samedi 4 octobre 2014

Les fileuses tissent le monde

Au commencement, Elle tricotait, et c'était bien. In the beginning, She was knitting and it was good.


Spinster : fileuse (le mot en anglais a dérivé et est devenu "old maid", vieille fille, sans doute parce qu'elle se rendaient utiles en filant la laine, et certainement parce que le patriarcat dégrade tout ce qui ne lui profite pas, et se soustrait de son service) : femme dont l'occupation est de filer la laine, de faire tourner le rouet, participant ainsi au mouvement cyclique de la Création. Une qui s'est choisi un Moi, qui ne définit son choix ni par la relation aux enfants ni aux hommes, une femme qui s'est auto-déterminée ; une derviche-tourneuse, tourbillonnant dans le Temps et dans l'Espace.
Mary Daly - Webster's First New Intergalatic Wickedary.




Sculpture "Araignée" - Bronze de Louise Bourgeois au Musée Guggenheim de Bilbao. Louise Bourgeois a sculpté plusieurs araignées monumentales (il y en a aussi une à Ottawa), sculptures qu'elle a intitulées "Maman" : en effet, sa mère restaurait des tapisseries anciennes. "L'araignée est une ode à ma mère. Comme une araignée, ma mère était tisserande, et elle avait la charge de l'atelier".

"Les fileuses filent et tissent, raccommodant et créant l'unité de la Conscience... Nous tricotons, nouons, interlaçons, entrelaçons, tournoyons et tourbillonnons. Absorbées par le rouet, dans la célébration ludique, à la fois travail et jeu, les fileuses franchissent les dichotomies de la fausse conscience et brisent ses combinaisons aliénantes."
Mary Daly - Spinning : cosmic tapestries - Gyn / Ecology

En ces jours où les culs-bénits, les bigot-es, les forçats de la famille et de la reproduction (qu'on n'arrête pas d'entendre se plaindre alors qu'illes ne sont pas obligé-es) prennent la rue, ce lyrisme subversif fait du bien !
Lien vers mon tableau Pinterest Spinsters spin the world

10 commentaires:

  1. Très inspirant. On pense à la Belle au Bois dormant qui ne doit pas toucher aux rouets, aux Parques qui filent et la troisième qui coupent le fil de la vie, à Frau Holle, la mère Noel allemande, qui vérifie que les femmes cessent de filer entre le 12 décembre et le 6 janvier... l'autre jour j'ai vu un de ces fils d'araignée qu'on appelle fil d'ange traverser un grand lac. Il ondoyait à 50cm de la surface de l'eau sans la toucher ni y tomber. Il avancait en droite ligne poussé par le vent. Extraordinaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ;)) Il se trouve que Louise Bourgeois et une de ses fameuses araignées Maman était dans un film récemment vu (Enemy), ça m'a donné envie d'en savoir plus. J'adore les araignées, ces mal-aimées, alors que sans elles notre vie sur la planète serait infernale ; le rapport a été vite fait avec le beau texte en anglais de Mary Daly, que j'espère avoir bien rendu, alors que j'ai dû le plier aux règles du français pour lui conserver son expressivité et son lyrisme.

      Supprimer
    2. Et merci aussi pour les références érudites sur d'autres fileuses ;) Je crois vraiment que le sujet est inépuisable.

      Supprimer
  2. Dans le même ordre d'idée à lire "Professeurs de désespoir" un essai de Nancy Huston où elle analyse le nihilisme dans la création contemporaine et l'opposition corps-esprit/dépendance-indépendance à laquelle sont renvoyées les femmes, même lorsqu'elles sont créatrices. Autrement dit chaque personne est une individualité mais nous existons tous en lien les uns avec les autres que l'on vive seul, en couple ou en famille, le web en est une autre preuve vivace ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Web (spiderweb : toile d'araignée, on y revient toujours à l'araignée :) : la toile évidemment ! Plus de hiérarchie, un tissage plat de mailles où chacun-e peut se retrouver au centre ou ensuite à la périphérie alternativement, c'est une parfaite illustration de ce billet. D'ailleurs, les femmes sont désormais majoritaires dans les principaux réseaux sociaux où l'on tisse, noue, lie (verbes de fileuses) des relations, virtuelles, mais relations tout de même. Il faut en finit avec la binarité et les hiérarchies, bien sûr..

      Supprimer
    2. Les liens devraient primer c'est sûr alors que même chez ceux qui se disent progressistes c'est le rapport de pouvoir qu'ils défendent. Personnellement la seule différence que je vois entre les militants de la Manif pour tous et les militants LGBT pro-GPA et pro-prostitution, c'est que les uns veulent continuer à exploiter les femmes de manière traditionnelle alors que les autres veulent
      moderniser et technologiser ce servage ! Toujours au sujet des araignées quel est leur principal rôle dans l'écosystème ?

      Supprimer
    3. Dans les années 70, les féministes défilaient aux côtés des gays dans leur combat pour l'égalité. Aujourd'hui, ils veulent l'accès de droit au corps des femmes, même en payant, pour avoir des enfants. Comme disait très justement la directrice de l'asso féministe où j'ai milité : "Tu sais, les gays sont avant tout des mecs !" ie ils ont été socialisés comme des mecs et ils sont des ayant-droit. Leurs privilèges de mâles avant tout, comme les hétéros, finalement.
      Sans les araignées, la planète serait une planète de mouches, et la vie y serait assez difficile. Elles mangent les mouches, leurs larves et toutes sortes d'acariens :))
      "Les araignées ont un rôle écologique capital en capturant chaque année 400 millions d'insectes par hectare (loin devant les oiseaux)" Wikipedia

      Supprimer
    4. Merci pour ces renseignements, on n'imagine pas ce que ces petites bêtes font pour nous,à part les traces de piqures nocturnes, une planète des mouches, il y aurait matière à en faire un film d'horreur :)

      Supprimer
  3. La "maman" araignée peut représenter le fil des savoirs tissé de génération en génération par les femmes. Dans les sociétés matrilinéaires, la maternité n'est pas qualifiée d'instinct de reproduction mais les femmes sont les premières à enseigner et transmettre à leurs enfants non seulement la vie mais leur connaissance, notamment en matière de communication d'ailleurs on parle toujours de langue maternelle ! Dans les sociétés patriarcales, les savoirs et le nom sont transmis par les hommes, la maternité est ramenée à la matière, l'animalité et peut être morcelée entre mère biologique, mère sociale ou nourrice. Et maintenant on peut même scinder la maternité biologique entre gestatrice et donneuse d'ovule et déclarer qu'il n'y plus de véritable mère, ou alors uniquement sociale l'essentiel étant que les hommes, quelle que soit leur sexualité, puissent inculquer leurs valeurs à des enfants porteurs de leurs gènes. Ce charcutage permanent du vivant polarisé sur la personne des femmes est la marque de notre manque d'intégrité. En ce moment il y a le procès Magnotta, encore un homme qui en a tué un autre et morcelé son corps, on devrait faire une typologie de ces crimes qui sont révélateurs de la dissociation instaurée dans nos sociétés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En réponse, un excellent article de Sisyphe sur la façon dont le patriarcat en Inde a profité des droits de femmes, notamment le droit à l'IVG pour imposer ses pratiques nécrophiles et dégrader à son profit une bonne loi : http://sisyphe.org/spip.php?article4800

      Supprimer