mardi 10 septembre 2013

Diane, Chasseresse de violeurs



État de Chihuahua, Mexique : Ciudad Juarez, 2 millions d'habitants. Depuis la fin des années 90, début des années 2000, la ville de Juarez a la douteuse réputation de capitale mondiale du crime contre les femmes. Les chiffres sont incertains : entre 400 et 4 000 pour la période de 93 à 2003. Ce qui est certain en revanche, c'est que des corps de femmes sont régulièrement trouvés dans les sables du désert, et que des dizaines de femmes ont disparu sur le chemin de leur travail, sans qu'aucun signalement aboutisse à les retrouver. Ville frontalière entre Nord du Mexique et sud des Etats-Unis, Juarez est représentative de la mondialisation économique : des maquiladores (manufactures) à la recherche de main d’œuvre meilleur marché qu'en Europe ou qu'aux USA, attirent des jeunes femmes en quête d'émancipation économique, de liberté, hors du sacro-saint mariage et du foyer où les maris cognent, dans un pays où la violence machiste maritale est considérée comme "habituelle". Ces maquiladores sont dans des zones industrielles éloignées du centre ville, mal desservies par des bus, et les ouvrières doivent faire des kilomètres pour aller travailler -et retour- dans des zones mal éclairées en bordure du désert. Vous rajoutez la frustration masculine de voir "Bobonne" échapper à son destin de ménagère mal mariée, assommée d'enfants, gagnant à la force du poignet son pouvoir de dire NON au tellement désirable mariage-horizon ménager indépassable pour les femmes, ou de se barrer à la première (ou la cinquantième) gifle !

Pour compléter le tableau, le pays est affligé des pires cartels mafieux du crime, la police est totalement corrompue, donc inefficace, le gouvernement fédéral (le Mexique est une fédération d'états comme sa puissante voisine, les USA, et sa constitution est quasi copiée/collée de l'américaine) est impuissant dans son exercice de police dans l'Etat de Chihuahua, qui a son gouverneur et ses propres services. Quelques indices laissent aussi à penser qu'un ou plusieurs tueurs en série venant de la ville américaine voisine, El Paso, Texas, auraient sévi à la charnière des années 90/2000. Maris cogneurs au sud du Rio Grande, sociopathes au nord ! On a aussi parlé de meurtres "récréatifs" des barons des puissants cartels du crime. Bref, quand la société se désintéresse du sujet et que la police ne fait pas son travail, TOUS les criminels opportunistes peuvent venir déposer des cadavres de femmes, y compris des victimes de violence conjugale, sur les collines et dans le désert où on les retrouve après des mois, inidentifiables.  Si le sujet vous intéresse, deux enquêtes très documentées sont disponibles sous les titres suivants (dont j'ai tiré les informations ci-dessus) : La ville qui tue les femmes - Enquête à Ciudad Juarez de Marc Fernandez et Jean-Christophe Rampal ou encore Des os dans le désert de Sergio Gonzalez Rodriguez, tous trois journalistes enquêteurs. Gonzales Rodriguez devient d'ailleurs un des personnages du dernier roman de Roberto Bolaño, 2666, chef d’œuvre absolu racontant un siècle criminel, le 20ème siècle, qui vient mourir dans le désert de Sonora, avec ses multiples cadavres de femmes à l'aube du 21ème. J'ai lu les trois et je les recommande : ils sont dans toutes les bonnes bibliothèques !

Mais où veux-je en venir avec ma Diane Vengeresse ? 


Il se trouve que la police du Mexique et celle de l'Etat de Chihuahua qui n'avaient guère remué leurs gros derrières (gros comme le Mexique) à propos de ces crimes, viennent d'enregistrer deux meurtres commis par une femme de Juarez sur deux conducteurs de bus. Une balle dans la tête à chacun, au motif que ce seraient des violeurs impunis. Elle revendique s'appeler "Diana", et des mails sont parvenus aux médias, provenant de "Diane la Chasseuse de chauffeurs de bus", sans qu'on puisse prouver qu'il ne s'agisse pas d'un hoax (canular) opportuniste ! "Moi, et d'autres femmes, avons souffert en silence, mais nous ne pouvons plus rester tranquilles désormais", disent ces mails. "Nous avons été victimes des chauffeurs des équipes de nuit sur la route des maquilas. Je suis l'instrument de la vengeance pour de nombreuses femmes" ajoute-t-elle.

