samedi 16 juillet 2016

La maison des hommes

"Ô pourquoi Dieu Créateur sage qui peupla les plus hauts cieux d'esprits mâles, créa-t-il cette nouveauté sur la terre, ce beau défaut de la 
nature ? Pourquoi n'a-t-il pas tout d'un coup rempli le monde d'hommes comme il a rempli le ciel d'anges sans femmes ? Pourquoi n'a-t-il pas trouvé une autre voie pour perpétuer l'espèce humaine ? Ce malheur ni tous ceux qui suivront ne seraient pas arrivés..."
John Milton - Le Paradis perdu

Ségrégation sexuelle, exclusion des femmes, entre-soi masculin :
Je vous propose cette semaine un texte de Kate Millet, tiré de La politique du mâle, texte dans lequel elle évoque la ségrégation sexuelle imposée aux femmes par la société patriarcale. Dans nos sociétés "modernes", cela perdure dans les cérémonies de bizutage/initiation (prohibées par la loi) dans certaines écoles et corps militaires, et via des agressions sexuelles (partis politiques, pompiers : une affaire récente à Halifax) envers les femmes qui tentent de faire carrière dans des corporations masculines et qui se font ainsi rappeler qu'elles n'y sont pas légitimes, sauf à en accepter les immuables "traditions" humiliantes de la maison des hommes. Laquelle est, comme les armes et les outils, taboue pour les femmes.

" Typiquement le mythe patriarcal postule un âge d'or qui aurait existé avant l'arrivée des femmes ; en même temps, ses pratiques sociales permettent à l'homme de se libérer de leur compagnie. La ségrégation sexuelle est si répandue qu'on la rencontre partout. Dans les patriarcats contemporains, presque tous les groupes puissants sont composés d'hommes. Mais ceux-ci forment aussi d'autres groupes qui leur sont réservés à tous les niveaux. En règle générale les groupes de femmes ont un caractère auxiliaire, imitent les objectifs et les méthodes des hommes, s'occupent de choses peu importantes et éphémères. Il est rare qu'ils fonctionnent sans recourir à l'autorité masculine : les groupes religieux font appel à l'autorité supérieure d'un membre du clergé, les groupes politiques à celle de législateurs mâles, etc.

Là où il y a ségrégation sexuelle, les différences de comportement imposées par la culture deviennent très flagrantes. Cela est particulièrement vrai de ces organisations exclusivement masculines que l'anthropologie désigne généralement sous le nom de "maisons des hommes". Dans les sociétés primitives, la maison des hommes renforce l'expérience communautaire masculine au moyen de danses, de conversations, de divertissements et de cérémonies religieuses. C'est aussi un arsenal où sont entreposées les armes des mâles.

David Riesman a remarqué que les sports et quelques autres activités offrent aux hommes une solidarité et un soutien que la société ne prend pas la peine de fournir aux femmes. La chasse, la politique, la religion et le commerce peuvent jouer un rôle ; le sport et la guerre sont toujours le grand ciment de la camaraderie masculine. Les spécialistes de la culture dite de la maison des hommes, de Hutton Webster et Heinrich Schurtz à Lionel Tiger, sont souvent des patriotes du sexe, dont le but est de justifier l'apartheid que cette institution représente. Shurtz croit qu'un esprit grégaire et un désir de plaisirs fraternels pris au milieu de leurs pairs chassent les hommes loin de la compagnie inférieure et restrictive des femmes. Persuadé qu'un "lien instinctif" d'espèce mystique existe chez les mâles, Tiger exhorte néanmoins le public à préserver du déclin, grâce à un effort organisé, la tradition des hommes. Celle-ci a une autre fonction moins sympathique qui passe souvent inaperçue : elle est le centre du pouvoir dans un état d'antagonisme sexuel.

En Mélanésie, la maison des hommes joue plusieurs rôles : c'est à la fois un arsenal et l'endroit où ont lieu les cérémonies d'initiation rituelles réservées aux hommes. Son atmosphère n'est pas très éloignée de celle qui règne dans les institutions militaires du monde moderne : odeurs d'efforts physiques, de violence, de tueries, de pulsions homosexuelles. C'est là qu'on procède aux scarifications, qu'on fête les chasseurs de têtes, qu'on fait assaut de vantardises. Là qu'on "endurcit" les jeunes gens sur le point de devenir adultes. Dans la maison des hommes, ces garçons occupent une situation si inférieure qu'on les appelle souvent "les femmes" de leurs initiateurs, ce terme de "femme" impliquant à la fois leur infériorité et leur état d'objet sexuel. Ceux qui n'ont pas encore subi les épreuves suscitent l'intérêt érotique de leurs supérieurs, relation que l'on rencontrait aussi dans l'ordre des samouraï, dans le clergé oriental et dans le gymnase grec. La sagesse primitive décrète que pour inculquer au jeune l'éthique masculine, il faut d'abord l'intimider en lui imposant un statut de tutelle, celui de la femme. Ce commentaire d'un anthropologue s'applique aussi bien à la pègre de Genet, ou à l'armée américaine de Mailer : "Il semblerait que les brutalités sexuelles exercées sur le jeune garçon et l'effort fait pour le transformer en femme rehaussent le désir de puissance du guerrier plus âgé, satisfont son hostilité à l'égard du concurrent mâle qui s'achemine vers la maturité, et enfin, quand il l'introduit dans le groupe des hommes, renforce la solidarité masculine par le biais de cette tentative symbolique dont le but est de se passer des femmes". Il est courant dans le patriarcat que les mâles les plus faibles soient assimilés aux femmes. Comme tout processus secret, l'initiation, une fois subie, crée des disciples qui en seront toujours les ardents défenseurs et qui infligeront avec joie leurs souffrances passées au nouveau venu.


Il existe un terme psychanalytique pour désigner le ton adolescent qui imprègne la culture dite de la maison des hommes : c'est "l'état phallique". Citadelles de la virilité, ces institutions renforcent les caractéristiques du patriarcat les plus fortement orientées vers le pouvoir. L'anthropologue et psychanalyste hongrois Géza Roheim souligne le caractère patriarcal de cette organisation dans les tribus pré-alphabétisées qu'il a étudiées : il parle, en définissant leurs pratiques communautaires et religieuses, d'un "groupe d'hommes unis dans le culte d'un objet qui est un pénis matérialisé et excluant les femmes de leur société". Le ton et la culture dite de la maison des hommes sont sadiques, orientés vers le pouvoir, homosexuels de façon latente, fréquemment narcissiques dans leur énergie et leurs mobiles. Il est clair que le pénis y est considéré comme une arme, souvent mise en parallèle avec les autres. La pratique qui consiste à châtrer les prisonniers est en elle-même un commentaire sur la confusion culturelle qui s'établit entre l'anatomie et le statut d'une part, l'armement de l'autre. L'aura qui entoure la camaraderie masculine en temps de guerre provient en grande partie de ce que l'on pourrait appeler "une sensibilité dans le style de la maison des hommes". Ses aspects sadiques et brutaux  se déguisent en gloire militaire et adoptent une forme particulièrement écœurante de sentimentalité masculine. Cette tradition est très présente dans notre culture, et l'on peut considérer l'intimité héroïque d'Achille et de Patrocle comme sa première formulation dans la littérature occidentale. Il est possible d'en suivre le développement à travers l'épopée et la saga jusqu'à la chanson de geste. Elle fleurit encore dans le roman et le film de guerre, sans parler de la bande dessinée. "  Kate Millet

Édition de poche Points Actuels- Pages 63 64 65 - Les caractères gras sont de mon fait.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire