lundi 24 juillet 2017

Caliban et la sorcière

Caliban, fils de la sorcière Sycorax, est un personnage de La Tempête, une des dernières pièces de Shakespeare écrite vers 1610 : il est devenu la figure symbolique du colonisé. La sorcière, parce que la thèse de Federici est que l'accumulation primitive selon Karl Marx s'est aussi faite sur le corps des femmes et par son expropriation par les hommes et l'état.

Marx : " L'accumulation primitive (préalable à la montée du capitalisme) consiste essentiellement en expropriation terrienne de la paysannerie européenne et en la création du travailleur "libre" et indépendant, bien qu'il concède que : la découverte des contrées aurifères et argentifères de l'Amérique, la réduction des indigènes en esclavage, leur enfouissement dans les mines ou leur extermination, les commencements de conquête et de pillage aux Indes orientales, la transformation de l'Afrique en une sorte de garenne commerciale pour la chasse aux peaux noires, voilà les procédés idylliques d'accumulation primitive [...] ".

Mais selon Federici,
" Marx ne se demande pas pourquoi la procréation devrait être "un fait de nature" et non une activité sociale, historiquement déterminée, traversée par divers intérêts et rapports de pouvoir, pas plus qu'il n'imagine que les hommes et les femmes puissent avoir des intérêts différents à la procréation, une activité qu'il envisageait comme un processus indifférencié et neutre vis à vis du genre. "


Voici mon très bref résumé qui ne peut pas remplace la lecture du livre : le salariat n'a pas toujours existé et les paysans, même les serfs, cette sous-classe, l'ont longtemps combattu. Pour l'imposer, il a d'abord fallu les exproprier des "communaux", en clôturant (enclosures) ces terrains qui appartenaient à un suzerain la plupart du temps, mais sur lesquels se nourrissaient paysans et serfs, hommes et femmes libres, au contraire de l'esclave qui est propriété de son maître, sauf de quitter la terre qu'ils cultivent. En terme d'usage, ces terrains communs appartenaient à peu près à tout le monde aux termes du droit de l'époque, et permettaient l'agriculture, la chasse, la cueillette contre corvées, partage du gibier ou des récoltes avec le propriétaire suzerain.

Partant des hérésies (Cathares, Bogomiles...) qui s'élèvent contre le pouvoir et la corruption de l'Eglise Catholique, où les femmes jouent un rôle non négligeable, en passant par la Réforme de Luther, Federici analyse historiquement la période qui va de la fin du Moyen Age (14ème siècle) à la fin des bûchers au 17ème siècle. Période qui va connaître une réforme économique sans précédent : expropriation des paysans des communaux par les possesseurs du capital, les terres sont encloses, donc interdites d'accès, d'où création d'une classe de sous-prolétaires misérables vivant de mendicité sur les routes, dont les femmes et leurs enfants seront les premières victimes. Le but est de leur proposer de louer leur force de travail à vil prix : un salaire. Le capital (l'argent) se concentre entre les mains des mercantilistes, comme on les appelle à l'époque. L'analyse de Marx sur ce qu'il appelle l'accumulation primitive s'arrête ici, bien qu'il ait abordé le sujet des femmes et de la prostitution sous l'angle économique dans ses analyses.

Pour Federici, outre le pillage des Amériques après leur "découverte" par Christophe Colomb, la décimation et la mise en esclavage des autochtones, auxquels elle consacre un long chapitre, il y a eu une autre accumulation, par les hommes et l'état : expropriation des femmes de leur corps, mainmise sur leurs capacités reproductives pour augmenter les forces de production. La chasse aux sorcières à servi à cela, c'est la thèse qu'elle défend dans ce livre.