Bon, le meurtre et l'assassinat sont punis par la loi. Nulle ne peut se faire justice, on est d'accord. Mais quand l'état, dépositaire régalien des fonctions de police et de justice, chargé de la sécurité de TOUSTES ses citoyen-nes regarde ailleurs après de tels crimes, il est forcé que cela arrive. Et des chauffeurs violeurs terrorisés, des femmes soulagées, et la police corrompue bien emmerdée, c'est quand même bon à prendre. C'est vrai que pour une telle série de meurtres perpétrés dans l'apathie générale, il y avait de quoi vraiment s'énerver ! Voilà où on arrive quand les élémentaires service de police et de justice ne fonctionnent plus !


Liens :
Diana chasseuse de chauffeurs de bus, instille la peur et le respect à Ciudad Juarez - Guardian -en anglais
I am Diana the Hunter and I take revenge for sexual assaults by bus drivers on female passengers - Daily mail -en anglais.
"Diana la chasseresse" venge les victimes de viol - News Republic -en français.
12 cas de viols examinés par la police pour tenter de trouver la suspecte parmi les victimes - La Presse Canada -en français. On examine les cas de viol juste pour trouver la coupable présumée de meurtres de violeurs. Bravo, la police mexicaine !
Une cavalière surgie de la nuit : Zorra !

27 commentaires:

  1. Si l'on doit combattre pour sauver sa vie alors il faut combattre ! .... Il faut se battre à mort contre son ennemi .... Se battre pour sauver sa vie c'est se battre à mort car tel est l'enjeu : la vie ou la mort . Il faut combattre avec cet ésprit là ! .....
    La résignation ne sert à rien car elle n'évite pas la souffrance , au contraire la résignation et la soumission augmentent la souffrance ..... Combattre pour sa vie c'est combattre à mort .....

    RépondreSupprimer
  2. il manque encore une Zorra yéménite, une Zorra hindoue, une Zorra saoudienne, une Zorra.... bref, des tas de Zorras pour venger les femmes violées et assassinées qui n'ont jamais eu droit à ce qu'on leur rende justice et punisse leur assassin, il n'y en a peut-être pas assez finalement.
    (Super article ;)).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :)) C'était important de rappeler le contexte : des viols et des assassinats dans l'apathie, voire l'indifférence générale. Les meurtres de femmes tellement bien tolérés par toutes les sociétés humaines.

      Supprimer
  3. En Thaïlande il y a plein d'émasculatrices, effectivement si il y avait plus de risques pour eux peut-être qu'ils se tiendraient mieux puisque visiblement on ne peut pas compter sur leur "humanité", ils n'en ont pas, autant compter sur la bonne vieille peur des conséquences.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Rien ne vaut un bon rapport de forces" disait l'abolitionniste noir Frederick Douglass. C'est toujours ce qu'ont dû instaurer les gens déterminés à faire changer les choses, depuis les révolutionnaires français, les abolitionnistes noirs, en passant par les femmes suffragistes. L'émancipation s'arrache, sans compromissions, on ne l'obtient pas en faisant des sourires à l'oppresseur sur l'humanité duquel il vaut mieux ne pas compter, effectivement.

      Supprimer
  4. Chapeau à Madame Diane, si elle existe , et de toute façon à la personne qui a eu le courage et la détermination d'agir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même bien énervée, je ne suis pas sûre que je tuerais : une balle (mal) placée au bon endroit c'est aussi bien, et c'est moins grave que tuer. Même si les violences faites aux femmes, qui sont du terrorisme machiste, sont assez bien tolérées par la société entière.
      http://www.pinterest.com/pin/523895369123767376/

      Supprimer
    2. Peut-être parce que vous n'avez pas subi la violence physique en question, ni des violences incessantes .

      Et dans un contexte de violences systématiques , répétées et sans recours , on peut aussi comprendre ce règlement de compte en menace de représailles dissuasive , alors qu'une blessure ou deux peuvent passer pour un accident .
      Mais on peut aussi tuer avec les mots.

