aux puissants. 75 000 viols par an en France, 1 victime sur 10 porte plainte, quelques dossiers sont instruits et jugés, cela prend des années, 10 à 13 en moyenne, et si l'agresseur ou les agresseurs font appel (suspensif de la peine), un deuxième procès à lieu pendant lequel les plaies sont réouvertes.  
96 % des violeurs sont de sexe masculin, 91 % des victimes sont de sexe féminin. En France, une femme est violée toutes les 7 minutes. Une femme sur 3 morte sous les coups de son conjoint en 2011 avait alerté les autorités ! Mais Valls et Ayrault, deux hommes promoteurs du béton de Vinci, préfèrent monopoliser quelques 500 à 1000 gendarmes pendant des jours pour jeter des grenades assourdissantes et des lacrymogènes sur de pacifiques squatteurs à Notre-Dame des Landes.Choix de priorités qui en dit long sur notre société.

Cependant des courageuses engagent le combat, car c'est un combat. Viol, victime, victoire :

Victimes, Levez-vous. from Viol Victime Victoire on Vimeo.
(Vimeo ne laissant pas toujours la possibilité d'afficher ses videos, si elle n'apparaît pas, merci de cliquer sur le lien ci-dessus au besoin. Avec mes excuses).

Victimes, levez-vous !
Pétition contre les lenteurs de la Justice à signer ICI

Liens :
Viol, le manifeste des 313
Contre le viol
Ministère des droits des femmes - Enjeux de la formation des professionnels
Muriel Salmona et Quatre dessins et un témoignage pour dénoncer la maltraitance des institutionnels.
Nos exigences et revendications pour enrayer le fléau
Et les dessins super drôles d'Emelire sur le sujet !
On a parfaitement le droit de rire de ces nazes de violeurs.

vendredi 23 novembre 2012

#17N - Gardarem Notre-Dame des landes ! (actualisé)

Actualisation 23/11/12 
Ce vendredi matin à 6H30, 500 gendarmes ont surpris dans leur sommeil les zadistes et une opération d'évacuation et de destruction des habitations des opposants a eu lieu sur la future plateforme aéroportuaire ; les appels à la mobilisation et à la solidarité se multiplient. Comme ici (clin d’œil !) à Biarritz où a eu lieu une opération de solidarité entre la Vierge de Biarritz et Notre-Dame des Landes. ;)) Vivent l'activisme et la créativité !


Ayrault, t'est foutu, les Notre-Dames sont contre toi ? Car réincarnations de Déméter, mythe grec des moissons ? -voir explications d'Euterpe. Et l'argent public ne pourrait-il être mieux utilisé ?  Dominique Voynet Maire de Montreuil a publié le Tweet suivant sur son compte :

Liens pour suivre les derniers développements (fidélité à ceux qui informent depuis le 16/10/12) :

Nadir - ZAD Flash Infos
Le Mensuel de Rennes
RennesTV
Notre Dame Des Luttes
Le Télégramme de Brest
Rue89 Planète
oOo
Samedi 17 novembre, après 1H 15 de route, et après avoir franchi le rond-point de sortie d'autoroute vers Héric, Loire-Atlantique, sous le regard peu amène de la gendarmerie nationale, avec comme toujours ses voitures garées à la diable, nous sommes convoyées le plus près possible du bourg de Notre-Dame des Landes et nous garons à un kilomètre, auprès d'un ensilage maïs dans une arrière-cour de ferme. Sans bloquer les accès des riverains, consigne de fer des organisateurs, qui sera respectée malgré l'afflux de voitures, camping-cars, bus, tracteurs sur la zone, ce samedi matin. Des milliers de personnes se massent sur la placette, dans l'attente du départ du cortège. Nous traverserons pendant presque trois heures de marche, avec des stops and go, sur une départementale remplie sur toute sa largeur et sa longueur de gens de toutes tranches d'âges et de toutes sociologies, des gens des villes et des gens des champs, des alsaciens, des toulousains, des belges..., bref tout le bocage, pendant 6 ou 7 kilomètres pour enfin arriver devant La Vache Rit, centre de la Zone à Défendre (ZAD). Les squatteurs (jeunes, les visages dissimulés sous des écharpes) sont devant, les tracteurs des agriculteurs ferment le cortège. On sait que les deux parties se sont bien fait la tronche les années précédentes, mais qu'elles ont été soudées par l'intervention policière brutale du 16 octobre.