Les philosophes théoriciens du libéralisme, Hobbes et Descartes, de leur côté, imposent une vision mécaniste de la nature désenchantée ; Descartes décrit le corps humain (et animal) comme des machines horlogères. Les études sur les animaux (en les frappant et battant), et les dissections de cadavres de suppliciés, vont démontrer le postulat de départ. Des femmes qui ont au Moyen Age des compétences médicales et pharmaciennes car elles sont sages-femmes, ont de fait un savoir donc un pouvoir économique, même s'il n'est pas au même niveau que celui des hommes. Dans le cadre de politiques natalistes menées sous la contrainte, il va falloir les en dépouiller. Elles donnent des conseils de contraception ? On va criminaliser la contraception et les méthodes abortives. L'accouchement se passe mal ? On ordonnera de sacrifier la parturiente à l'enfant à naître. On les transformera même en mouchardes dénonçant les infanticides réels ou supposés. Seront exterminées les vieilles femmes, les pauvresses, les médeciennes, les "pharmaciennes" qui connaissaient le pouvoir des herbes, et les sages-femmes. Leurs savoirs seront éradiqués et perdus. La science médicale masculine "rationalisée" prendra la place. La chasse aux sorcières touchera les femmes à 80 % dans toute l'Europe, elle durera trois siècles de tortures, bûchers, noyades, pendaisons. Aucun historien n'a jamais fait le compte exact du nombre de femmes exterminées, la chasse au sorcière étant commodément renvoyée à l'obscurantisme médiéval, ce qu'elle n'était pas selon Federici. Sur une longueur de trois siècles, la répression commencera avec des tribunaux d'église pour se transférer vers des tribunaux d'états. A l'extinction des derniers bûchers (la machine totalement emballée aboutira à des accusations contre les enfants et les hommes, ce qui l'arrêtera), l'état sera alors devenu "mâle comme Satan", écrit Armelle Lebras-Chopard dans Les putains du diable.
" Le résultat de ces politiques, qui s'étendirent sur trois siècles, fut l'asservissement des femmes à la procréation. Alors qu'au Moyen Age, les femmes avaient pu employer diverses formes de contraception, et avaient exercé un contrôle incontestable sur le processus d'enfantement, leur utérus, à partir de ce moment-là, devenait un territoire public, contrôlé par les hommes et l'état, et la procréation était directement mise au service de l'accumulation capitaliste. "

La gravure ci-dessous : De humani corporis fabrica (Padoue, 1543) page de titre d'un célèbre manuel d'anatomie, illustrant le livre de Federici est d'une rare obscénité. Une femme qui a été pendue, est disséquée dans une faculté de médecine par et entourée d'hommes, avec quelques femmes spectatrices dans la partie supérieure de l'image ; voici ce qu'écrit à son propos Federici :
" Le triomphe du mâle, de la classe dominante, de l'ordre patriarcal à travers la constitution d'un nouveau théâtre anatomique ne saurait être plus complet. De la femme disséquée et livrée au regard du public, l'auteur nous dit que "de peur d'être pendue [elle] s'était déclarée enceinte", mais après que l'on eut découvert qu'elle ne l'était point, elle fut pendue. Le personnage féminin à l'arrière plan (peut-être une prostituée ou une sage-femme) baisse les yeux, probablement de honte devant l'obscénité de la scène et sa violence implicite."


Le capitalisme s'est présenté et se présente toujours comme l'inventeur et le chantre de la liberté (libéralisme) et de la libre entreprise ; en réalité il ne s'est imposé et ne s'impose toujours que par la contrainte faite aux corps (les femmes expropriées du contrôle de leur corps et de la reproduction) et aux personnes qu'il exproprie de leur accès à la terre. Le libéralisme globalisé actuel ne procède pas autrement : les ex-colonisateurs appuyés par le FMI et la Banque Mondiale, sous prétexte de "développement économique" et parce qu'ils ont besoin de terres pour, par exemple, nourrir des "bêtes à viande", où pour en extraire des minéraux rares, (phénomène connu sous le nom d'accaparement des terres) continuent après les avoir spoliés de leurs terres, à contraindre les paysans et autochtones du Monde Tiers à s'exiler vers des villes surpeuplées (bidonvilles, villamiserias, favelas,..) où il deviendraient de "libres entrepreneurs de leur force de travail" dans une économie informelle qui leur permet à peine de se nourrir. Les veilles recettes ont toujours cours. Colonialisme pas mort. Les femmes elles, se verront proposer de travailler "librement" en vendant leur corps en morceaux (pornographie, prostitution) et leur capacité reproductive dans la GPA (maternité de substitution). La liberté de l'entrepreneur individuel, selon le Capital et ses servants. Enfin, Descartes et ses machines horlogères ont définitivement gagné la partie !