      Supprimer
    3. Non, on ne m'a jamais cogné dessus. Mais vu l'état d'énervement -pour rester dans l'euphémisme- où me mettent les injustices, les insultes dans la rue, les rappels incessants à notre illégitimité partout, les différentiels de salaire, etc..., auxquels on rajoute l'omerta permanente, je comprends tout à fait qu'on se fasse justice, même si c'est interdit par la loi.

      Supprimer
  5. Il y a aussi la snipeuse Guevara en Syrie : http://www.dailymail.co.uk/news/article-2273951/The-woman-sniper-Syria-Rebel-fighter-nicknamed-Guevara-takes-revenge-Assad-s-troops-children-killed-airstrike.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connaissais pas, merci du lien. Dans le même genre (un peu différent de Juarez tout de même) il y a les femmes Tchéchènes qui n'ont plus d'hommes (tous tués par la sale guerre des russes) qui s'engagent dans le combat et le terrorisme anti-russe par désespoir.

      Supprimer
  6. On n'est pas obligée d'être dans la logique du tout ou rien ... Se défendre ne signifie pas flinguer , égorger ou des trucs comme ça ...
    Se défendre c'est défendre son intégrité physique et morale en se battant si nécessaire ... Se battre avec l'idée de sauver sa vie ... Bon , moi personnellement je n'ai jamais d'armes sur moi parce que je pense qu'en fait les armes ça encombre le corps et l'esprit .... Je pense qu'il faut apprendre à se défendre avec la force de son corps et de son esprit ..... Je pense que chaque femme devrait apprendre des techniques simple et efficaces de self-défense .... A chacune de trouver le style qui lui convient , mais ne pas subir , arrêter de subir , sortir de la logique de la soumission parce que l'agresseur prend son plaisir à soumettre ......
    Je pense que beaucoup de femmes sont physiquement plus forte que leur agresseur mais elles sont trop inhibées pour pouvoir se servir de leurs forces .... Apprendre à se défendre permet déjà de sortir de cette inhibition face à l'agresseur ......
    Ni plus ni moins .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette contribution. Effectivement, il faut sortir de la binarité et se défendre, je suis d'accord. Ça commence par la tête : se faire emmerder par un mec sur les chemins où on passe, c'est intolérable. Il n'y a pas de drague qui tienne. Moi, j'ai surtout vu des exhibitionnistes la teub à la main, en train de se masturber ou de pisser ostensiblement contre les haies ou les murs, ça me rend tellement dingue que je pars en vrille en continuant a avancer sur eux avec des mots impossible à répéter ici : ils disparaissent dans un trou du sol sans que je voie comment. Dans ces cas là, je suis totalement désinhibée. Seulement, je n'ai jamais été attaquée par derrière, assommée par un prédateur. En revanche, j'ai déjà entendu des flics me dire que je n'avais pas le droit de me servir de mon spray anti-agression, car ce serait pour mes pieds. J'en ai déduit que les flics sont donc du côté des agresseurs, pas grand chose à en tirer ! Une femme, c'est une proie qui n'a pas à se défendre : ce sont les flics qui le disent carrément.

      Supprimer
    2. Oui , les gaz lacrymogènes personnellement je ne sais pas si c'est efficace parce que si tu es agressée il faut que tu te saisisses de la bombe , que tu l'ouvres , que tu appuies sur ..... C'est beaucoup trop long à faire tous ces gestes là ....
      Un couteau c'est pareil , il faut sortir le couteau , l'ouvrir ..... En fait je pense que les armes encombrent et peuvent aussi se retourner contre toi dans certains cas ..... Le mieux par exemple c'est de prendre des cours de Krav-Maga , c'est super efficace comme self défense ..... Le aikido c'est super aussi ..... La boxe française c'est très efficace comme technique de combat de rue .... Ou alors il y a les arts martiaux internes , c'est le mieux je pense , pour moi en tous cas , mais c'est une voie vraiment très longue et exigeante qui est très proche des techniques de méditations et de la philosophie Taoïste .... Mais là il faut trouver le bon prof .... Le mieux pour se désinhiber et acquérir des gestes de défense instincts c'est le Krav-Maga je crois ....