La façade de la Mairie : 

Les gens se massent en attente du départ :

Sur le parcours, différents jeux de mots avec le nom du bétonneur Vinci :



Marouflage. Keskecé ? A trois ou quatre féministes, on a décidé que ça ne valait pas le coup de s'énerver...


Autre jeu de mot ou poésie ? Ces installations titrées "Ver à béton" !





Du matos pour reconstruire :


Des musiciens :


Le bocage et quelques-uns de ses habitants :


Le temps était maussade mais on a évité les averses, les gens étaient joyeux, la journée a été un succès, près de 40 000 manifestants selon les organisateurs et 13 500 selon la préfecture comme d'habitude, il faudrait en finir avec ce folklore préfectoral ! Je dédie ce billet aux deux ânes adorables qui ont fait un bout de chemin avec nous, conduits par leur maîtresse, et au jeune coq timide et craquant, recroquevillé sous le bras de son propriétaire qui, j'espère, est bien arrivé chez les poules de la ZAD, où il va couler des jours heureux et pas finir à la casserole parce qu'il ne pond pas. Et bien sûr, à tous les autres participants de cette gigantesque manif.

Liens : Danactu résistance Reportage photo
Et celui de Nadir ZAD : Un petit récit de la manif de réoccupation.
Contre l'Opération César du 16/10 (mais qui leur conseille ces noms bon sang !) l'opération Astérix de réoccupation : sur RennesTV Film de 18 minutes.

vendredi 16 novembre 2012

Femme, produit de consommation qui se boit et se mange

Bien que son chiffre d'affaires chute depuis 3 ans (voir ici la plainte corporatiste habituelle), le Beaujolais nouveau est arrivé ! Sa publicité aussi : une femme objectifiée, sans tête -mais chapeautée- et qui se boit.


Tout est bon chez les femmes, sauf la tête. Car en effet, j'en ai déjà parlé sur ce blog, la femme habituellement se consomme ! Dans cette publicité de Burger King (fournisseur de barbaque issue d'animaux maltraités à la vie à la mort, entre deux tranches de pain), on voit un oeil maquillé en hamburger, soit juste un morceau de tête. Comme la viande, le corps des femmes se débite en morceaux : pornographie, politique sexuelle de la viande.


Femmes également consommables sous forme de légumes sexualisés chez Biocoop, dont il faut reconnaître qu'ils sont passés du militantisme à la grande distribution, à preuve, en plus de la pub ci-dessous, le rayon boucherie près du rayon légumes et les discussions bouchères à la caisse quand j'y vais acheter ma pâte de cacahuète, alternative au beurre sur mes tartines, que je ne trouve que chez eux. Je commence à chauffer.


Ou bien, femme animalisée, nous remplaçons le cochon dans un barbecue entre copains mâles, à l'image de ce T-shirt trouvée sur ce billet en anglais du blog de Carol J Adams dont l'illustration proclame que ce club universitaire masculin rôtit des gros-ses et gras-ses depuis 1847 ! La masculinité s'inscrit à travers la consommation en commun d'animaux morts. Pérennité (éternité ?) du pouvoir masculin où l'on se reproduit entre soi sans passer par les femmes, en exposant sans vergogne une misogynie qui justifie cet entre-soi masculin. La consommation consensuelle du corps des animaux et de celui des femmes renforce les liens et fraternités viriles. Après avoir consommé de la chair animale représentée sous forme de femme, on consomme ensuite réellement de la chair de femme en allant ensemble au bordel ?