Caliban et la Sorcière - par Silvia Federici - Femmes, corps et accumulation primitive. Réédition en 2014, publié en 2004.
Silvia Federici, d'origine italienne, féministe, marxiste autonome, est professeure d'université en sciences sociales à New York.

Les citations de Federici sont en caractères gras et rouge.

vendredi 14 juillet 2017

Les Prairies Saint-Martin : la petite ZAD rennaise



Edit 23/7/17 : cette maison et son pignon ont disparu en 8 jours ! Rien ne résiste aux gros engins phalliques terraformateurs masculins !

C'est l'histoire et la fin d'une longue résistance : Les Prairies Saint-Martin avaient déjà échappé dans les années 70 à l'éventration et au bitume d'une "pénétrante" à 4 voies (les patriarcaux bétonneurs ont un de ces vocabulaires, je vous jure, lire ici la façon dont les hommes voient la ville) pour aujourd'hui céder devant un projet municipal de "parc urbain", voire de "marécage d'ornement", selon ses plus farouches opposants. Situées au nord est du centre ville, près du Canal Saint Martin, dans un méandre de l'Ille, ce sont 29 hectares de prairies humides traversées par un ruisseau bordé par une roselière, qui plus est à 20 minutes seulement à pied du centre ville Ouest. Elles sont enserrées par les métastases cancéreuses  l'expansion urbanistique de la ville, bordées par des programmes de logements construits ou à venir. Disons qu'elles reviennent quand même de loin : l'assèchement et la transformation en 4 voies. Il va de soi que le "parc urbain aménagé en zone semi-humide" est une moins horrible solution. Le projet d'une trentaine de millions d'euros est d'en faire "un poumon vert" en novlangue d'urbaniste qui se la pète, ce qu'elles étaient déjà : jardins familiaux (ce qu'elles étaient aussi, d'où la résistance), reconstitution de zone semi-humide (notez que la mairie de Rennes et ses élus sont à fond pour le projet d'aéroport à Notre Dame des Landes, remarquable zone humide naturelle), et de biotope pour la faune et la flore endémique de ces endroits. Plus bien sûr, zone de délassement et de détente pour citadins stressés : "vergers, ruchers, observatoire, un parc pour découvrir la nature", selon la promesse de la ville. La nature reconstituée au bulldozer, habitants et squatteurs expulsés, vieux arbres fruitiers abattus, pavillons rasés. Mais c'est sûr que ce sera mieux rangé que maintenant ! Avec un peu de pas de bol, on risque même d'y trouver des arbres en pots. Rien ne vaut la main de Lome pour corriger les erreurs et le désordre de la nature qui, comme les femmes, sont vite incontrôlables si on n'y met pas bon ordre.

Les travaux ont commencé cette semaine. Nostalgia. Et pour mémoire :






Des expulsés qui ont laissé des épaves derrière eux !





Coupure d'eau pour les squatteurs en pleine canicule





Maisons promises à la destruction. Ça proteste (avec une faute de grammaire)














Espérons ce ce vieil arbre sera toujours là après les travaux


Mais pour les confitures de mûres, j'ai bien peur que ce soit la fin, ce roncier résistera-t-il ?

Pour mieux voir les photos, double-cliquez sur une et normalement, vous obtenez le mode diapositives :)

Pendant "l'embellissement des prairies", les mecs continuent à dégueulasser les berges du canal Saint-Martin en face, au nez et à la barbe des fluviaux installés sur la berge opposée : polystyrène, canettes de bière, boîtes de jus de fruit, barquettes de frites, ... glissent insidieusement à l'eau où ils tapisseront le fond ou flotteront en surface ; il suffira d'ouvrir quelques vannes, elles dévaleront la Vilaine jusqu'à la Roche-Bernard, où elles se jetteront dans l'océan. C'est pas possible, ils posent leurs détritus à l'endroit exact où ils ont fini de consommer. Voilà ce que c'est que les habituer à passer nettoyer derrière eux après avoir assuré l'intendance.