      Supprimer
    3. Le mien, dont je ne me suis jamais servie, il est dissuasif pour certains et rassurant pour moi, n'a pas de chapeau : il est utilisable tout de suite, et il y a un sens pour mettre le doigt. Et il est juste au poivre. Il marche peut être aussi sur les chiens, mais je n'ai jamais eu à me plaindre des chiens, ils m'adorent en général, au premier coup d'oeil :)))

      Supprimer
  7. "En revanche, j'ai déjà entendu des flics me dire que je n'avais pas le droit de me servir de mon spray anti-agression, car ce serait pour mes pieds"
    Mais pour de bon???
    Alors à quoi sert de posséder ce genre d'objet donc, si on puni les femmes de s'en servir?
    Encore un double signal?Défendez vous (sinon vous n'êtes pas crédibles en disant avoir refusé une agression ou pire) mais si vote défense réussit, vous serez punies?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, pour de bon ! Un jour qu'il était visible dans mon sac et qu'ils m'ont arrêtée en voiture. Je leur ai d'ailleurs fait à peu près la même remarque que la tienne ! Messages contradictoires, ils ne sont plus à ça près : et, n'oublie pas, il y a des agresseurs de femmes parmi les policiers.

      Supprimer
    2. Formidable.Et tu m'apprends qqchose.De bien déprimant.
      Une vraifâm ne se défend pas, sachons le.

      Au moment où un bijoutier qui tire sur un fuyard (parce que c'est ça, hein faut pas se mentir) reçoit des milliers de messages de soutien (je ne parle aps de l'aspect judiciaire), une femme qui tente d'éviter une agression ou pire avec un spray sera vilipendée avec alacrité (et joie?) par des flics ...(en plus de la justice qui s'y collera)

      Humph... ben ça donne une féroce envie de violence antimachos, voyez.
      (oui j'ai lu les comms en dessous)

      ha et pardon pour les coquilles

      Supprimer
    3. A CHAQUE FOIS que j'ai mentionné mon spray dans mon sac ou mes poches, c'est moi qu'on a traitée d'agressive ! Beau dire qu'il est dissuasif, que je ne m'en suis jamais servie, mais qu'il me rassure, il n'y a rien à faire, c'est moi la dangereuse agressive. Peu importe, j'en ai vu d'autres et je m'en bat les ovaires. Mais c'est juste pour dire que dans la culture d'occupation patriarcale, les femmes, ça va à l'équarrissage sans se défendre -et sans se plaindre, tiens tankafer ! Balancer un coup de pied dans les couilles des patriarcaux, mais quel mauvais goût, comme ça ne se fait trop pas ! M'en fous, ça m'en touche un sans faire bouger l'autre. Excellente, ta remarque sur le bijoutier aux bijoux de famille bien pendus qui tire dans le dos de son agresseur avec tout le soutien populaire de ce pays à tendance beauf.

      Supprimer
  8. "Bollywood" prend partie contre les violeurs en Inde et signe un film intitulé "Kill the rapist"
    ww.nowrunning.com/movie/12580/bollywood.hindi/kill-the-rapist/index.htm

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça doit être un film dirigé par un homme, surfant sur la vague de protestation contre les phénomènes de viol en Inde. Ils ont vraiment un problème avec ça ! Taslima Nasreen a écrit une belle et courte réponse au sujet des violeurs condamnés par un tribunal à la pendaison (violence d'état en fait, ici, et non plus vengeance de victimes) :
      http://freethoughtblogs.com/taslima/2013/09/11/rapists-are/

      Supprimer
  9. Même si je suis incapable de violence sur autrui, sûrement par excès d'inhibition je pense qu'on ne peut faire changer la place des femmes que par la contrainte et donc la violence. Les pseudos lois votées pour l'éga pro depuis des dizaines d'années sont sans effets car il n'est pas prévu de sanctions si elles ne sont pas appliquées, ce ne sont pas des lois mais des gadgets pour amuser les femmes.
    J'essaie de me soigner et ai réussi une répartie que je qualifie de violente (à mon niveau) contre un collègue qui m'aggrssait en réunion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les femmes ont pourtant démontré que la non-violence marchait : le féminisme n'a jamais tué personne ! Alors que le machisme tue tous les jours. Mais comme dit justement Stéphanie, non-violence ne veut pas dire passivité ni ne pas se défendre de la violence d'autrui ! Et lire les billets d'Euterpe sur les suffragistes britanniques et américaines : certaines faisaient la grève de la faim pour être entendues, et elles ont fait de la prison pour des actes "inciviques" selon les critères en vigueur.