Au fond, la plus belle réussite du Patriarcat est de faire croire que ce qui lui est bon et profitable doit aussi être désiré par ses opprimé-e-s et sacrifié-e-s, comme sur cette pub vintage où on voit un cochon prenant plaisir à se découper lui-même en rondelles ! Vomitif.


vendredi 9 novembre 2012

Pauvreté des femmes / Notre Dame des Landes


Le Secours Catholique vient, comme tous les ans, de révéler dans un rapport les chiffres de la pauvreté et de la grande pauvreté. Scandale permanent du sort fait aux femmes dans la société patriarcale, après des années de travail marchand et non marchand (non compté dans les PIB) : leur retraite est à moitié inférieure à celle des hommes et elles sont les principales récipiendaires du minimum vieillesse. Et je ne parle que de la tranche d'âge des plus de 55 ans. Elles peuvent, plus jeunes, se retrouver à la rue avec des enfants pour fuir un compagnon violent. Les "crises" qu'elles subissent mais ne provoquent pas, aggravent la situation.

J'étais cette semaine chez une femme de plus de 65 ans, militante de la cause animale avec laquelle j'ai travaillé sur quelques dossiers communs. Elle m'a parlé de ses aventures de militante bénévole : appelée au besoin par la gendarmerie quand ils arrêtent un samedi soir un mec alcoolisé et accidenté avec son chien blessé divaguant sur la route, elle arrive, prend l'animal en charge, lui trouve un véto, ou bien un refuge grâce à son carnet d'adresses ; s'il n'y a plus de place, elle loge la bête chez elle, car elle est incapable de refuser asile à un animal, quel qu'il soit. Ses services sont également appréciés lors d'interventions dans des élevages où des animaux en surnombre souffrent de délaissement et de manque de
soins : elle fait des photos, monte le dossier pour le procureur, appelle les services sanitaires, évacue vers des refuges. Quels sont ses revenus mensuels ? 350 euros royalement versés par la caisse de retraite, le minimum vieillesse, car elle n'a pas assez cotisé, sa carrière s'étant terminée en divers CES (contrats-emplois-solidarité de sinistre mémoire) où elle travaillait dans des collectivités locales, ces CES ne rajoutant pas de points à la retraite ! Les associations, les mairies et les hôpitaux ont largement bénéficié de cette main-d'oeuvre dévouée, qualifiée et bon marché, sans dire à leurs salariés qu'illes se faisaient ainsi flouer, les femmes en tête. Auxiliaire de police ou de gendarmerie pour pas un rond, après avoir été exploitée en famille, elle l'est maintenant en retraite car elle ne supporte pas la détresse des autres, fussent-ils animaux.

Mais je pourrais aussi bien vous parler des écoutantes de femmes violées, de femmes détruites par la prostitution, de femmes battues, tous ces services bénévoles dont l'état se défausse sur les associations car il estime qu'il ne sait pas faire ou que ce n'est pas son travail. Finalement, toutes ces femmes bénévoles rendent la société un peu moins dure en arrangeant bien les bidons du patriarcat qui estime en plus ne rien leur devoir.

Au fond, tout cela est juste un programme politique : cela permet de maintenir l'équilibre de la terreur. Vous avez arrêté votre carrière pour élever vos enfants ? Vous allez désormais assurer la flexibilité de l'économie et faire main d’œuvre d'appoint sur les crêtes d'activité ! Et puis, si vraiment vous crevez de faim, il vous reste toujours la possibilité de vendre les "services sexuels" dont certains hommes ont besoin contre modique somme et surtout sans se casser la tête à séduire et convaincre l'autre, une égale ! Un pool de main-d’œuvre bon marché et un pool de prostituées : voilà l'utilité du maintien des femmes dans la pauvreté par toutes les sociétés humaines, toujours organisées pour les besoins catégoriels des hommes. Moi, j'appelle ça du parasitisme.

La lutte continue à NOTRE DAME DES LANDES

Dans le silence assourdissant des medias nationaux, y compris de la télévision publique, le bocage nantais résiste à Vinci, au préfet de Loire-Atlantique et à leurs gendarmes. Les témoignages de la lutte des indignés du bocage contre l'aéroport de Notre-Dame des Landes voulu par Jean-Marc Ayrault sont relayés par la blogsphère, la twitosphère,

et les médias Internet pure players, tels Mediapart ou Arrêt sur Images. Plus quelques pure players régionaux comme TV Rennes dont vous trouverez un reportage vidéo ci-dessous :