Liens :

Rien ne semble pouvoir freiner l'expansion humaine. La sixième extinction s'accélère : "anéantissement biologique", "extinction de masse", "défaunation" à lire sur cet article du Monde, la nouvelle a été reprise par tous les grands médias internationaux.
La triste histoire des rennes splendides et décadents de l'Ile Saint-Matthieu. Métaphorique de ce qui peut nous arriver ?

mardi 4 juillet 2017

Si nous étions libres, aurions-nous besoin d'amour ?

Je vous propose aujourd'hui un texte radical : il faut savoir, de temps en temps, se brûler un sein et aller bloguer depuis une tribu d'Amazones. Ti Grace Atkinson livre dans ce discours une réflexion sur l'amour et sa fonction politique pour l'oppresseur, le Patriarcat. Accrochez-vous, vents de force 11, avis de tempête. Et décapage de neurones assuré. En tous cas, séparatisme ou non, il décrit bien le dilemme auquel les femmes sont confrontées en permanence.

La FEMME POLITIQUE : fonction politique de l'amour

Discours prononcé le 21 février 1970 au Juniata College, Huntington, Pennsylvannia par Ti Grace Atkinson - Odyssée d'une amazone.

" Plusieurs femmes, pendant le week-end, ont manifesté une certaine réticence à considérer les hommes comme l'ennemi.  Je serais la dernière personne au monde à penser que cette réticence n'est pas naturelle. C'est tout ce qu'il y a de plus normal. C'est ce qu'on appelle, je crois, instinct de conservation.

D'autres femmes admettent sans aucun doute que la logique des hommes est notre ennemi de classe. Mais, par quelque heureux hasard, leur fiancé actuel est l'une des rares exceptions à la règle.  A moins que certaines femmes ne produisent une évidence politique vérifiable à l'appui de ce genre d'affirmation, cette position n'est qu'un compromis.
Et puis, il nous a fallu aussi digérer l'argument de la "rareté", avancé par un homme du Dakota : "La raison de la rapide croissance du Mouvement des Femmes, a-t-il dit, et de son apparente amertume à l'égard des hommes, ne provient pas du fait que les hommes oppriment les femmes. Non, le problème, c'est qu'il n'y a plus assez de vrais hommes (c'est à dire de suprématie masculine) pour toutes".

Il n'y a rien de très compliqué à devenir "politique". Une personne politique est un individu qui a un ensemble de croyances particulières et qui agit en accord avec ces croyances. Ce qui a rendu si difficile la politisation des femmes, ce sont les échappatoires qu'on a trouvées pour la deuxième partie de la définition : agir en accord avec un ensemble donné de croyances politiques.

Les hommes parlent aux femmes de guerre des sexes depuis l'origine des temps. Bien sûr, de notre point de vue, il s'est agi d'un massacre. Il est plus facile de comprendre ce que font les hommes, c'est à dire mentir, que de comprendre ce que font les femmes. Les hommes ont baisé les Indiens jusqu'à la mort, l'idiotie et la cécité. Ensuite les blancs ont présenté le "conflit" à leur manière en décrivant les hordes rouges à l'attaque des pieux pionniers, des femmes blondes et des enfants.

Mais la "pathologie" de l'oppression, en l'occurrence la division des classes masculine et féminine, est présente chez des femmes qui nient ce que les hommes eux-mêmes sont en train d'avouer. Pour s'accrocher à l'ennemi, il faut être prêt à y mettre le prix : sa propre vie. Entrer en relation avec un homme aussi dépouillé soit-il (complètement et publiquement) du rôle masculin, serait encore un risque. Mais s'unir à un homme qui a fait moins encore, c'est du suicide. Prouver sa conscience de classe c'est se couper des hommes, de ces unités de deux personnes face à face (par exemple le mariage et la maternité). Aucune amélioration significative de la situation des femmes ne sera possible sans cette décision.

