samedi 10 septembre 2016

Les maîtres du monde (bis)

De quelques "sommets" internationaux -notez que les hommes de et au pouvoir se placent d'emblée là où l'oxygène est raréfié (avis aux femmes qui voudraient les concurrencer) et quelques "processions masculines" :

G20 summit Hangzhou (Chine) ce début septembre - Photo de famille
(attention toute robe n'est pas forcément portée par une femme, et tous les pantalons par les hommes !)


Une vue imprenable sur la calvitie de Poutine serrant la louche à Ban Ki Moon (même lieu)


Quelques mois plus tôt au G20 des ministres de finances à Chengdu : la rangée de devant assise souffre nettement du syndrome des "couilles de cristal", Christine Lagarde est seule épargnée, elle n'en a pas !


Et dans notre beau pays me direz-vous ? Comment cela se présente-t-il ?

Pas de commentaire : le titre de BFM TV se suffit à lui-même ! Bon, moi là, je ne chipote pas, qu'ils restent entre couillus à célébrer un dieu à leur image (couillu donc) ne me dérange pas. Inventons notre propre spiritualité, nous, les femmes !


Les Républicains en Université d'été à la Baule -photo de l'année dernière, notez qu'elle n'a pas pris une ride. Tellement flanelle grise, mâle blanc de plus de 50 ans la photo, que BFM TV s'est complètement mélangé les pinceaux et a cru entendre Bruno Le Maire parler de "nos femmes", ce qui a fait monter le rouge au front des féministes et pas des moindres, il a même été traité par une de "connard", je cite. Après plus ample informé, il s'est avéré qu'il n'a jamais dit "nos femmes" mais "les femmes" à propos du voilement des femmes et du burkini. BFM a présenté des excuses. On prête aux riches. Comme l'a souligné un édito d'Arrêt sur images, ça leur pendait au nez.

La photo de cette année :((


Et last but not least, les champions des comices agricoles et des concours de poulinières à Flers de l'Orne, j'ai nommé les ministres européens réunis cette semaine à Blois et Chambord pour discuter de la PAC (politique agricole commune) où les éleveurs exploitent toutes les vaches à traire et les poules pondeuses qui passent à leur portée :









Pour agrandir et éventuellement passer en diapositives, cliquez sur chaque photo.

Ils prennent bien soin de laisser deux ou trois femmes (alibi pensent-ils ?) rôder dans le coin pour donner le change : "regardez on n'est pas homosexuels, il y a une femme parmi nous" ! Et puis, ils sont com-pé-tents eux, avec les femmes il y a toujours un doute. Pourtant, quand on fait le bilan de leur gouvernance, ça ne saute pas aux yeux :
- Un milliard d'affamés malgré (à cause ?) de l'aide alimentaire qui permet d'écouler les surplus des pays riches et subventionnés ; "Madame, nous nourrissons le monde" (la FNSEA) !
- Guerres et expéditions hasardeuses et désastreuses, mal préparées et mal terminées comme en Irak, Afghanistan, Libye, Yémen..., qui précipitent les peuples dans le désastre et sur les routes de l'exil, avec des milliers de morts en Méditerranée et des "migrants" à nos frontières, migrants dont ils ne veulent pas.
- Menace climatique élevée qui fait ressembler le problème actuel des migrants à un signe avant-coureur de ce qui nous attend : des gens obligés de fuir pour échapper aux inondations, au feu ou à la sécheresse.
- Destruction en cours de la biodiversité et de la nature, terraformation, à tel point que nous sommes devenus une force géologique qui concurrence les éléments. Tout cela est advenu alors qu'ils avaient le pouvoir sans partage. Il est temps qu'ils passent la main et laissent les femmes s'exprimer : on saura enfin si elles sont "compétentes" et feront mieux. On n'a plus grand chose à perdre.
Theresa May a récupéré le pouvoir en Grande-Bretagne alors que les hommes se débandaient devant le désastreux Brexit provoqué par les mensonges de tous les partis de gouvernement comme d'opposition. Ils trouvent toujours des femmes quand il s'agit de nettoyer les effets de leur stupidité et de leur incurie : aux femmes, le pouvoir quand ils font défaut. Mais ils n'ont pas dit leur dernier mot : les USA votent dans moins de deux mois : les Républicains ont investi un escroc, Donald Trump, face à une femme compétente. Qui vivra verra.

11 commentaires:

  1. Réponses
    1. C'est un plaisir, l'article est excellent !

      Supprimer
  2. Je disctutais avec un Américain, il craint que Donald Trump soit élu...