En attendant la manifestion de réoccupation du 17 novembre, plusieurs manifestations sont prévues partout en France (à trouver ici), dont une à Rennes samedi 10 novembre place de l'Hôtel de Ville à midi.
Liens pour aller plus loin :
Montréal-Mirabel, aéroport fantôme
Dominique Méda sur Reporterre : Pourquoi rien ne change-t-il alors que l'on sait qu'il faut tout changer ?
L'aéroport de l'angoisse 
Le Pinterest de #NDDL
Le site de l'ACIPA 

Actualisation : Une photo de la manifestion du 10 novembre à Rennes Place de la Mairie :

Actualisation 13/11/12 : 17 Novembre, tous à Notre-Dame des Landes !


samedi 3 novembre 2012

Obscurantisme et backlash















Cette photo date des années 1970 et représente des femmes kaboulies marchant librement dans la rue, habillées à l'occidentale. Kaboul, la ville cosmopolite des soixante-huitards, qui tentaient des expériences et des aventures nouvelles, lieu de passage vers Katmandou. On a l'impression d'un autre temps, alors que cela fait 40 ans, minijupes, cols pelle à tarte et sandales, il y a deux générations. Elles sont jolies, libres et heureuses de vivre, personne ne les entrave ni ne les menace, la vie et la ville leur appartiennent.

Aujourd'hui les femmes à Kaboul, c'est le code de la famille et des femmes voilées comme sur cette photo du Devoir,  ou encore ces fantômes en burka, menacées par les exactions des Talibans et leur islam radical.

Les obscurantismes religieux représentent un vrai danger pour les femmes et leurs droits ; le catholicisme confit dans l'eau bénite et le vin de messe n'est pas en reste sur l'Islam. Jeudi soir, C à vous sur France5 faisait à 19 H, juste après Calvi, la promotion des deux derniers épisodes de Ainsi soient-ils, la série en 8 épisodes sur Arte. L'inamovible abbé de La Morandais (dont le téléphone traîne dans les carnets d'adresses de toutes les rédactrices en chef de toutes les émissions de télé, et qu'on a vraiment assez vu) était donc sur le plateau, invité à donner son avis sur la série. A la fin du sujet il a eu cette phrase : "Je ne crois pas à l'égalité hommes-femmes, c'est un mythe républicain, la femme est complémentaire de l'homme" ! Ben tiens, le bon vieux coup de la complémentarité : femme, bas morceau de l'espèce humaine, -rappelez-vous l'histoire de la côte d'Adam dans la Bible, il ressert à chaque fois. Tous ces mecs sont dangereux. Évidemment, le sujet arrivant à sa fin, le temps chronométré a fait le reste, La Morandais à parlé le dernier, et le dernier qui parle à raison.

Toutes ces rodomontades viriles ont un seul but : rester entre soi, se partager le pouvoir, cette chose sacraliséee par les hommes, interdite aux femmes qui le trivialiseraient. Je viens de terminer Brune de Nicole Avril (Editions PLON - 2012), roman écrit d'après les mémoires de Flora Tristan, féministe visionnaire française. Flora, en voyage à Londres vers 1839, se met en tête de visiter le Parlement anglais, la Chambre des Communes, autrement dit. Mais ce lieu où s'exerce la démocratie anglaise est à l'époque interdit (strictly forbidden) aux femmes. Rien n'arrêtant une féministe transgressive et obstinée, Flora Tristan convainc un ami turc (les autres se sont tous défaussés) de lui prêter des habits masculins -ottomans du coup : turban pour dissimuler sa longue chevelure noire et pantalon bouffant. L'intense et exaltée Flora est tellement émue en pénétrant aux Communes qu'elle manque tomber en se prenant les pieds dans sa culotte bouffante, et elle entre dans l'inviolé sanctuaire viril le turban en péril ! Mais la déception va être à la hauteur de l'attente, immense. Car elle témoigne ainsi de ce qu'elle y a vu (sous la plume de Nicole Avril d'après les mémoires de Flora Tristan, Promenades dans Londres) :