Jusqu'à présent, le mouvement féministe a rassemblé des femmes qui voulaient surtout se plaindre. Mais ces plaintes n'ont rien de nouveau. Les femme se plaignent entre elles depuis des siècles, mais elles se traînent ensuite chaque jour dans leurs cuisines pour préparer les dîners de leurs maris. Cette pratique a développé au cours des siècles une sorte de personnalité multiple chez les femmes, dont chaque aspect est resté intact. Je peux illustrer hic et nunc ce que je viens de dire. La plupart des femmes ici présentes ont sans doute une alliance institutionnelle avec les hommes, le mariage ou bien
 l' "amour". Si vous ne l'avez pas, vous êtes probablement en train de la chercher.  Alors, comment pouvez-vous chercher une telle alliance et être en même temps ici ? Cette contradiction n'est pas seulement présente ici, mais dans tout le Mouvement. Les féministes les plus anti-mâles, celles qui disent que tout homme est l'ennemi -et pas seulement comme je le dis que ce n'est que la conduite ou le rôle du mâle qui sont inacceptables- se montrent pourtant en même temps dans la rue, la main dans la main avec l'ennemi même !


Personnellement, j'ai pris la décision de ne pas me montrer en public avec un homme, dans les lieux où l'on pourrait croire à une amitié entre nous. Puisque selon moi, c'est la conduite des hommes (à définir) qui est l'ennemi, il me faut, à l'appui de ma thèse, tout un dispositif de différentiation. Donc, faire une exception à ma règle serait admettre : "cet homme s'est publiquement et tangiblement (donc c'est significatif), désolidarisé du rôle masculin, du mieux qu'il peut. Les journaux prétendent que cet acte assez modeste du point de vue politique fait de moi une séparatiste. Techniquement, une séparatiste est une personne qui préconise un état séparé pour un groupe particulier de gens. Je n'ai jamais fait cela... jusqu'ici. Quant à moi, je crois que je suis simplement cohérente. C'est le moins qu'on puisse faire pour sa propre estime.

Un des traits les plus frappants de ce Mouvement est qu'il ne préoccupe pas vraiment le gouvernement. Mais pourquoi l'inquiéterait-il ?
Nous les femmes, je vous le concède, nous exprimons des idées assez "radicales". Mais nous n'avons pas fourni de preuves qu'il existe le moindre rapport entre ce que nous disons et ce que nous pensons faire.  Actuellement, nous sommes ridicules et drôles. La contradiction, après tout, est le "cœur" de la comédie.

Nous devons essayer de comprendre cette anomalie. Nous, femmes, nous devons nous demander pourquoi nous aimons faire couple avec les hommes. Il faut commencer à comprendre la fonction politique de l'amour. Réfléchissez à l'importance de l' "amour " dans cette structure politique qu'on appelle "religion". "Aimez votre prochain". Bien sûr, c'est un hasard, dira-t-on si les religions les plus puissantes, comme la religion catholique par exemple, sont surtout composées de pauvres. Et si les pauvres n'aimaient pas leurs frères ? Et s'ils voyaient leurs "frères" comme la classe ennemie, et s'ils se révoltaient ?

Avez-vous jamais réfléchi au rapport entre l'amour et la violence ? La violence est la transgression commise sur la personne d'autrui ou son individualité. L'amour n'est-il pas une transgression de l'individualité ? Céder ce qui, autrement, nous serait pris par la force ? L' "amour" est-il la réponse de l'esclave à l'esclavage ? Vous êtes-vous jamais demandé pourquoi il n'était plus nécessaire d'enchaîner la deuxième génération d'esclaves ? Vous êtes-vous jamais demandé pourquoi tant de prédicateurs prêchent la non-violence et le "aime ton ennemi" ? Vous êtes-vous jamais demandé pourquoi les églises étaient détruites dans toutes les révolutions ?
Si nous étions libres, aurions-nous besoin d'amour ? "

Ti Grace Atkinson (Féministe radicale)
Odyssée d'une Amazone
Editions Des femmes 


Liens :
Red stocking Manifesto (en anglais)
"Le genre est une fiction sociale" : John Stoltenberg Sexualité masculine -ce qui rend sexy la possession d'autrui.