    RépondreSupprimer
  3. Merci, c'est un plaisir de lire vos articles. Surtout la touche d'humour sur la calvitie de Poutine ^_^
    "Une vue imprenable sur la calvitie de Poutine serrant la louche à Ban Ki Moon (même lieu)"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, allez je publie, malgré la touche publicitaire et... les photos insoutenables de votre site :D

      Supprimer
  4. Merci Hypathie, cet article m'a permis de lire tous ceux associés par les liens. Une étude récente (perdu la référence) montrait également que le style des hommes dans l'interaction avec d'autres est souvent de dénigrer le propos, de l'interrompre etc. J'en fais souvent la douloureuse expérience dans les émissions de radio ou au cours de mes interventions quand je partage une estrade. Et pourtant, je ne suis pas du "genre" à m'en laisser imposer. Mais justement, on me trouvera toujours "trop longue" alors que je respecte mon temps imparti quand d'autres le dépasseront sans vergogne sans être interrompus.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Hypatia,
    je me permet d'utiliser votre blog pour vous poser une question. Je suis très investie dans l'égalité femme/homme dans le milieu pro. Mon entreprise après des années de pseudo accord éga pro à la noix semble s'être rendu compte que le sexisme empêchait les femmes d'utiliser pleinement leur potentiel et que cela était donc perdu pour la boite. Donc elle promeut les actions en faveur des femmes et j'ai eu des moyens pour le faire. Cela n'a rien à voir avec la justice. Donc si certains dirigeants de mon entreprise ont envie de voir les femmes utiliser tout leur potentiel, ce n'est pas le cas des hommes en dessous qui ne voient que le danger pour leur propre carrière et sont toutes dents dehors. Voici enfin ma question, quand je présente une généralité sur les inégalités homme/femme (les femmes assurent plus de tâches domestiques que les hommes, les femmes sont moins payées que les hommes...), ils me répondent toujours par un cas particulier où un homme est moins bien loti qu'une femme ou par l'injustice qu'une mesure pro femme (mesure qui est toujours là pour contre balancer une injustice et rendre la situation équilibrée)leur infligerait, que leur répondre ?

    Voilà, j'attends avec impatience votre réponse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas consultante en égalité professionnelle, mais voici ce que je leur répondrais : -de toutes façons, sachez que la mauvaise foi est consubstantielle des agents du patriarcat et qu'ils pratiquent en permanence l'inversion de la charge, ce n'est jamais de leur faute, c'est la nôtre, et il y a toujours un mec plus malheureux que la plus malheureuse des femmes. Les femmes disent ça aussi : absence de conscience de classe et haine de soi des opprimées. Ce qui est vrai en cherchant bien. Sauf qu'il existe un fait brut incontournable et statistique : partout, les femmes sont toujours moins bien loties que les hommes. C'est une donnée statistique. Mais un être humain n'est pas une statistique, sans cela ces imbéciles auraient 1, 9 enfant ! Ce qui n'est pas possible. S'ils ne comprennent pas la différence, c'est que vous êtes vraiment dans une boîte où le niveau est bas, très bas.
      Et, 2 : les mesures pro-femmes sont TOUJOURS A TERME BENEFIQUES POUR LES MALES. Aménagement des postes de travail, meilleures conditions de travail, meilleurs salaires, meilleure productivité, l'intelligence de toustes étant mise à contribution pour l'augmenter. Le potentiel des femmes négligé est un gaspillage de talents sans précédent.
      PS 1 Attendez que les mâles de votre hiérarchie tellement sympa voient arriver une femme qui leur fera concurrence, vous allez les voir changer de discours. Je parle d'expérience corporate. Je les ai beaucoup fréquenté et les fréquente encore.
      PS 2 Cela a tout à voir avec la justice et l'équité (qui veut dire égalité), contrairement à ce que vous écrivez.
      Bon courage, et ne vous laissez pas démonter. Et lisez Delphy : L'ennemi principal, tout est dans les deux tomes : arguments parfaits et imparables. Je vous assure que cela peut vous donner des arguments et une ossature d'acier.

      Supprimer
    2. Merci de votre réponse.
      Je ne me fais aucune illusion sur les mobiles des hommes qui promeuvent dans mon entreprise l'éga pro, je sais qu'ils ne parlent pas pour eux mais pour les niveaux en dessous. Et c'est aussi pour cela que je dis que leur démarche n'a rien à voir avec la justice. Je vais lire Delphy. Je lis Brigitte Grésy dont j'aime les arguments clairs également notamment le rapport sur le sexisme ordinaire.

      Supprimer
  6. Je ne vous posais pas une question comme spécialiste éga pro mais parce que j'aime vos articles sur ce blog, que je trouve que vous développez des argumentaires carrés. Je suis une lectrice assez assidue je laisse de temps à autre des commentaires.


    Bonne jourée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour la précision sur la justice, c'est plus cynique, ce qui ne m'étonne pas :) Merci de vos appréciations, commentaire et de vos passages sur mon blog, j'apprécie votre retour. Bon courage : je suis un ex consultante en RH (entre autres compétences), je sais les réticences sur le sujet. En tous cas, ça fait plaisir de voir qu'il y a des services qui appointent des cadres pour s'en occuper. C'est positif.

      Supprimer