"Ce lieu sacré ne tenait aucune de ses promesses, Flora le découvrait petit, mesquin, bourgeois. La salle était à ses yeux tout juste digne d'une réunion d'épiciers, à peine d'une chapelle de village. En revanche, le laisser-aller et les mauvaises manières des parlementaires lui semblaient en accord avec la médiocrité architecturale. [...]  Si le gentleman observait en société les règles de l'étiquette, s'il poussait jusqu'au raffinement son souci de l'élégance, le parlementaire en séance se conduisait comme un rustre. Loin du regard des électeurs, il arrivait tout crotté aux Communes, parfois en habit de chasse, la cravache à la main et le chapeau vissé sur la tête. Flora les avait surpris vautrés sur les bancs, lisant les journaux, se curant les dents ou dormant en plein débat, tandis que l'orateur égrenait, dans l'indifférence générale, un discours dépourvu d'intérêt. On avait l'esprit plus raffiné dans la taverne de Falstaff."

Sacré, le pouvoir masculin, je ne sais pas, mais classieux, indubitablement.

vendredi 26 octobre 2012

Faux procès en sexisme ?

L'Express s'est retrouvé ces derniers jours sous les feux des féministes au sujet de plusieurs couvertures jugées misogynes par différents sites et blogs. Je les ai évoquées ici même deux billets plus bas dans "Rhétorique de la calomnie, du viol et de la violence". Cette semaine, excédée par les attaques, dans sa rubrique "Express yourself", la Rédactrice en Chef de l'Express Service Société (le service politique est réservé aux hommes comme m'a un jour expliqué entrequatzyeux une journaliste de Libération) se fend d'un article pour la défense de Stéphane le Fol, Ministre de l'Agriculture, pris à partie lui aussi par ces viragos de féministes pour avoir prononcé la malheureuse phrase suivante : "J'ai tenté de promouvoir des femmes le plus possible [au ministère de l'agriculture], bien que nos dossiers soient très techniques" ! Et effectivement, son cabinet est paritaire, malgré les dossiers tekniks où les femmes ne seraient pas compétentes.

"Madame, chez nous, c'est très technique et très spécifique" est la phrase que j'ai le plus entendue dans ma carrière d'ingénieure commerciale. Dans les industries, les bureaux d'études, les SSII, les services de R&D, toutes les sociétés de technologies des technopoles de l'Ouest (Rennes Atalante, Nantes Atlanpole, Brest, Caen, Angers, Lannion Technopoles...) que j'ai rencontrées dans ma pratique professionnelle, soit comme chargée d'affaires, soit comme candidate à un emploi de commerciale B2B, je l'ai entendue jusqu'à la nausée, et je n'ai pas fini de l'entendre, vu le backlash sévissant. Il faut dire que, candidate à un poste de technico-commerciale ou manageure commerciale, je suis généralement la seule femme à avoir postulé et que j'ai donc droit à une visite gratuite (pour eux), la curiosité étant la plus forte. Comment ça ? Une bonne femme a le culot de candidater ? Mais on veut la voir ! A ses frais bien entendu, tant que ça ne mange pas de pain... Trois en un comme chez les lessiviers : sexistes, ploucs ET radins ! Pour mes recommandations / propales de 40 pages d'ingénieure commerciale ayant rapporté une affaire (oui, je gaze, j'ai la faiblesse de penser que je suis compétente et les prescripteurs-acheteurs, ces pauvres poussins, ne voient jamais de femmes, donc ça me sert !), le directEUR teknik a tendance à surveiller de près mes pages d'écriture (où je suis cent fois meilleure que lui, au moins les miennes ne sont pas bourrées de fotes dortograf ni de fransais), pour le cas où je profèrerais une énormité technique. Qu'ils se rassurent tous : je ne suis pas comme les mecs, moi, quand je ne sais pas, JE DEMANDE ! Ce qu'eux ne font jamais.