      Supprimer
  10. Si tu choisis la non-violence alors c'est un choix unilatéral de ta part . Ce choix implique de ne rien attendre en retour ni de la part de la société ni de quiconque ...
    La non-violence c'est le choix le plus difficile ... C'est mon idéal , mon utopie ...
    Mais cela n'implique pas de ne pas se défendre si tu es attaquée , mais l'esprit de ta défense est complétement diffèrent . Bon , déjà je pense que les armes sont inutiles en ce cas là . De toutes façons je pense que les armes encombrent le corps et l'esprit parce que tu vas penser à t'en servir pour te défendre , ce qui entraine un déséquilibre mental et du corps parce que tu te désunies ...
    Pour bien se défendre il faut être unie à soi même , concentrée en soi même ... Le reste doit devenir sans importance à terme . Les techniques de défenses doivent devenir instinctives .... Pour moi la voie interne c'est cela : être unie en soi même , à l'essentiel de son être .... Bon , comme j'ai tendance à être schizophrène cela me convient parfaitement ... En fait je pense que pour bien se défendre dans un esprit de non-violence il faut sans cesse apprendre à mourir : Savoir mourir pour pouvoir survivre , voila : Se débarrasser de tout ce qui encombre , comme la peur , la haine , la colère ..... revenir à l'essentiel de soi , être unie en soi même et laisser parler son instinct de défense naturel . Ne jamais se désunir .... Après le but c'est la non violence : pour moi cela signifie ne rien vouloir à la place de l'autre . Le laisser absolument libre d'être tel qu'il est et moi être unie en moi même .... Donc les armes je les ai abandonnées ..... Il n'y a que moi qui puisse être mon arme en moi même . C'est complétement une utopie évidement .... Mais c'est pas grave ! c'est mon idéal ....

    RépondreSupprimer
  11. Lorsque je parle de violence, je parle de contrainte, notamment de lois contraignantes.
    Evidemment le féminime n'a jamais tué personne, contrairement au machisme qui tue des millions de femmes. J'ai lu qu'il manquait 100 millions de femmes en Asie (surtout Inde et Chine), des femmes qui ne sont pas nées, avortées, des filles qui ont été tuées à la naissance activement ou passivement (sans soin) et des assassinats. Pour les deux prremières catégories, ce sont des femmes qui n'ont jamais existé, ells n'ont jamais eu de nom ni de sépulture.
    Lorsque je lis sur le blog d'Euterpe ce qu'ont fait ces féministes, elles ont eu ce que j'appelle un comportement violent, un comportement qui choque les moeurs de l'époque voir les lois qui leur sont contemporaines, elles ont eu un engagament total dans leurs mouvements. Ces comportements sont vionets car ils vont au delà de ce qui est attendu, autorisé pour les femmes, les femens ont le même engagement qui va jusqu' a engagé une partie de leur vie (plusieurs années de prison pour certaines).
    Ce n'est effectivement pas une violence contre les hommes, ils ne meurent pas mais ils ne peuvent pas faire commme si cela n'existait pas, ils doivent réagir. C'est le sens de la violence que j'estime nécessaire pour faire changer les choses.
    Dans le cas des femmes mexicaines, il s'agit de légitime défense même si les moeurs du Mexique ne l'autorise pas pour les femmes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolée pour le retard, mais j'ai trouvé ce commentaire dans mes spams ! Et ce n'est pas moi qui l'y ai mis. Je suis d'accord, je ne sais pas si on parler de violence en ce qui concerne les suffragistes, je parlerai plutôt d'activisme (à la manière de Greenpeace qui se met en travers des baleiniers ou qui s'enchaîne sur des rails) mais quand le déni de droits est tel, on est état de légitime défense. La services de police et de justice sont peuplées d'hommes qui n'ont aucun intérêt à ce que les chose changent, puisqu'ils sont les héritiers d'un système qui opprime les femmes et les exploite sans vraie contrepartie. Sans parler des législateurs qui sont tous des mâles ! Quand on voit ce qu'on laisse passer des actions revendicatrices de la FNSEA, lobby à qui on demande peu de comptes quand il commettent des actes de voyouserie ! Double standard, comme toujours.

      Supprimer