Je rassure Stéphane Le Fol : l'agriculture m'a épargnée. OUF. Mais au fait, pourquoi donc ? Cette profession n'est pas connue pour ses pratiques paritaires, j'ai également eu l'occasion de l'évoquer ici. Et je n'ai aucune formation agricole. Réponse : parce que j'y travaille en bénévolat pour deux ou trois ONG d'activistes de protection animale. ONG qui me demandent de temps en temps d'aller (je cite une action parmi d'autres) au SPACE à une conférence de l'ITP-IFIP (Institut Technique du Porc, dirigé par une femme d'ailleurs, qui sera la conférencière) sur, tenez-vous bien : les différentes techniques et pratiques de castration à vif des porcelets dans l'Union Européenne. Et les méthodes substitutives à mettre en place dans le cas d'un ban demandé par les lobbyistes des ONG précitées. Plus teknik, tu meurs. Comme je suis sérieuse moi, en tous cas plus que certains mecs, je ne vais pas y aller sans munitions, question de professionnalisme, les animaux le valent bien. Plusieurs heures de préparation (bénévole gratuite) plus tard, après avoir trouvé sur Internet et lu de la documentation et des statistiques en anglais (l'UE pond ses documents sur ces sujets en anglais, pas une ligne en français), après m'être coltiné le droit européen (je n'ai pas non plus de formation de juriste) et les différentes directives, notamment la Directive porcs, plus les documents commerciaux de la très américaine firme Pfizer qui est la première à proposer un vaccin anti-couilles de porcelets à base d'hormones -elle est aussi l'inventrice du Viagra, produit nettement plus pro-couilles, quand il s'agit de celles de l'espèce humaine !) je suis fin prête. Je passe la journée au SPACE, vais à la conférence, pose mes questions, m'intéresse, note en buvant du petit lait que nos ONG sont craintes par le lobby, reviens avec des pages de notes, les synthétise et les mets au propre. Les envoie au bon endroit. Qui me remercie. Deux jours plus tard, j'ai des commandes de Belgique et de Hollande pour des envois supplémentaires. Mais à part cela, les bonnes femmes sont des nouilles incompétentes en teknik.

Conclusion : les femmes ne sont compétentes que quand elles travaillent pour la peau. Le larbinat féminin a de l'avenir. Les différentes remarques sexistes et injustes des ministres, de leurs cabinets, et des journalistes qui les soutiennent et défendent ne sont proférées que pour maintenir le statu quo : à la cuisine les femmes, the place where they belong ! Il va de soi que je ne regrette pas ces travaux et bien d'autres, pour des associations qui défendent une cause juste et bonne. Je signale juste l'habituel double standard. Mais fini de parler de moi. Ça m'a tellement énervée, cette histoire...

Je vous mets un cadeau bonus, en guise d'excuses pour ce billet malpoli, une vidéo de l'espiègle Bridget Kyoto, que je dédicace spécialement aux Ministres de l'Agriculture et de l'Elevage, passés, présent et à venir :



* B2B : Business to business - Propale : Proposition commerciale. 

samedi 20 octobre 2012

NDDL - Notre-Dame des Landes : Vinci et le front des bétonneurs

















Mardi 16 octobre au matin à 6 H 45, sur le site de la ZAD (Zone à défendre) où est prévue par Vinci, le groupe de travaux publics, la construction contestée de l'aéroport Notre Dame des Landes entre Rennes et Nantes, 500 CRS ont délogé les militants et squatteurs qui occupent le site depuis trois ans. Dans l'indifférence des grands médias nationaux.
France 2 l'a mentionné furtivement le mardi midi, les télés locales concernées, comme RennesTV dans ce film ont rapporté quelques images, mais à part cela, rien. L'ex-maire de Nantes, actuel Premier Ministre Jean Marc Ayrault, promoteur du projet, était en Indonésie pendant que son préfet évacuait les opposants.

Les opposants sont de deux sortes : les agriculteurs historiquement installés sur le site de 2000 ha qui seront expropriés par l'état, leur terres rachetées pour des clopinettes, et différents squatteurs, refusants, environnementalistes, alternatifs, qui sont venus occuper le terrain. Selon ce film réalisé par deux militants écologistes Notre-Dame des landes, au coeur de la lutte, les paysans interrogés évoquent des tracasseries telles des contrôles sanitaires à répétition qui n'arrivaient pas dans le passé, et la suppression de leurs aides PAC (aides européennes). Ces procédés mesquins sont utilisés pour les décourager et les faire partir le plus vite possible. L'agitation des peurs avec l'argument de la dangerosité de l'actuel aéroport de Nantes Atlantique, ainsi que sa saturation (il n'accueille que 3,8 millions de passagers / an et est de même taille que l'aéroport de Genève qui en accueille 12 millions !) sont de faux arguments utilisés par les bétonneurs qui veulent le déménager à N/Dame des landes, artificialisant ainsi 2000 ha de terres en détruisant encore plus la biodiversité de ce lieu remarquable (on y trouve des tritons et salamandres, ces amphibiens protégés que les CRS ont d'ailleurs écrasés sur les chemins lors de cette intervention). La Loire-Atlantique fait déjà disparaître sous le béton et le bitume l'équivalent de ce même aéroport chaque année. Sources : les spécialistes du film en lien ci-dessus, dont un pilote de ligne et une Conseillère Générale, ex-maire de Bouguenais, Loire-Atlantique.


















En trois ans, les occupants se sont organisés : une cabane confortable à un étage avec vue imprenable sur la forêt a été construite, Le Sabot, un potager collectif produit de quoi nourrir 100 personnes à l'année. Un boulanger s'est même installé sur le site pour fournir du pain aux 150 habitants de la ZAD. Aujourd'hui, la cabane est détruite, le potager est pollué par 2H30 de dispersion de gaz lacrymogènes, les militants se sont réfugiés dans les arbres de la forêt de Rohanne où les conditions de vie en cabane sont difficiles : il pleut depuis le début du mois, ils manquent de vêtements chauds et de chaussettes notamment, et il faut se nourrir sans le potager. Les accès ont été bloqués (sauf pour les téméraires qui connaissent la topographie de la forêt et peuvent y crapahuter de nuit à leurs risques et périls) et les militants n'osent pas sortir car ils ne pourront pas revenir, selon cet article du Télégramme La résistance s'organise, et le film de 14 minutes NDDL : la forêt de Rohanne au troisième jour de la résistance. Vous y remarquerez que des femmes environnementalistes sont là, très engagées dans la défense de la biodiversité.

Source des photos : Blog du Collectif de lutte contre L'Aéroport NDDL

Liens : Un (bon) billet éditorialisé de Superno :
Assourdissant silence médiatique sur la guerre civile contre l'écologie
Le fil d'infos du portail breton 7seizh Infos
Le Scoopit des vidéos de l'ACIPA, remis à jour régulièrement
La revue de presse de l'ACIPA, actualisé en permanence


Le début des travaux par Vinci est prévu pour 2017. En attendant, les choses ne sont pas réglées : selon cet article de Terraeco, bien que soutenu depuis longtemps par l'état, le projet pourrait être retoqué par Bruxelles et sa loi sur l'eau. En effet, construit sur des zones humides avec biodiversité remarquable, il ne respecte pas la législation européenne sur l'eau et les milieux aquatiques. Mais cela fera-t-il reculer un édile local qui en a sans doute fait le grand œuvre de sa carrière politique, une sorte de couronnement coulé dans le béton, cadeau empoisonné pour les générations futures ?


Actualisation 24/10/2012 : Coûts de l'expulsion des habitants de la ZAD (Zone d'aménagement différé selon les autorités, Zone à défendre, selon les opposants) : au bas mot 500 000 euros. Salaires de 1200 policiers, frais d'hôtel et de logistique, hélicoptère à visée nocturne, etc... L'article de Presse-Océan.

La résistance se réorganise : pendant que Jean-Marc Ayrault était chez Patrick Cohen sur France Inter ce mercredi matin, le collectif Ile de France des opposants occupait les ondes de France Culture à la même heure (vers 15 ' 40).

Et sur le site Zone à défendre, Tritons crété-e-s contre béton armé, des propositions d'action allant de modèles de lettres aux élus, au Président de la République, de modèles de banderoles à mettre sur vos fenêtres et balcons pour celleux qui sont ou pas dans la région, et des propositions d'aides aux opposants si vous résidez en Bretagne ou en Pays de Loire. Des associations de protection de la nature cherchent également des photos de salamandres écrasées sur le site par les CRS. Merci de votre soutien.